PREFACE

Résidant à Seoul depuis plus d’une année, j’ai voulu comprendre la vie, étudier quelques points de l’histoire du peuple, au milieu duquel je me trouve : dans les documents officiels comme dans les conversations, dans les inscriptions et dans les livres, j’ai rencontré la trace d’un état social, l’indication d’une administration qui sont particuliers au pays de Corée et sur lesquels aucun ouvrage européen ne jette une lumière suffisante. J’ai donc essayé de m’éclairer par les ouvrages indigènes : les chapitres qui suivent, sont le résultat de mes recherches.

Je me suis proposé d’abord de donner une liste, aussi détaillée et étendue que possible, des ressorts du gouvernement, avec de brèves indications sur les mouvements dont ils sont animés : mais l’administration, qui veille au fonctionnement d’une société vivante, exprime, pour une certaine part, les besoins de cette société et réagit sur l’organisme d’où elle est sortie, en le faisant prendre conscience de ses aspirations, soit qu’elle les refoule, soit qu’elle les satisfasse d’une manière plus ou moins adéquate : je n’ai donc pu me borner au répertoire des organes du gouvernement coréen et, pour en faire voir le jeu, j’ai cherché à montrer la matière administrée à côté de la machine qui administre. Et, non content d’assister à la marche présente de ces rouages, il m’a fallu, pour en expliquer les figures et l’agencement, rechercher ce qu’étaient les anciens rouages dont ils ont pris la place au cours des temps.

Ce qui attire, avant tout, le regard en Corée, c’est l’imitation

[Image de page : II ]

de la Chine : langue officielle, style de la correspondance, formes littéraires, systèmes philosophiques, rites, costumes de cour, titres et fonctions, partout c’est la Chine, soit celle des Ming, soit celle des Song, ou des Tang [T’ang], ou d’époques plus reculées encore : et le coréen se fait gloire d’être un copiste fidèle. Tous ces usages d’époques différentes, conservés ensemble et mis sur un même plan, nous font voir sans tarder que c’est seulement une copie que nous avons sous les yeux, une copie qui a subi de nombreuses retouches. Sous la dynastie actuelle, les idées chinoises ont pénétré bien avant dans l’esprit de la nation ; à la fin de la dynastie précédente déjà, le fond coréen se montre plus à découvert ; si nous remontons plus loin, jusqu’au XIe siècle, l’influence de la Chine existe dans les mots, dans les formes, mais à peine dans la réalité des choses ; et plus haut encore, avant le VIe siècle, les faits que nous savons, sont purement coréens, sans aucune empreinte étrangère. Mais aujourd’hui même, sous le vernis qui le recouvre, le caractère indigène perce en plus d’un endroit : si le Coréen néglige son style, il y introduit aussitôt des tournures qui n’ont rien de chinois, et, dès qu’il cesse de veiller sur son attitude, il redevient lui-même.

La nature de la Corée a un charme pénétrant : une côte profondément découpée, semée d’îles verdoyantes ; un sol très accidenté, sans plaine où l’œil s’égare, sans grandes montagnes, mais où les plus petites collines se parent de je ne sais quelle majesté mêlée de grâce ; de larges fleuves au cours rapide, partout des vallons frais et des eaux claires ; une végétation très variée, assombrie par les conifères, mais égayée par la quantité des fleurs ; très vigoureuse, elle s’épanouit à l’automne en un luxe de frondaisons folles où s’épuise la gamme des ors et des roux ; et enfin une lumière pure, ambrée, sans nulle sécheresse, qui baigne les verdures et les rochers, accuse ou noie les détails et fait du même site un paysage nouveau à chaque heure du jour. Le climat est en général très doux : mais les éléments ont une violence étrange pour un pays de zone tempérée ; parfois le vent ou la pluie font rage, brisent, transpercent, inondent ; et les changements de température se suivent avec une rapidité faite pour déconcerter. Il y a beaucoup d’harmonie entre la nature de la Corée et le caractère des habitants :

[Image de page : III ]

artiste d’instinct, le Coréen a un profond sentiment de la couleur, de la ligne ornementale, de la perspective même, comme on le peut voir dans ses dessins, ses broderies, ses motifs de plafonds, ses ferrures pour meubles, ses vases de laiton : il est passionné, violent, tout soumis à son idée ; mais son idée ne dure qu’un temps fort court, la volonté lui manque pour la tenir et un autre caprice le remplace bientôt ; aussi, pour tout ce qui demande préparation et continuité d’action, est-il de beaucoup inférieur aux peuples voisins ; sa violence est brève et d’habitude, il est facile à conduire. Il aime les idées plus que les actes, et les paroles plus que les idées ; très capable de spéculation philosophique, il s’est presque toujours égaré dans les discussions de mots ; mais souvent il s’est épris de ses mots ou de ses théories et leur a sacrifié sa position, sa liberté, sa vie : le confucianisme a eu des sectes en Corée, des persécutions et des martyrs.

Si par caractère le Coréen n’est pas bien armé pour la vie pratique, les circonstances aussi lui ont été fort contraires : le sol est trop montagneux pour être riche ; l’homme est sobre, est faible devant les éléments destructeurs : il travaille peu. Le pays est coupé en une multitude de petites vallées qui communiquent difficilement ; les fleuves torrentueux ne servent pas de route, mais séparent les riverains ; l’état naturel de la Corée, c’est, semble t-il, d’être divisé en principautés ou en tribus et il en a été longtemps ainsi ; les annales, jusqu’au VIIIe siècle sont remplies des luttes de ces petits Etats. Le commerce a donc été presque impossible, et est encore très difficile. Si loin que l’on remonte dans l’histoire coréenne, on trouve une noblesse : territoriale, féodale, pourrait on dire, dans le pays de Silla [Sin ra], où le Roi n’était d’abord que le premier des chefs de tribus, elle a lentement changé de caractère : Le pouvoir royal a peu à peu maîtrisé ceux qui l’avaient mis à leur tête, et s’est appuyé pour cette oeuvre sur les idées confucianistes : mais, encore sous la dynastie de Koryŏ [Korye], les résistances ont été vives et ont pris la forme d’empiétement des mandarins, surtout des mandarins militaires, sur l’autorité du Roi ; d’ailleurs les idées chinoises d’absolutisme portent avec elles leur correctif, et ces mêmes principes confucianistes ont, principalement depuis cinq cents ans, constitué une classe de

[Image de page : IV ]

lettrés nobles, héritiers de l’ancienne noblesse et dont l’opposition a plus d’une fois triomphé de la royauté. Les privilèges des nobles sont encore énormes : un noble est un être d’essence supérieure, qui ne peut sans déroger exercer aucun métier, qui a tout pouvoir sur le peuple et qui abuse de ses droits. L’existence de cette classe a encore eu, indirectement, un effet fâcheux sur la formation de la société coréenne : les plus élevés parmi le peuple, se sentant méprisés, ont voulu avoir quelqu’un à mépriser, et ceux-là ont méprisé ceux qui étaient au-dessous : si bien que la Corée donne le spectacle d’une hiérarchie de castes, séparées par des barrières à peu près infranchissables et dont chacune ne songe qu’à user de servilités envers les supérieurs et de tyrannie envers les inférieurs. Sûr de ne pas conserver le fruit de son travail, parqué dans des corporations sans nombre, enchaîné par des lois somptuaires minutieuses, l’homme du peuple n’a, à proprement parler, ni industrie ni commerce, il vit surtout de paresse : et on peut le voir du matin au soir accroupi devant sa porte, fumant sa longue pie de bambou et causant avec ses voisins. Les habitants des deux provinces de P’yŏngan [Hpyeng an] et de Kyŏngsang [Kyeng sang] qui correspondent aux anciens royaumes de Koguryŏ [Ko kou rye] et de Silla [Sin ra] sont plus actifs et plus industrieux : cette différence de caractère et quelques coutumes spéciales qui existent encore, indiquent peut-être une origine ethnographique différente, à laquelle l’histoire ne contredirait pas.

Enfin la situation de la Corée entre la Chine et le Japon a été funeste au libre développement du génie de la race : l’histoire de la péninsule est celle d’une longue guerre et pour ne remonter que jusqu’au VIIe siècle, le pays a été depuis lors ravagé, soumis, bouleversé par les Tang [T’ang], par les Mongols, par les Japonais, et par les Mantchous : les Rois, pour détourner les orages, se sont faits petits, ont fait passer leur contrée pour pauvre et ont interdit tous rapports avec les étrangers. Il y quinze ans seulement qu’une politique nouvelle a été adoptée.

Les considérations qui précèdent, m’ont imposé le plan que j’ai suivi : l’étude de la société coréenne remplit les chapitres XIV à XXII,

[Image de page : V ]

le gouvernement fait l’objet des treize premiers chapitres, les chapitres I, II et III étant consacrés à la Cour, le chapitre IV à l’administration générale, les chapitres V à X aux ministères et bureaux spéciaux divisés en six séries, les chapitres XI et XII à l’administration locale et le chapitre XIII à l’organisation militaire. Dans la seconde partie, les chapitres XIV, XV et XVII à XX étudient les divisions hiérarchiques du peuple coréen, le chapitre XVI s’occupant des anciennes relations officielles avec la Chine et le Japon, relations qui avaient lieu par l’intermédiaire d’une classe spéciale, la classe des interprètes ; enfin les chapitres XXI et XXII traitent de l’organisation religieuse. Dans chaque chapitre et chaque subdivision de chapitre , j’ai disposé les faits suivant l’ordre chronologique : il sera facile, de la sorte, de voir l’introduction et le développement des idées chinoises.

Pour l’orthographe des mots coréens, j’ai suivi la transcription adoptée par les Missionnaires des Missions Etrangères dans leurs beaux ouvrages sur la langue ; Pour les caractères chinois seulement, dont la prononciation coréenne est souvent jugée incorrecte par les coréens eux mêmes, je me suis efforcé de donner une transcription plus régulière en me servant du dictionnaire chinois coréen intitulé Chŏnun okp’yŏn [Tjyen oun ok hpyen], 全韻玉篇 전운옥편 (2??). Quant à la notation de l’aspiration, je l’ai maintenue sous la même forme que les Missionnaires de Corée lui ont donnée (h, hk, tch, ht, hp), quoique l’on fasse remarquer avec raison que l’aspiration coréenne suit la consonne et ne la précède pas : mais cette question m’a semblé secondaire dans une étude surtout historique et je n’ai pas cru devoir rompre avec le système en usage.

Je n’ai pas traduit littéralement les noms des administrations ni les titres des fonctionnaires, le mot-à-mot de pareilles expressions serait à peu près intelligible ; j’ai essayé de ne pas parler chinois en français et, malgré mes efforts, les termes qui ne sont pas réellement traduits, sont encore nombreux. J’ai, en général, donné des équivalents que j’ai empruntés à l’administration française, moderne ou ancienne, et, en cas de besoin, à l’administration romaine : il m’est arrivé même, dans quelques cas, d’en être réduit à imaginer des expressions. Je me suis toujours attaché à rendre

[Image de page : VI ]

plus l’idée de l’institution que le sens même des caractères : comme d’ailleurs ceux-ci accompagnent toujours la traduction française, ils serviront à corriger ce que cette dernière aurait de trop libre.

Les livres dont je me suis servis, sont les suivants :

文獻通考, Wenxian tongkao [Wen hien t’ong k’ao], Examen des Archives ; ouvrage chinois de Ma Duanlin [Ma Twan lin], 馬端臨 [1254-1325] ; cet ouvrage a été assez étudié et la valeur en est assez appréciée pour que je n’ai pas à en parler ici ; j’aurais aimé consulter l’excellente traduction avec commentaires que m. le Marquis d’Hervey de Saint-Denys a publiée des livres relatifs à la Corée ; mais je ne l’avais pas à ma disposition, et j’ai dû me contenter du texte chinois.

Tous les ouvrages qui suivent ont été composés en langue chinoise, par des Coréens :

三國史記 삼국사기, Samguk sagi [Sam kouk să keui], Mémoires historiques des Trois Royaumes (Silla [Sin ra], Koguryŏ [Ko kou rye], Paekche [Păik tjyei]) ; 10 vol. in 4 ; édition qui semble être une réimpression d’une édition de 1393-1394. L’édition de 1393-1394 avait été donnée d’après une copie manuscrite. Cet ouvrage a été composé par ordre royal ; l’auteur, Kim Pusik [Kim Pou sik], 金富軾 김부식, vivait à la fin du XIe siècle.

大東韻玉 대동운옥, Taedong unok [Tai tong oun ok], Dictionnaire encyclopédique coréen, rangé par rimes : ouvrage composé à la fin du XVIe siècle par Kwŏn Munhae [Kouen Moun Hăi], 權文海 권문해, Président du Conseil privé (20 vol. in folio).

文獻備考 문헌비고, Munhŏn pigo [Moun hen pi ko], Examen des Archives, composé par ordre royal : une commission de hauts fonctionnaires rédigea cet ouvrage qui fut imprimé en 1770 (40 vol. in 4).

紀年兒覽 긴연아람, Kinyŏn aram [Keui nyen ă ram], Abrégé des Annales, ouvrage manuscrit par Yi Manun [Ri Man oun], 李萬運 이만운, 1778 (6 vol. in 4).

銀臺便攷 은대변고, Ŭndae pyŏn’go [Eun tăi pyen ko], Examen des affaires du Conseil privé, ouvrage manuscrit renfermant les principes et les précédents ; on peut fixer la date de composition entre 1837 et 1844 (10 vol. grand in 8 carré).

大典會通 대전회통, Taejŏn hoet’ong [Tai tyen hoi htong], Collection des Statuts fondamentaux,

[Image de page : VII ]

ouvrage imprimé par ordre royal en 1865 (5 vol. in folio).

六典條例 육전조례, Yukchŏn chorye [Ryouk tyen tyo ryei], Réglements relatifs aux Statuts, ouvrage imprimé par ordre royal en 1866 (10 vol. in 4).

璿源譜略 선원보략, Sŏnwŏn poryak [Syen ouen po ryak], Abrégé des Listes généalogiques de la Maison Royale, imprimé par ordre royal en 1883 (8 vol. in folio).

通文館志 통문관지, T’ongmun kwanji [Htong moun koan tji], Histoire de la Cour des Interprètes, composée sous la direction de l’Interprète Kim Kyŏngmun, 金慶門 김명문, en 1720, ouvrage officiel (édition complétée, 6 vol. in folio, 1889).

Le témoignage de Ma Duanlin [Ma Twan lin] est d’un grand poids, puisque cet auteur a puisé aux sources chinoises et à des documents officiels ou privés, contemporains en général des faits rapportés : mais, totalement étranger à la Corée, il ne donne que des renseignements incomplets et qui ne sont pas exempts d’inexactitudes.

Les Mémoires historiques des Trois Royaumes sont dus à un haut fonctionnaire coréen qui vivait cent cinquante ans après les derniers événements qu’il relate, plus de mille ans après l’origine des trois Royaumes : à cette époque, la culture chinoise était déjà implantée en Corée, on méprisait fort les barbares des anciens âges, les vieux dialectes avaient laissé seulement quelques traces dans les noms d’hommes et de lieux et dans les titres, et ils n’étaient plus compris, toutes circonstances défavorables à la composition d’une histoire exacte et impartiale. Néanmoins cet ouvrage est encore précieux comme tableau d’ensemble et comme richesse de détails ; Kim Pusik [Kim Pou sik] a lu et cite des documents coréens rédigés en chinois, documents aujourd’hui disparus et dont la valeur ne semble pas contestable pour les périodes contemporaines ; mais ces documents ne sauraient avoir été antérieurs au IVe siècle et il y a bien des chances pour qu’ils aient été postérieurs : l’écriture chinoise en effet, a été introduite au IIIe siècle dans le nord et l’ouest de la péninsule, puisque c’est un lettré du Paekche [Păik tjyei] qui enseigna les caractères aux Japonais pendant la période 270-312 ; la langue chinoise était connue dans le Silla [Sin ra] en 650, et vraisemblablement dès 528 par l’intermédiaire des bonzes ; mais elle ne s’est répandue que lentement et c’est seulement au VIIIe siècle que l’usage paraît s’en

[Image de page : VIII ]

être généralisé. Les sources écrites des Mémoires historiques ne sauraient donc être plus anciennes que le IVe siècle pour le Paekche [Păik tjyei] et le Koguryŏ [Ko kou rye], que le VIe siècle pour le Silla [Sin ra] ; avant ces deux époques, que Ma Duanlin [Ma Twan lin] nous permet d’indiquer, il n’y a que des traditions, et elles sont souvent fabuleuses ; à partir de là et jusqu’au Xe siècle où s’arrêtent les Mémoires, les faits semblent mieux établis, ils sont du moins plus détaillés et plus vraisemblables.

L’Examen des Archives coréennes et toutes les autres œuvres historiques postérieures à celle de Kim Pusik [Kim Pou sik], s’appuient, pour les temps anciens, sur les histoires chinoises et sur les Mémoires historiques, auxquels il faut joindre les Antiquités des Trois Royaumes, Samguk yusa [Sam kouk you să], 三國遺事 삼국유사, dues à deux bonzes de la dynastie de Koryŏ [Korye] et que les auteurs coréens accusent de nombreuses erreurs. Pour l’histoire de la dynastie de Koryŏ [Korye] et de La dynastie actuelle, les documents contemporains des faits ont été mis en ordre et résumés dans l’Examen des Archives qui est composé avec beaucoup de soin et de sincérité ; j’ai eu souvent aussi l’occasion de constater l’exactitude des assertions qui se trouvent dans l’Abrégé des Annales et dans le Dictionnaire encyclopédique. Quant à l’Histoire de la Cour des Interprètes, à l’Abrégé des Listes généalogiques, à l’Examen des affaires du Conseil privé et aux deux ouvrages sur les Statuts, ce sont des publications officielles ou semi-officielles, précieuses pour l’abondance et la clarté des renseignements : en particulier, la Collection des Statuts fondamentaux, grâce à la disposition typographique, donne, en même temps que la législation de 1865, celles de 1469, de 1744 et de 1785.

Dans tous ces ouvrages, les dates sont indiquées pour chaque règne par le nom du Roi, avec le numéro d’ordre ou avec les caractères cycliques de l’année : les caractères cycliques ne laissent place à aucun doute ; le numéro d’ordre de l’année est moins clair, parce que les Coréens comptent pour première année d’un règne soit l’année même de l’avènement, soit l’année suivante : il peut ainsi y avoir une erreur d’une année dans la date européenne correspondante. Les premières années des règnes sont fixées

[Image de page : IX ]

par rapport à la chronologie chinoise : je me suis servi pour celle-ci des tableaux donnés par le Chinese Reader’s Manual de Mayers.

L’ouvrage le plus récent qui traite de l’administration en général (Règlements relatifs aux Six Statuts) étant de 1866, j’ai négligé dans les vingt-deux premiers chapitres les faits postérieurs à cette date, à l’exception de quelques-uns d’entre eux, d’une importance secondaire et qui ont trouvé naturellement place à la suite de l’exposé. J’ai réuni dans un vingt-troisième chapitre toutes les réformes importantes survenues depuis lors (1866-1891) : j’en dois connaissance presque uniquement à des renseignements oraux recueillis à droite et à gauche et qui, surtout pour la fixation des dates, peuvent être soupçonnés d’inexactitude.

Je suis persuadé que la présente étude contient et des erreurs et des omissions : du moins puis-je dire que je n’ai laissé de côté aucun document qui soit venu à ma connaissance, ni négligé aucun moyen d’information qui ait été en mon pouvoir.

Je ne dois pas manquer de mentionner ici le nom de m. Yi Inyŏng [Ri In yeng], 李寅榮 이인영, Interprète Coréen du Commissariat de France, qui a été, pour tout ce travail, mon collaborateur patient, perspicace et consciencieux. Maurice Courant

Seoul, le 24 décembre 1891



[Image de page : 1 ]

CHAPITRE I

La Maison Royale

1

王 왕, Wang [Oang], le Roi ; désignations ordinaires Taejŏn [Tai tyen], 大殿 대전 , Chŏnha [Tyen ha], 殿下 전하 , Chusang chŏnha [Tjyou syang tyen ha], 主上殿下 주상전하 , équivalent à Sa Majesté ; Sang [Syang], 上 상 , Sŏngsang [Syengsyang], 聖上 성상 , Tangjŏ [Tang tjye], 當寧  당저 ; désignation employée par les gens du Palais en s’adressant au Roi : Sanggam malluha (manura) [Syang kam manora], 上監抹樓下 상감말루하 (마누라) ; désignation employée dans la conversation Nara nim, 國主 국주 .

– Le titre de Wang [Oang] a été pris par les Rois de Silla [Sin ra] 1 à partir de 503 ; les Rois de Koguryŏ [Ko kou rye] le reçurent de la Chine en l’an 32 de notre ère ; les Rois de Paekche [Păik tjyei] étaient appelés Ŏnaha [E ra ha], 於羅瑕 어나하 , et Kŏn’giljiha [Ken kil tji ha], 鞬吉支夏 건길지하 (Ma Duanlin [Ma Twan lin], Examen des Archives, liv. 324)

2

上王 상왕, Sangwang [Syangoang], titre d’un Roi qui a abdiqué . Trois rois de la dynatie actuelle ont porté ce titre T’aejo [Htai tjo], 太祖 태조 , de 1398 à 1400, Chŏngjong [Tyeng tjong], 定宗 정종 , de 1400 à sa mort (1419), T’aejong [Htai tjong], 太宗 태종 , de 1418 à sa mort (1422).

3

太上王 태상왕, T’aesangwang [Htai syang oang], titre plus élevé que le précédent, porté par un Roi qui a abdiqué . Ce titre a été celui de deux Rois de la dynastie : T’aejo [Htai tjo], 太祖 태조, de 1400 à sa mort (1408), Tanjong [Tan tjong], 端宗 단종, de 1455 à 1457, époque où il fut dégradé par son successeur et réduit au titre de prince de Nosan [Ro san], 魯山君 노산군 .

4

大王 대왕, Taewang [Tai oang], titre d'un Roi après sa mort.

5

聖祖皇姑 성조황고, Sŏngjo hwanggo [Syeng tjo hoang ko], titre porté par la Reine de Silla [Sin ra] , Sŏndŏk [Syen tek], 善德女主 선덕여주 (632-647). [Commentaire de P-E Roux : [女主 synonyme de 女王]]

6

王妃 왕비, Wangbi [Oang pi], la Reine ; désignations ordinaires : Chunggung chŏn [Tjyoung koung tyen], 中宮殿 중궁전,

[Image de page : 2 ]

Naejŏn [năi tyen], 內殿 내전 , Konjŏn [Kon tyen], 壼殿 곤전 , Konsŏng [Kon syeng], 坤聖 곤성 , Chungjŏn malluha (manura) [Tjyoung tyen manora], 中殿抹樓下 중전 말루하 (마누라) ; la Reine est appelée Piju [Pi tjyou], 妃主 비주 . – Le titre de Wangbi [Oang pi] semble avoir été donné pour la première fois à la Reine Sim, 沈氏 심씨, femme de Sejong [Syei tjong], 世宗 세종 , en 1432 ; auparavant les Reines portaient le titre de Pi, 妃 비, précédé d’un nom honorifique . le royaume de Paekche [Păik tjyei], la Reine était appelée Ŏnŭngha [E reung ha] 於陵瑕 어릉하 (Ma Duanlin [Ma Twan lin], Examen des Archives,liv. 324) .

7

大妃 대비, Taebi [Tai pi], la Reine douairière ; désignation ordinaire : Taebijŏn [Tai pi tyen] . Ce titre a été porté par la Reine Hong, 洪氏 홍씨 , veuve de Hŏnjong [Hen tjong], 憲宗 헌종 , de 1849 à 1857, et par la Reine Kim, 金氏 김씨 , veuve de Ch’ŏljong [Tchyel tjong], 哲宗 철종 , de 1863 à sa mort(1878);

8

王大妃 왕대비, Wangtaebi [Oang tai pi], la Reine douairière, titre plus élevé que le précédent; désignations ordinaires  : Wang taebijŏn [Oang taipi tyen], 王大妃殿 왕대비전 chajŏn [tjă tyen], 慈殿 chasŏng [tjă syeng], 慈聖, 자성 Wang taebi malluha (manura) [Oang tai pi manora], 王大妃抹樓下 왕대비말루하 (마누라) . Ce titre a été porté par la Reine Song, 宋氏 송씨 , femme de Tanjong [Tan tjong] 端宗 단종, quand celui-ci était T’aesangwang [Htai syang oang] (n° 3). La Reine Kim, 金氏 김씨 , veuve de Yŏngjong [Yeng tjong], 英宗 영종 , en 1776 ; la Reine Kim, 金氏 김씨 , veuve de Chŏngjong [Tjyeng tjong] 正宗 정종, en 1800 ; la Reine Kim, 金氏 김씨 , veuve de Sunjo [Syountjo], 純祖 순조, en 1834; la Reine Cho[Tjyo], 趙氏 조씨 , veuve de Ikchong [Iktjong], 翼宗 익종 , de 1834 à 1857  ; la Reine Hong, 洪氏 홍씨 , veuve de Hŏnjong [Hen tjong], 憲宗 헌종, à partir de 1857, ont porté ou portent ce titre.

9

大王大妃 대왕대비, Taewang taebi [Tai oang tai pi], la Reine douairière, titre plus élevé que les deux précédents ; désignations ordinaires  : Taewang taebijŏn [Tai oang tai pi tyen], 大王大妃殿 대왕대비전 , Chajŏn [tjă tyen], 慈殿 , Chasŏng [tjă syeng], 慈聖 자성 , Tongjo  [Tong tjyo] 東朝 동조 , etc. Titre porté de 1800 à 1805, date de sa mort, par la Reine Kim, 金氏 김씨, veuve de Yŏngjong [Yeng tjong], 英宗 영종 ; de 1834 à 1857, date de sa mort, par la Reine Kim, 金氏 김씨, veuve de Sunjo [Syoun tjo], 純祖 순조, et de 1857 à 1890, date de sa mort, par la Reine Cho [Tjyo], 趙氏 조씨, veuve de Ikchong [Ik tjong], 翼宗 익종.

10

Lorsqu’une Reine douairière exerce la régence, on dit qu'elle « administre derrière le rideau », suryŏm ch’ŏngjŏng [syou ryem htyeng tjyeng], 垂簾

[Image de page : 3 ]

聽政 수렴청정, parce que les ministres ne sont pas autorisés à voir son visage.

11

王後 왕후, Wanghu [Oang hou], titre d’une Reine après sa mort . Ce titre paraît avoir été employé pour la première fois pour la Reine Kwŏn [Kouen], 權氏 권씨 , dont Munjong [Moun tjong], 文宗 문종 , était veuf en montant sur le trône (1450).

12

大嬪 대빈, Taebin [Tai pin], princesse Epouse titre donné par le roi Sukchong [Syouk tjong], 肅宗 숙종 (1674-1720) à sa favorite Chang [Tjyang], Princesse de Oksan [Ok san], 玉山府大嬪張氏 옥산부대빈장씨.



------------------------------------------------------------------------------------------------------

13

Au commencement de la dynastie de Koryŏ [Korye], il n’y avait pas de hiérarchie fixée pour les Dames du Palais  ; à celles que le Roi distinguait, il donnait le titre de Dame de telle Cour Mowŏn puin [Mou ouen pouin], 某院夫人 모원부인 , ou

Dame de tel Palais Mogung puin [Mou koung pou in], 某宮夫人 모궁부인 .

Hyŏnjong [Hyen tjong], 顯宗 현종 (1009-1031) fixa pour les Servantes les titres de :

14

尙宮 상궁, Sanggung [Syang koung], Camérière ;

尙寢 상침, Sangch’im [Syang tchim], Cubiculaire ;

尙食 상식, Sangsik [Syang sik], Maîtresse d’hôtel  ;

尙針 상침, Sangch’im [Syang tchim], Couturière ; et pour les Dames ceux de :

15

貴妃 귀비, Kwibi [Koui pi], Dame du 1er rang ;

淑妃 숙비, Sukpi [Syouk pi], Dame du 2e rang .

16

Chŏngjong [Tjyeng tjong], 靖宗 정종 (1034-1046) employa les titres de :

院主 원주, Wŏnju [Ouen tjyou], 宮主 궁주, Kungju [Koung tjyou] , princesse  ;

院妃 원비, Wŏnbi [Ouen pi], Dame .

17

Munjong [Moun tjong], 文宗 문종 (1046-1083) garda les titres fixés par Hyŏnjong [Hyen tjong] et y ajouta  :

德妃 덕비, Tŏkpi [Tek pi], Dame du 3e rang ;

賢妃 현비, Hyŏnbi [Hyen pi], Dame du 4e rang .

La dynastie Yi [Ri] 2 a adopté la hiérarchie ci-dessous

18

嬪 빈, Pin, Dame du Palais (concubine royale) du 1er rang ; 1a . Celles que le Roi favorise spécialement, reçoivent un nom honorifique en un caractère suivi du titre de Pin ;

par une faveur plus grande encore, le Roi donne un nom en deux caractères suivis du titre de Kung [Koung], 宮 궁 . 貴人 귀인, Kwiin [Koui in], Dame du Palais du 2e rang ; 1b ; 3

昭義 소의, Soŭi [Syo eui], Dame du Palais du 3e rang ; 2a  ;

淑義 숙의, Sugŭi [Syouk eui], Dame du Palais du 4e rang ; 2b  ;

[Image de page : 4 ]



昭容 소용 Soyong [Syo yong], Dame du Palais du 5e rang ; 3a  ;

淑容 숙용, Sugyong [Syouk yong], Dame du Palais du 6e rang ; 3b  ;

昭媛 소원, Sowŏn [Syo ouen], Dame du Palais du 7e rang ; 4a  ;

淑媛 숙원, Sugwŏn [Syouk ouen], Dame du Palais du 8e rang ; 4b  ;

19

尙宮 상궁, Sanggung [Syang koung], Servante du Palais du 1er rang ; 5a ; (Camérière)  ;

尙儀 상의, Sang’ŭi [Syang eui], Servante du Palais du 1er rang ; 5a ; (Maîtresse des cérémonies)  ;

尙服 상복, Sangbok [Syang pok], Servante du Palais du 2e rang ; 5b ; (Dame d’atour)  ;

尙食 상식, Sangsik [Syang sik], Servante du Palais du 2e rang ; 5b ; (Maîtresse d’hôtel)  ;

尙寢 상침, Sangch’im [Syang tchim], Servante du Palais du 3e rang ; 6a ; (Cubiculaire)  ;

尙功 상공, Sanggong [Syang kong], Servante du Palais du 3e rang ; 6a ; (Ouvrière)  ;

尙正 상정, Sangjŏng [Syang tjyeng], Servante du Palais du 4e rang ; 6b ; (Rectrice)  ;

尙記 상기, Sanggi [Syang keui], Servante du Palais du 4e rang ; 6b ; (Mémoratrice) ;

典賓 전빈, Chŏnbin [Tyen pin], Servante du Palais du 5e rang ; 7a ; (Hôtelière)  ;

典衣 전의, Chŏnŭi [Tyen eui], Servante du Palais du 5e rang ; 7a ; (Maîtresse de la Garde-Robe)  ;

典膳 전선, Chŏnsŏn [Tyen syen],  Servante du Palais du 5e rang ; 7a ; (Maîtresse de la cuisine)  ;

典設 전설, Chŏnsŏl [Tyen syel], Servante du Palais du 6e rang ; 7b ; (Maîtresse d’ordre) ;

典製 전제, Chŏnje [Tyen tjyei], Servante du Palais du 6e rang ; 7b ; (Tailleuse)  ;

典言 전언, Chŏnŏn [Tyen en], Servante du Palais du 6e rang ; 7b ; (Locutrice)  ;

典贊 전잔, Chŏnch’an [Tyen tchan], Servante du Palais du 7e rang ; 8a ; (Aide)  ;

典飾 전식, Chŏnsik [Tyen sik], Servante du Palais du 7e rang ; 8a ; (Joaillière)  ;

典樂 전악, Chŏn-ak [Tyen ak],  Servante du Palais du 7e rang ; 8a ; (Musicienne)  ;

典燈 전등, Chŏndŭng [Tyen deung], Servante du Palais du 8e rang ; 8b ; (Maîtresse des Lampes)  ;

典彩 전채, Chŏnch’ae [Tyen tchăi], Servante du Palais du 8e rang ; 8b ; (Maîtresse des Ornements)  ;

典正 전정, Chŏnjŏng [Tyen tjyeng],  Servante du Palais du 8e rang ; 8b ; (Rectrice en second)  ;

奏宮 주궁, Chugung [Tjou koung], Servante du Palais du 9e rang ; 9a ; (Musicienne pour le fa)  ;

奏商 주상, Chusang, [Tjou syang], Servante du Palais du 9e rang ; 9a ; (Musicienne pour

[Image de page : 5 ]

le sol)
 ;

奏角 주각, Chugak, [Tjou kak], Servante du Palais du 9e rang ; 9a ; (Musicienne pour le la)  ;

奏變徵 주변징, Chubyŏnjing [Tjou pyen tchi], Servante du Palais du 10e rang ; 9b ; (Musicienne pour le si)

奏徵 주징, Chujing [Tjou tchi], Servante du Palais du 10e rang ; 9b ; (Musicienne pour l’ut)  ;

奏羽 주우, Chu-u [Tjou ou], Servante du Palais du 10e rang ; 9b ; (Musicienne pour le ré)  ;

奏變宮 주변궁, Chubyŏn’gung [Tjou pyen koung], Servante du Palais du 10e rang ; 9b ; (Musicienne pour le mi) .

20

Les Dames et les Servantes royales, avec les Dames et Servantes du Prince héritier (n° 24 et 25) sont appelées d'ensemble Femmes titrées de l'Intérieur, Naemyŏngbu [Năi myeng pou],  內命婦 내명부 ;

on appelle Femmes titrées de l’Extérieur Oemyŏngbu [Oi myeng pou], 外命婦 외명부, les Princesses de sang royal (n° 41, 42, 43, 44), les Princesses par alliance (n° 30- 39) et les femmes de fonctionnaires (n° 1037- 1054) .

------------------------------------------------------------------------------------------------------

21

王世子 왕세자, Wangseja [Oang syei tjă], le prince héritier  ;

T’aeja [Htai tjă], 太子 태자 , sous la dynastie de Koryŏ.

Désignations ordinaires  : Chŏha [Tye ha], 邸下 저하, correspondant à Son Altesse  ;

Sejagung [Syei tjă koung], 世子宮 세자궁 ; Tonggung [Tong koung], 東宮 동궁  ; Chŏgung [Tjye koung], 儲宮 저궁  ; Ch’un’gung [Tchyoun koung], 春宮 춘궁  ; Chŏ-i [Tjye i],  儲貳 저이 ; Chŏngyun [Tjyeng youn], 正胤  ;

les gens du Palais se servent de l’expression Sejagung malluha (manura) [Syei tjă koung manora], 世子宮抹樓下 세자궁말루하 (마누라) . Si le Prince héritier est petit-fils du Roi, il porte le titre de Wangseson [Oang syei son],  王世孫 왕세손 :

les Rois de La dynastie actuelle qui sont désignés par les titres posthumes de Tanjong [Tan tjong], 端宗 단종 (1452-1455), Hyŏnjong [Hyen tjong], 顯宗 현종 (1659-1674), Chŏngjong [Tjyeng tjong], 正宗 정종 (1776-1800), Hŏnjong [Hen tjong], 憲宗 헌종 (1834-1849), ont été Wangseson [Oang syei son]. Le roi Yŏngjong [Yeng tjong], 英宗 영종 (1724-1776) a été Prince héritier frère cadet du roi, Wangseje [Oang syei tyei], 王世弟 왕세제 .

22

Parfois le Roi se décharge du soin des affaires sur le Prince héritier, qui est dit alors Régent, ou plutôt Associé au Trône, Sŭngmyŏng taeri [Seung myeng tăi ri],  承命代理 승명대리 : ce titre a été porté, avant leur avènement, par les Rois Munjong [Moun tjong], 文宗 문종, en 1445, Yejong [Yei tjong], 睿宗 예종 en 1467, Kyŏngjong [Kyeng tjong], 景宗 경종,

[Image de page : 6 ]

en 1717, Yŏngjong [Yeng tjong], 英宗 영종, en 1721, Chŏngjong [Tjyeng tjong], 正宗 정종, en 1775, Ikchong [Ik tjong], 翼宗 익종, en 1827 et aussi par le Prince héritier Sato [Să to] 思悼世子 사도세자 (ou Changhŏn [Tjang hen], 莊獻世子 장헌세자) en 1749 .

23

王世子嬪 왕세자빈, Wangseja pin [Oang syei tjă pin], la Princesse épouse du Prince héritier  ; désignation ordinaire : 王世子嬪宮 왕세자빈궁, Wangsejapin’gung [Oang syei tjă pin koung] . Ce titre ne semble pas antérieur à 1437, époque où il fut conféré à la femme du Prince héritier qui fut plus tard Munjong [Moun tjong], 文宗 문종 (1450-1452) ; auparavant la femme du Prince héritier portait le titre de Pin, 嬪, précédé d’un nom honorifique.

------------------------------------------------------------------------------------------------------

24



良娣 양제, Yangje [Ryang tyei], Dame du 1er rang du Palais du Prince héritier (concubine du Prince) ; 2b  ;

良媛 양원, Yangwŏn [Ryang ouen], Dame du 2e rang du Palais du Prince héritier ; 3b  ;

承徽 승휘, Sŭnghwi [Seung houi], Dame du 3e rang du Palais du Prince héritier ; 4b  ;

昭訓 소훈, Sohun [Syo houn], Dame du 4e rang du Palais du Prince héritier ; 5b  ;

25



守閨 수규, Sugyu [Syou kyou], Servante du 1er rang du Palais du Prince héritier ; 6b ; (Camérière) ;

守則 수측, Such’ŭk [Syou tjeuk], Servante du 1er rang du Palais du Prince héritier ; 6b ; (Maîtresse des cérémonies) ;

掌饌 장찬, Changch’an [Tjyang tchan], Servante du 2e rang du Palais du Prince héritier ; 7b ; (Maîtresse d’hôtel) ;

掌正 장정, Changjŏng [Tjyang tjyeng], Servante du 2e rang du Palais du Prince héritier ; 7b ; (Rectrice) ;

掌書 장서, Changsŏ [Tjyang sye], Servante du 3e rang du Palais du Prince héritier ; 8b ; (Libraire) ;

掌縫 장봉, Changbong [Tjyang pong], Servante du 3e rang du Palais du Prince héritier ; 8b ; (Couturière) ;

掌藏 장장, Changjang [Tjyang tjang], Servante du 4e rang du Palais du Prince héritier ; 9b ; (Gardienne des objets) ;

掌食 장식, Changsik [Tjyang sik], Servante du 4e rang du Palais du Prince héritier ; 9b ; (Maîtresse de la cuisine) ;

掌醫 장의, Changŭi [Tjyang eui], Servante du 4e rang du Palais du Prince héritier ; 9b ;

[Image de page : 7 ]

(Droguiste)
. Comme pour les Dames et Servantes royales, les titres ci-dessus ne donnent pas de fonctions spéciales et ne sont pas toujours conférés.

------------------------------------------------------------------------------------------------------

26

元子 원자, Wŏnja [Ouen tjă], fils aîné du Roi, destiné à recevoir l'investiture de Prince héritier .

27

Les membres de la Famille Royale de Silla [Sin ra] portaient le titre de Sŏnggol [Syeng kol], 聖骨 성골  ; les membres moins proches de la Maison Royale étaient appelés Chingol [Tjin kol], 眞骨 진골 , ou Cheilgol [Tyei il kol], 第一骨 제일 골 : ceux qui tiraient leur origine de Chijŭng [Tji tjeung], 智證王 지증왕 (500-514) et de ses prédécesseurs, étaient nommés Sanggo chingol [Syang ko tjin kol], 上古眞骨 상고진골 ; ceux qui descendaient de Pŏphŭng [Pep heung], 法興王 법흥왕 (514-540) et de ses successeurs, étaient appelés Chunggo chingol [Tjyoung ko tjin kol], 中古眞骨 중고진골  ; on nommait enfin Hago chingol [Ha ko tjin kol], 下古眞骨 하고진골, les descendants de T’aejong wang [Htai tjong] 太宗王 태종왕 [Commentaire de P-E Roux : [=Muyŏl 太宗武烈王 태종무열왕]] (654-661) et de ses successeurs

28

Les rois de Koguryŏ donnèrent à quelques-uns de leurs parents le titre de Prince Kun [Koun] 君 군 .

29

Dans le royaume de Koryŏ, on trouve plusieurs titres de Prince Wŏn’gun [Ouen koun], 院君 원군 , et Taegun [Tai koun], 大君 대군 , auxquels on ajoute, au commencement du XIe siècle, ceux de Duc, Kong, 公 , Marquis, Hu [Hou], 侯 후 , Barons de différentes classes Wŏnyun [Ouen youn], 元尹 원윤 , Chŏngyun [Tjyeng youn], 正尹 정윤 , Kyŏmsangsŏ [Kyem syang sye], 兼尙書 겸상서 , Chungsŏ [Tjyoung sye], 中書 중서 , Yŏng [Ryeng], 令 영 , Taewi [Tai oui], 大尉 대위 , Sado [Să to], 司徒 사도 , Sagong [Să kong], 司空 사공 . A la fin du XIII e siècle, on ne conserva que les titres suivants :

大君 대군, Taegun [Tai koun], Grand Prince  ;

院君 원군, Wŏn’gun [Ouen koun], Prince  ;

諸君 제군 Chegun [Tjye koun], Duc ;

元尹 원윤, Wŏnyun [Ouen youn], Marquis  ;

正尹 정윤, Chŏngyun [Tjyeng youn], Comte ;

30

La dynastie des Yi [Ri] garda quelque temps ces titres, puis les remplaça comme il suit :

宗室 종실, Chongsil [Tjong sil], 宗親 종친, Chongch’in [Tjong tchin] , Membre de la Maison Royale. 大君 대군, Taegun [Tai koun], Grand Prince Royal, fils du Roi et de la Reine, supérieur à la hiérarchie des fonctionnaires ( n° 1036)  : il est désigné par un nom

[Image de page : 8 ]

de localité plus ou moins modifié (ŭpho [eup ho], 邑號 읍호
). Sa femme porte le titre de Pubuin [Pou pou in], 府夫人 부부인, précédé d’un nom de localité ; elle est de rang 1a. En 1417, la femme de Sejong [Syei tjong], 世宗 세종, alors Grand Prince, reçut le titre de Samhan’guk taebuin [Sam han kouk tai pou in], 三韓國大夫人 삼한국대부인 , emprunté à la dynastie précédente.

31

君 군, Kun [koun], Prince. Le Prince Royal, fils du Roi et d’une concubine, est au-dessus de la hiérarchie des fonctionnaires  ; le Prince, fils aîné d’un Grand Prince, est de rang 1b  ; les Princes, fils de Prince héritier, ou petits-fils héritiers de Grands Princes, sont de rang 2a  ; les Princes, petits-fils de Prince héritier, ou petits-fils non héritiers de Grands Princes, sont de rang 2b. Quelques Princes obtiennent le rang 1a. – Titres hiérarchiques, kye [kăi], 階 계 : 

1a 顯祿大夫 현록대부, Hyŏnnok taebu [Hyen rok tai pou] ;

興祿大夫 흥록대부, Hŭngnok taebu [Heung rok tai pou] ;
1b 昭德大夫 소덕대부, Sodŏk taebu [Syo tek tai pou] (en 1469),

綏德大夫 수덕대부, Yudŏk taebu [You tek tai pou] (en 1744),

宜德大夫 의덕대부, Ŭidŏk taebu [Eui tek tai pou] (en 1785) ;

嘉德大夫 가덕대부, Kadŏk taebu [Ka tek tai pou] ;
2a 崇憲大夫 숭헌대부, Sunghŏn taebu [Syoung hen tai pou] ;

承憲大夫 승헌대부, Sŭnghŏn taebu [Seung hen tai pou] ;
2b 中義大夫 중의대부, Chung-ŭi taebu [Tjyoung eui tai pou] ;

正義大夫 정의대부, Chŏngŭi taebu [Tjyeng eui tai pou] (en 1469),

昭義大夫 소의대부, Soŭi taebu [Syo eui tai pou] (en 1744) ;

La femme d’un Prince porte le titre de Kunbuin [Koun pou in], 郡夫人 군부인, 1a ou 1b , ou de Hyŏnbuin [Hyen pou in], 縣夫人 현부인, 2a ou 2bsuivant le rang de son mari ; Princes et Princesses font précéder leur titre d’un nom de localité. , A l’origine de la dynastie, la femme du roi T’aejong [Htai tjong], 太宗 태종, qui portait alors le titre de Prince, fut appelée Ongju [Ong tjyou], 翁主 옹주 , (1392) ; il en fut de même, en 1408, de la femme de Sejong [Syei tjong], 世宗 세종, alors Prince .

32

都正 도정, Tojŏng [To tjyeng], Duc, désigné par un nom de localité ; 3a . Sa femme est Sinbuin [Sin pou in], 愼夫人 신부인, 3a  ; elle n’a pas de désignation de localité ;

[Image de page : 9 ]

de même, dans les rangs inférieurs de la noblesse, le mari seul a une désignation de ce genre. Titre hiérarchique, kye [kăi], 階 계 : 

3a 明善大夫 명선대부, Myŏngsŏn taebu [Myeng syen tai pou]

33

正 정, Chŏng [Tjyeng], Duc  ; sa femme est Sinin [Sin in], 愼人 신인 . Titre hiérarchique :

3a 彰善大夫 장선대부, Changsŏn taebu [Tchyang syen tai pou]

34

副正 부정, Pujŏng [Pou tjyeng], Duc  ; sa femme est Sinin [Sin in], 愼人 신인. Titres hiérarchiques  :

3b 保信大夫 보신대부, Posin taebu [Po sin tai pou]

資信大夫 자신대부, Chasin taebu [Tjă sin tai pou]

35

守 수 Su [Syou],  Marquis ; sa femme est Hyein [Hyei in], 惠人 혜인. Titres hiérarchiques  :

4a 宣徽大夫 선휘대부, Sŏnhwi taebu [Syen houi tai pou]

廣徽大夫 광휘대부, Kwanghwi taebu [Koang houi tai pou]

36

副守 부수 Pusu [Pou syou],  Marquis ; sa femme est Hyein [Hyei in], 惠人 혜인. Titres hiérarchiques  :

4b 奉成大夫 봉성대부, Pongsŏng taebu [Pong syeng tai pou]

光成大夫 광성대부, Kwangsŏng taebu [Koang syeng tai pou]

37

令 영, Yŏng [Ryeng], Comte ; sa femme est Onin [On in], 溫人 온인. Titres hiérarchiques  :

5a 通直郞 통직랑, T’ongjingnang [Htong tjik rang]

秉直郞 병직랑, Pyŏngjingnang [Pyeng tjik rang]

38

副令 부령, Puryŏng [Pou ryeng], Comte ; sa femme est Onin [On in], 溫人 온인. Titres hiérarchiques  :

5a 謹節郞 근절랑, Kŭnjŏllang [Keun tjeyl rang]

愼節郞 신절랑, Sinjŏllang [Sin tjeyl rang]

39

監 감 Kam [Kam], Baron ; sa femme est Sunin [Syoun in], 順人 순인. Titres hiérarchiques  :

6a 執順郞 집순랑, Chipsullang [Tjip syoun rang]

從順郞 종순랑, Chongsullang [Tjyong syoun rang]

Les titres de noblesse sont accordés par décret spécial aux descendants de Rois ; le rang diminue à chaque génération et ne se relève que par des mérites exceptionnels ; rarement les titres de noblesse durent jusqu’à la sixième génération. Les nobles royaux et leurs femmes portent actuellement les mêmes titres hiérarchiques que les fonctionnaires et femmes de fonctionnaires du même rang (n° 1037- 1054) ; cette réforme a eu lieu postérieurement à 1785.



------------------------------------------------------------------------------------------------------

40

Dans le royaume de Koryŏ, les Princesses de sang royal s’appelaient :

[Image de page : 10 ]



大長公主 대장공주, Taejang kongju [Tai tjyang kong tjyou], Grande Princesse Royale  ;

公主 공주, Kongju [Kong tjyou], puis 翁主 옹주, Ongju [Ong tjyou] , Princesse Royale  ;

國大夫人 국대부인, Kuktaebuin [Kouk tai pou in], Princesse Royale du 2e rang  ;

郡大夫人 군대부인, Kundaebuin [Koun tai pou in], 郡君 군군, Kun’gun [Koun koun] , Princesse  ;

縣君 현군, Hyŏn’gun [Hyen koun], Princesse .

A partir de  Ch’unghye wang [Tchyoung hyei], 忠惠王 충혜왕 (1330-1332, puis 1339-1345), des Danseuses mêmes furent appelées Princesses Royales, Ongju [Ong tjyou], 翁主 옹주 , et Princesses, T’aekchu [Tchăik (Htăik) tjyou] 4 , 宅主 택주 .

Sous la dynastie actuelle, la hiérarchie est fixée ainsi qu’il suit :

41

公主 공주, Kongju [Kong tjyou], Grande Princesse Royale, fille du Roi et de la Reine, supérieure aux rangs administratifs  ; elle porte un nom honorifique, de même que les autres Princesses indiquées plus bas ; son mari est Grand Prince Consort, Wi [Oui], 尉 위, avec une qualification tirée du nom d’une localité ; on le désigne par l’expression Puma [Pou ma], 駙馬 부마 . Titres hiérarchiques  :

.
1a 綏祿大夫 유록대부, Yurŏk taebu [You rok tai pou] (en 1744),

成祿大夫 성록대부, Sŏngnok taebu [Syeng rok tai pou]
1b 光德大夫 광덕대부, Kwangdŏk taebu [Koang tek tai pou] , (en 1469),

靖德大夫 정덕대부, Chŏngdŏk taebu [Tjyeng tek tai pou] , (en 1744) ;

崇德大夫 숭헌대부, Sungdŏk taebu [Syoung tek tai pou] , (en 1469),

明德大夫 명덕대부,  Myŏngdŏk taebu [Myeng tek tai pou] , (en 1744)

42

翁主 옹주, Ongju [Ong tjyou], Princesse Royale, fille du Roi et d’une concubine, supérieure à la hiérarchie des fonctionnaires . Son mari est Prince Consort, Wi [Oui], 尉 위  ; il porte une qualification tirée du nom d’endroit, comme les deux suivants. On le désigne aussi par l’expression Puma [Pou ma], 駙馬 부마 . Titres hiérarchiques  :

2a 奉憲大夫 봉헌대부, Ponghŏn taebu [Pong hen tai pou]

通憲大夫 통헌대부, T’onghŏn taebu [Htong hen tai pou]
2b 資義大夫 자의대부, Chaŭi taebu [Tjă eui tai pou]

順義大夫 순의대부, Sunŭi taebu [Syoun eui tai pou]

43

郡主 군주, Kunju [Koun tjyou], fille du Prince héritier et de la Princesse sa

[Image de page : 11 ]

femme ; 2a ;
son mari est Prince Consort, Puwi [Pou oui], 副尉 부위. Titre hiérarchique :

3a 奉順大夫 봉순대부, Pongsun taebu [Pong syoun tai pou]

44

縣主 현주, Hyŏnju [Hyen koun], Princesse, fille du Prince héritier et d’une concubine ; 3a  ; son mari est Prince Consort Ch’ŏmwi [Tchyem oui], 僉尉 첨위. Titres hiérarchiques  :

3a 正順大夫 정순대부, Chŏngsun taebu [Tjyeng syoun tai pou]
3b 明信大夫 명신대부, Myŏngsin taebu [Myeng sin tai pou]

敦信大夫 돈신대부, Tonsin taebu [Ton sin tai pou]

Postérieurement à 1785, les titres hiérarchiques des Princes Consorts ont été remplacés par ceux de la hiérarchie des fonctionnaires civils (n° 1037- 1054).



------------------------------------------------------------------------------------------------------

45

大院君 대원군, Taewŏn’gun [Tai ouen koun], Grand Prince  ; quatre personnages, pères de Rois, sans être Rois eux- mêmes, ont porté ce titre ;  ce sont le Grand Prince de Tŏkhŭng [Tek heung], 德興大院君 덕흥대원군, père de Sŏnjo [Syen tjo], 宣祖 선조, qui reçut ce titre après sa mort, en 1567 ; le Roi Wŏnjong [Ouen tjong], 元宗 원종, père de Injo [In tjo], 仁祖 인조, qui fut nommé Taewŏn’gun [Tai ouen koun] après sa mort, en 1623, et fut promu à la dignité royale en 1632 ; le Grand Prince de Chŏn’gye [Tjyen kyei], 全溪大院君 전계대원군, père de Ch’ŏljong [Tchyel tjong], 哲宗 철종, qui reçut ce titre après sa mort, en 1849 ; et enfin le Grand Prince de Hŭngsŏn [Heung syen], 興宣大院君 흥선대원군, père du Roi régnant, qui porte ce titre depuis 1865 et que les étrangers appellent souvent le Régent. La mère du Roi porte le titre de Pudaebuin [Pou tai pou in], 府大夫人 부대부인, précédé d’un nom de localité.

46

奉保夫人 봉보부인, Pongbo puin [Pong po pou in], 1b ; titre donné à la nourrice du Roi .

47

府院君 부원군 Puwŏn’gun [Pou ouen koun], Prince, 1a ; titre donné au père de la Reine  ;

la mère de la Reine s’appelle Pubuin [Pou pou in], 府夫人 부부인 ; ces deux titres sont précédés de noms de localité.



[Image de page : 12 ]

CHAPITRE II

Les Administrations de la Maison Royale

48

宗親府 종친부, Chongch’inbu [Tjong tchin pou], Conseil de la Maison Royale, fondé par la présente dynastie. Il est chargé des cérémonies célébrées en l’honneur des registres généalogiques et des portraits des Rois: il présente les vêtements rituels aux deux palais de Hamhŭng [Ham heung], 咸興 함흥, et de Yŏnghŭng [Yeng heung], 永興 영흥 : ces deux localités, situées dans la province de Hamgyŏng [Ham kyeng] 5 sont les lieux de naissance et de résidence du roi T’aejo [Htai tjo], 太祖 태조 (1392-1398) , les deux palais ont été transformés en temples. Postérieurement à 1785, ce Conseil a absorbé le Conseil des Archives de la Maison Royale ( n°51). Les fonctionnaires au-dessus du 3e rang sont choisis parmi les membres de la Maison Royale.

49

領宗正卿 영종 정경, Yŏngjong chŏnggyŏng [Ryeng tjong tjyeng kyeng], hors rang : Premier Président  ;

判宗正卿 판종정경, P’anjong chŏnggyŏng [Hpan tjong tjyeng kyeng], 1a; Président  ;

知宗正卿 지종정경, Chijong chŏnggyŏng [Tji tjong tjyeng kyeng], 1b ou 2a ; Premier Conseiller ;

宗正卿 종정경, Chongjŏnggyŏng [Tjong tjyeng kyeng], 2b ; Second Conseiller ;

都正 도정, Tojŏng [To tjyeng], 3a, Assistant général (une charge) ;

正 정, Chŏng [Tjyeng], 3a ; Assistant, (une charge) ;

典籤 전첨, Chŏnch’ŏm [Tyen tjyeng], 4a ; Notaire (une charge) ;

典簿 전부, Chŏnbu [Tyen pou], 5a ; Archiviste (une charge) ;

主簿 주부, Chubu [Tjyou pou], 6b ; Archiviste (une charge) ;

直長 직장, Chikchang [Tjik tjyang], 7b ; Gardien en chef (une charge) ;

參奉 참봉, Ch’ambong [Tcham pong], 9b ; Gardien (une charge) ;

忠義 충의, Ch’ungŭi [Tchyoung eui], non classé ; Copiste (une charge) ;

郞廳 낭청, Nangch’ŏng [Rang htyeng], non classé ; Copiste (une charge) ;

------------------------------------------------------------------------------------------------------

50

殿中省 전중성, Chŏnjungsŏng [Tyen tjyoung syeng], Bureau du Palais, institué par Mokchong [Mok tjong], 穆宗 목종 (997-1009) ; pour s’occuper des archives de la Marine Royale appelé ensuite Conseil intérieur du Palais, 殿中寺 전중시, Chŏnjungsi [Tyen tjyoung si] , puis Conseil de la Maison Royale, 宗正寺 종정시, Chongjŏngsi [Tjong tjyeng si] , nommé Conseil des Archives, 宗簿寺 종부시, Chongbusi [Tjong pou si] , par Ch’ungsŏn [Tchyoung syen],

[Image de page : 13 ]

忠宣王 충선왕 (1308-1313).

51

Le Roi T’aejo [Htai tjo], 太祖 태조, en 1392, reprit le nom de Conseil intérieur du Palais et revint plus tard au nom de Conseil des Archives de la Maison Royale. 宗簿寺 종부시, Chongbusi [Tjong pou si], Conseil des Archives de la Maison Royale  ;

il rédigeait les listes généalogiques et avait la juridiction sur les membres de la Maison Royale, il a été réuni en 1864 au Conseil de la Maison Royale ( n°148). Les fonctionnaires supérieurs étaient membres de la Maison Royale.



------------------------------------------------------------------------------------------------------

52

儀賓府 의빈부, Ŭibinbu [Eui pin pou], Conseil des Princes par alliance, composé des maris et fils des Princesses filles de Rois et de Princes héritiers . Ce Conseil a été institué au commencement de la dynastie des Yi/Ri [Ri] ; il n’a pas d’attributions. Il a deux fonctionnaires spéciaux :

經歷 경력, Kyŏngnyŏk [Kyeng ryek], 4b ; Secrétaire (une charge supprimée en 1744)  ;

都事 도사, Tosa [To să], 5b ; Secrétaire (une charge) .

------------------------------------------------------------------------------------------------------

53

敦寧府 돈녕부, Tonnyŏngbu [Ton nyeng pou], Conseil des Membres directs et par alliance de la Maison Royale, fondé en 1414, formé des membres de la Maison Royale descendant des Rois soit par les hommes soit par les femmes, et des membres de la famille de la Reine ; ce Conseil n’a pas d’attributions .

54

領事 영사, Yŏngsa [Ryeng să], 1a ; Premier Président (une charge)  ;

判事 판사, P’ansa [Hpan să], 1b ; Président (une charge)  ;

知事 지사, Chisa [Tji să], 2a ; Premier Conseiller (une charge)  ;

同知事 동지사, Tongjisa [Tong tji să], 2b ; Second Conseiller (une charge)  ;

都正 도정, Tojŏng [To tjyeng], 3a, Assistant général (une charge)

判官 판관, P’an’gwan [Hpan koan], 5b ; Secrétaire général (une charge)  ;

主簿 주부, Chubu [Tjyou pou], 6b ; Archiviste (une charge) ;

直長 직장, Chikchang [Tjik tjyang], 7b ; Gardien en chef (une charge) ;

奉事 봉사, Pongsa [Pong să], 8b ; Copiste (une charge) ;

參奉 참봉, Ch’ambong [Tcham pong], 9b ; Gardien (une charge) ;

------------------------------------------------------------------------------------------------------

55

宗學 종학, Chonghak [Tjong hak], Ecole pour les membres de la Maison Royale , fondée en 1450,

[Image de page : 14 ]

supprimée par Yŏnsan [Yen san], 燕山君 연산군 (1494-1506), rétablie par son successeur Chungjong [Tjyoung tjong], 中宗 중종, en 1506, supprimé depuis lors à une époque inconnue, antérieure en 1744. Les fonctionnaires étaient en même temps fonctionnaires du Collège des Lettrés ( n°539) ; ils portaient les titres suivants :

導善 도선, Tosŏn [To syen], 4a ; Recteur  ;

典訓 전훈, Chŏnhun [Tyen houn], 5a ; Censeur  ;

司誨 사회, Sahoe [Să hoi], 6b ; Surveillant .



[Image de page : 15 ]

CHAPITRE III

Les Administrations de la Cour

56

內需司 내수사, Naesusa [Năi syou să], Chambre des Fournitures pour le Palais , fondée par La dynastie actuelle ; elle s’occupe de procurer le riz, la toile et les autres objets dont il est besoin ; précédemment, elle s’occupait aussi des esclaves ( n°1425). A la tête est un eunuque, qui dépend de l’Administration des Eunuques ( n°155) ; c’est le :

次知 차지, Ch’aji [Tchă tji], Surveillant
. Les fonctionnaires proprement dits sont :

57

典需 전수, Chŏnsu [Tyen syou], 5a ; Grand Fournisseur (une charge)  ;

別坐 별좌, Pyŏlchwa [Pyel tjoa], 5a ou 5b ; Secrétaire (une charge) ;

副典需 부전수, Pujŏnsu [Pou tyen syou], 6b ; Vice Grand Fournisseur (une charge)  ;

別提 별제, Pyŏlche [Pyel tyei], 6b ou 6b ; Archiviste (une charge)  ;

典會 전회, Chŏnhoe [Tyen hoi], 7b ; Comptable (une charge)  ;

典穀 전곡, Chŏn’gok [Tyen kok], 8b ; Surveillant des Grains (une charge)  ;

典貨 전화, Chŏnhwa [Tyen hoa], 9b ; Surveillant des Denrées (une charge)  ;

書題 서제, Sŏje [Sye tyei], non classé ; Copiste (quatre charges) .

------------------------------------------------------------------------------------------------------

58

內外 𢈴府 내외경부, Nae-oe kyŏngbu [Năi oi kyeng pou], Bureau des Greniers intérieurs et extérieurs du royaume de Paekche [Păik tjyei] .

59

穀內部 곡내부, Kongnaebu [Kok năi pou], Bureau des Greniers du Palais, du royaume de Paekche [Păik tjyei] .

60

備用司 비용사, Piyongsa [Pi yong să], Chambre des grains de la dynastie Koryŏ [Korye] , nommée Magasin des Vivres, Yomulgo [Ryo moul ko], 料物庫 요물고 , par Ch’ungsŏn [Tchyoung syen], 忠宣王 충선왕, (1308-1313). La dynastie des Yi [Ri] conserva ces Magasins ; en 1401, ils furent nommés Kongjŏnggo [Kong tjyeng ko], 供正庫 공정고 , et,

61

postérieurement à 1414 : 寺 사도시, Sadosi [Să to si], Conseil des Greniers Royaux, chargé des grains et sauces faites avec les grains, pour l’usage du Palais

提調 제조, Chejo [Tyei tyo], 2b ou au-dessus ; Directeur (une charge)  ;

僉正 첨정, Ch’ŏmjŏng [Tchyem tjyeng], 4b ; Vice-assistant (une charge)  ;

主簿 주부, Chubu [Tjyou pou], 6b ; Archiviste (une charge) ;

奉事 봉사, Pongsa [Pong să], 8b ; Copiste (une charge) .

------------------------------------------------------------------------------------------------------



[Image de page : 16 ]

62

司宰寺 사재시, Sajaesi [Să tjăi si], Conseil des Viandes fondé par Munjong [Moun tjong], 文宗 문종 (1046-1083), nommé par Ch’ungnyŏl [Tchyoung ryel], 忠烈王 충렬왕 (1274-1308) Bureau des Gués, Sajin’gam [Să tjin kam], 司津監 사진감, puis Tojinsa [To tjin să], 都津司 도진사 , et par Kongmin [Kong min] 恭愍王 공민왕 (1351-1374) Bureau des Viandes.

63

Le Roi T’aejo [Htai tjo], 太祖 태조 , en 1392, maintint ce Bureau sous le même nom : 司宰監 사재감, Sajaegam [Să tjăi kam], Bureau des Viandes ; il s’occupait de la fourniture des viandes, poissons frais et salés, sel, torches  ; il a été supprimé vers 1882.

------------------------------------------------------------------------------------------------------

64

大官署 대관서, Taegwansŏ [Tai koan sye], Bureau des Vivres pour les sacrifices et les banquets, établi par Mokchong [Mok tjong], 穆宗 목종 (997-1009), appelé Sŏn’gwansŏ [Syen koan sye], 膳官署 선관서 par Ch’ungnyŏl [Tchyoung ryel], 忠烈王 충렬왕 (1274-1308) .

65

雲臻倉 운진창, Unjinch’ang [Oun tjin tchang], Greniers de l’Abondance, établis à la même époque que le Bureau précédent, réunis par Ch’ungsŏn [Tchyoung syen], 忠宣王 충선왕 (1308-1313) aux Greniers de la Prospérité, Puhŭngch’ang [Pou heung tchang] 富興倉 부흥창 . Ils portèrent ensuite le nom de Greniers de la Perfection loyale, Ŭisŏngch’ang [Eui syeng tchang], 義成倉 의성창 , et furent appelés, par Ch’ungsuk [Tchyoung syouk], 忠肅王 충숙왕 (1313-1330, puis 1332-1339), Magasins du Palais, Naebanggo [Năi pang ko], 內房庫 내방고 .

66

En 1392, T’aejo [Htai tjo], 太祖 태조, maintint les Greniers de la Perfection loyale, qui furent remplacés en 1403 par : 內資寺 내자시, Naejasi [Năi tjă si], Conseil des Vivres du Palais, chargé de fournir du vermicelle, du vin, des sauces de grains, de l’huile, du miel, des légumes . Ce Conseil a été supprimé vers 1882.

------------------------------------------------------------------------------------------------------

67

德泉倉 덕천창, Tŏkch’ŏnch’ang [Tek tchyen tchang], Greniers de la Source de Vertu,

établis par Ch’ungsŏn [Tchyoung syen], 忠宣王 충선왕 (1308-1313) , appelés Magasins de la Source de Vertu Tŏkch’ŏn’go [Tek tchyen ko], 德泉庫 덕천고 , par Ch’ungsuk [Tchyoung syouk], 忠肅王 충숙왕 (1313-1330, puis 1332-1339).

68

Ces Magasins, maintenus en 1392, reçurent en 1403 le nom de

[Image de page : 17 ]

內贍寺 내섬시, Naesŏmsi [Năi syem si], Conseil des Provisions du Palais .

Ce Conseil devait fournir l’huile, le vinaigre, les mets maigres. Avant 1785, il s’occupait de plus du vin à donner en cadeau aux grands fonctionnaires et de la nourriture des envoyés japonais ; on a supprimé ce Conseil vers 1882.



------------------------------------------------------------------------------------------------------

69

良醞署 양온서, Yangonsŏ [Ryang on sye], Bureau des Vins, établi par Munjong [Moun tjong], 文宗 문종 (1046-1083) , appelé ensuite Changonsŏ [Tjyang on sye], 掌醞署 장온서 , puis Saonsŏ [Să on sye], 司醞署 사온서 . En 1392, il fut conservé sous ce dernier nom, il a été supprimé entre 1469 et 1744.

------------------------------------------------------------------------------------------------------

70

肉典 육전, Yukchŏn [Youk tyen], Bureau des Viandes du Royaume de Silla [Sin ra], nommé par Kyŏngdŏk [Kyeng tek], 景德王 경덕왕 (742-765) Cuisines royales, Sangsŏn’guk [Syang syen kouk], 尙膳局 상선국 .

71

滓典 재전 Chaejŏn [Tjă tyen], Bureau chargé de purifier l’eau (?) 6 dans le palais des rois de Silla [Sin ra] .

72

尙食局 상식국, Sangsikkuk [Syang sik kouk], Cuisines Royales ,

établies par Mokchong [Mok tjong], 穆宗 목종 (997-1009) , appelées Sasŏnsŏ [Să syen sye], 司膳署 사선서 , par Ch’ungnyŏl [Tchyoung ryel], 忠烈王 충렬왕 (1274-1308) et comprenant les divisions Ŏju [E tjyou], 御廚 어주 , et Pyŏlchu [Pyel tjyou], 別廚 별주 .

奉御 봉어, Pongŏ [Pong e], Maître d’hôtel ;

食醫 식의, Sigŭi [Sik eui], Médecin surveillant des mets ;

提點 제점, Chejŏm [Tyei tyem], Assistant , etc.

73

Peu après 1392, cette administration fut réorganisée :

司饔院 사옹원, Saongwŏn [Să ong ouen], nom littéraire : 7 廚院 주원, Chuwŏn [Tjyou ouen], Cuisines Royales : elles préparent la nourriture du Roi et de la Famille Royale (Reines, Dames du Palais, etc).

都提調 도제조, Tojejo [To tyei tjo], 1a ; Directeur général (une charge) ;

提調 제조, Chejo [Tyei tjo], 2b ou au-dessus ; Directeur (quatre charges) ;

副提調 Pujejo [Pou tyei tjo], 3a ; Sous-directeur (cinq charges) ;

正 정, Chŏng [Tjyeng], 3a ; Assistant (une charge) ;

[Image de page : 18 ]



제거, Chegŏ [Tyei ke], 3a ou 3b ; Assistant (deux charges) ;

提檢 제검, Chegŏm [Tyei kem], 4a ou 4b ; Assistant (deux charges) ;

僉正 첨정, Ch’ŏmjŏng [Tchyem tjyeng], 4b ; Vice-assistant (une charge)  ;

主簿 주부, Chubu [Tjyou pou], 6b ; Archiviste (trois charges) ;

直長 직장, Chikchang [Tjik tjyang], 7b ; Gardien en chef (deux charges) ;

奉事 봉사, Pongsa [Pong să], 8b ; Copiste (trois charges) ;

74

Les Cuisines Royales comprennent quatre divisions :

夫色 어부색, Ŏbusaek [E pou săik], Division des Pêcheurs , [Commentaire de P-E Roux : (Courant donne 魚夫色  dans le corps du texte et 漁夫色 dans l’index. Il apparaît que c’est le second qui est juste et non le premier) ]

諸員色 제원색, Chewŏnsaek [Tjye ouen săik], Division des Clercs militaires ( n° 1135),

匠人色 장인색, Changinsaek [Tjyang in săik], Division des Ouvriers ( n° 793),

沙器色 사기색, Sagisaek [Sa keui săik], Division des Porcelaines .

75

Elles ont aussi trois dépendances, situées respectivement à Yanggŭn [Yang keun], 楊根 양근, à Koyang [Ko yang], 高陽 고양, et à Ansan [An san], 安山 안산, dans la province de Kyŏnggi [Kyeng keui] , et portant les noms de :

分院 분원, Punwŏn [Poun ouen], Fabriques de porcelaines ;

葦魚所 위어소, Wiŏso [Oui e so], Bureau des Poissons blancs ;

蘇魚所 소어소, Soŏso [So e so], Bureau des Eperlans (?) .

76

Dans les Statuts de 1469, on trouve l’énumération suivante d’ officiers de bouche :

宰夫 재부, Chaebu [Tjăi pou], 6br 8 , Officier de la Boucherie ,

膳夫 선부, Sŏnbu [Syen pou], 7br, Officier des Mets ,

調夫 조부, Chobu [Tyo pou], 8br, Officier de la préparation des Mets ,

飪夫 임부, Imbu [Im pou], 9ar, Officier de Bouillon ,

烹夫 팽부, P’aengbu [Hpăing pou], 9br, Officier des Mets bouillis ,

77

飯監 반감, Pan’gam [Pan kam], r ; Surveillant du Riz ,

飯工 반공, Pan’gong [Pan kong], r ; Valet du Riz ,

別司饔 별사옹, Pyŏlsaong [Pyel să ong], r ; Cuisinier ,

炙色 적색, Chŏksaek [Tjyek săik], r ; Valet de la Viande grillé , [Commentaire de P-E Roux : (on trouve aussi 灸色)]

泡匠 포장, P’ojang [Hpo tjyang], r ; Valet des Mets bouillis , [Commentaire de P-E Roux : (泡匠 désigne la personne qui prépare le doufu.)]

蒸色 증색, Chŭngsaek [Tjeung săik], r ; Valet des Mets cuits à la vapeur ,

酒色 주색, Chusaek [Tjyou săik], r ; Valet du Vin ,

茶色 차색, Ch’a(Ta)saek [Tcha (Ta) săik], r ; Valet du Thé ,

[Image de page : 19 ]



餠工 병공, Pyŏnggong [Pyeng kong], r ; Pâtissier ,

湯水色 탕수색, T’angsusaek [Htang syou săik], r ; Valet de l’Eau bouillante ,

水工 수공, Sugong [Syou kong], r ; Porteur d’eau ,

牀排色 상배색, Sangbaesaek [Syang păi săik], r ; Valet de la Table ,

銀器 은기, Ŭn’gi [Eun keui], r ; Valet de la Vaisselle plate ,

燈燭色 동촉색, Tŭngch’oksaek [Teung tchyok săik], r ; Lampiste ,

城上 성상, Sŏngsang [Syeng syang], r ; ? ? .

78

Un certain nombre de serviteurs de ces différentes classes, ou seulement de quelques-unes d’entre elles, étaient attachés aux personnes du Roi, des Reines, du Prince héritier et de sa femme, des principales Dames du Palais. Les Statuts de 1469 indiquent pour la Salle Munso [Moun syo] (n° 451) un service organisé à peu près comme celui du Roi,

et en plus :

蒸色兼莊子色 증색겸장자색, Chŭngsaek kyŏm Changjasaek [Tjeung săik kyem tjang tjă săik], r ; Valet des Mets cuits à la vapeur et ? ? ,

守僕 수복, Subok [Syou pok], Gardien ( n°1138)

進止 진지, Chinji [Tjin tji], Préposé au Riz 9 .

79

Les offices de la Salle Munso [Moun syo] cessèrent d’être remplis à la fin du XVIe siècle. Quant à tous les autres services inférieurs des Cuisines Royales (n° 76 et 77), les titulaires avaient disparu en 1785 : Aujourd’hui ces services sont confiés à des gens loués en plus ou moins grand nombre suivant les besoins.



------------------------------------------------------------------------------------------------------

80

苜蓿典 목숙전, Moksukchŏn [Mok syouk tyen], Bureaux des Luzernes, situés en quatre endroits du royaume de Silla [Sin ra] (à Paekch’ŏn [Păik tchyen], 白川 백천, Hanji [Han….], 漢祗 한지 [Commentaire de P-E Roux : [Courant donne, pour le caractère 祗, la clé禾 (caractère rare), dont il n’a d’ailleurs pas trouvé la prononciation. A la différence de Courant, le Samguk sagi donne le caractère祗] ] , Munch’ŏn [Moun tchyen], 蚊川 문천, Ponp’i [Pon hpi], 本皮 본피).

81

疏典 소전 (pour 蔬典 소전?), Sojŏn [So tyen], Bureau des Légumes, du palais des Rois de Silla [Sin ra] .

82

新園典 신원전, Sinwŏnjŏn [Sin ouen tyen], Bureau du nouveau Jardin, au palais des Rois de Silla [Sin ra] .

83

蘇芳典 소방전, Sobangjŏn [So pang tyen], Burea des Plantes odoriférantes, au palais des Rois de

[Image de page : 20 ]

Silla [Sin ra]
.

84

桃園 도원, Towŏn [To ouen], Jardins des Pêchers, au palais des Rois de Silla [Sin ra] .

85

莿園典 자원전, Chawŏnjŏn [Cha ouen tyen], Jardin des Epines (?), au palais des Rois de Silla [Sin ra] .

86

司圃署 사포서, Sap’osŏ [Să hpo sye], Bureau des Potagers Royaux , fondé par La dynastie actuelle, supprimé vers 1882.

司圃 사포, Sap’o [Să hpo], 6b, Chef des Potagers : charge supprimée avant 1744.

------------------------------------------------------------------------------------------------------

87

植貨司 식화사, Sikhwasa [Sik hoa să], Bureau des Plantations, du royaume de T’aebong [Htai pong] .

88

內園署 내원서, Naewŏnsŏ [Năi ouen sye], Bureau des Jardins du Palais , fondé par Munjong [Moun tjong], 文宗 문종 (1046-1083) .

89

La dynastie actuelle nomme ce Bureau:

掌苑署 장원서, Changwŏnsŏ [Tjyang ouen sye], Bureau des Vergers Royaux : il a été supprimé vers 1882.

掌苑 장원, Changwŏn [Tjyang ouen], 6b, Chef des Vergers : charge supprimée avant 1744.

90

愼花 신화, Sinhwa [Sin hoa], 6b r, Préposé aux Fleurs ,

愼果 신과, Sin’gwa [Sin koa], 7b r, Préposé aux Fruits ,

愼禽 신금, Sin’gŭm [Sin keum], 8a r, Préposé aux Oiseaux ,

副愼禽 부신금, Pusin’gŭm [Pou sin keum], 8b r, Vice-Préposé aux Oiseaux ,

愼獸 신수, Sinsu [Sin syou], 9a r, Préposé aux Quadrupèdes ,

副愼獸 부신수, Pusinsu [Pou sin syou], 9b r, Vice-Préposé aux Quadrupèdes ,

91

Cette administration comprenait quatre divisions : 果園色 과원색, Kwawŏnsaek [Koa ouen săik], Division des Vergers ,

生果色 생과색, Saenggwasaek [Săing koa săik], Division des Fruits frais ,

乾果色 간과색, Kan’gwasaek [Kan koa săik], Division des Fruits secs ,

作米色 작미색, Changmisaek [Tjak mi săik], Division du riz décortiqué .

------------------------------------------------------------------------------------------------------

92

氷庫典 빙고전, Pinggojŏn [Ping ko tyen], Glacières, du royaume de Silla [Sin ra] .

93

氷庫 빙고, Pinggo [Ping ko], Glacières , instituées par la présente dynastie.

提調 제조, Chejo [Tyei tjo], 2b ; Directeur (une charge) ;

別提 별제, Pyŏlche [Pyel tyei], 6b ; Archiviste (deux charges)  ;

別檢 별검, Pyŏlgŏm [Pyel kem], 8b ; Copiste (deux charges) .



[Image de page : 21 ]

94

義盈庫 의영고, Ŭiyŏnggo [Eui yeng ko], Magasins de l’Abondance loyale , fondés par Ch’ungnyŏl [Tchyoung ryel], 忠烈王 충렬왕 (1274-1308) et conservés par T’aejo [Htai tjo], 太祖 태조, en 1392, pour l’huile, le miel, la cire, les mets maigres, le poivre ; en 1403, T’aejong [Htai tjong], 太宗 태종 , y réunit le Yŏnbokkung [Yen pok koung], 延福宮 연복궁. Ces Magasins ont été supprimés vers 1882.

------------------------------------------------------------------------------------------------------

95

席典 석전, Sŏkchŏn [Syek tyen], Bureau des Nattes, du royaume de Silla [Sin ra] , nommé Pongjwaguk [Pong tjoa kouk], 奉座局 봉좌국 , par Kyŏngdŏk [Kyeng tek], 景德王 경덕왕 (742-765).

96

大府上庫 대부상고, Taebu sanggo [Tai pou syang ko] , appelés par Ch’ungnyŏl [Tchyoung ryel], 忠烈王 충렬왕 (1274-1308) .

97

長興庫 장흥고, Changhŭnggo [Tjyang heung ko], Magasins de la Prospérité éternelle ; pour les nattes et le papier huilé . La dynastie des Yi [Ri] les conserva sous le même nom ; ils ont été peu modifiés depuis lors :

提調 제조, Chejo [Tyei tyo], 2b ou au-dessus ; Directeur (une charge)  ;

主簿 주부, Chubu [Tjyou pou], 6b ; Archiviste (une charge) ;

奉事 봉사, Pongsa [Pong să], 8b ; Copiste (une charge)

En 1403, on réunit à ces Magasins le Hŭngsin’gung [Heung sin koung], 興信宮 흥신궁 .

------------------------------------------------------------------------------------------------------

98

尙衣局 상의국, Sangŭiguk [Syang eui kouk], Garde-robe royale , fondée par Mokchong [Mok tjong], 穆宗 목종 (997-1009), appelée Changboksŏ [Tjyang pok sye], 掌服署 장복서 , sous Ch’ungsŏn [Tchyoung syen], 忠宣王 충선왕 (1308-1313), réunie au Ministère des Travaux ( n° 773) par Kongyang [Kong yang], 恭讓王 공양왕, (1389-1392).

99

尙衣院 상의원, Sangŭiwŏn [Syang eui ouen], nom littéraire : 尙方 상방, Sangbang [Syang pang] , Garde-robe Royale,

nommée, au commencement de la dynastie des Yi [Ri], Fabriques Royales ( n° 127). La Garde-robe présente les vêtements officiels et bijoux pour le Roi, le Prince héritier, les Reines, Princesses et autres personnes du Palais.

100

提調 제조, Chejo [Tyei tjo], 2b ou au-dessus ; Directeur (une charge) ;

副提調 부제조, Pujejo [Pou tyei tjo], 3a ; Sous-directeur (une charge) ;

正 정, Chŏng [Tjyeng], 3a ; Assistant (une charge) ;

僉正 첨정, Ch’ŏmjŏng [Tchyem tjyeng], 4b ; Vice-assistant (une charge)  ;

主簿 주부, Chubu [Tjyou pou], 6b ; Archiviste (une charge) ;

別提 별제, Pyŏlche [Pyel tyei], 6b ; Archiviste (une charge)  ;

[Image de page : 22 ]



直長 직장, Chikchang [Tjik tjyang], 7b ; Gardien en chef (une charge) ;

101

工製 공제, Kongje [Kong tyei], 7b r; Maître Tailleur ,

工造 공조, Kongjo [Kong tyo], 8b r ; Maître Artisan ,

工作 공작, Kongjak [Kong tjak], 9b r; Maître Artisan :

ces trois dernières charges avaient disparu dès 1744 ; actuellement, on engage des ouvriers, quand il en est besoin.

102

La Garde-robe comprend les divisions suivantes : 衣襨色 의대색, Ŭidaesaek [Eui tăi săik], Division des vêtements ,

轎子色 교자색, Kyojasaek [Kyo tjă săik], Division des Chaises à porteurs ,

織造色 직조색, Chikchosaek [Tjik tjo săik], Division du Tissage des soieries ,

金銀色 금은색, Kŭmŭnsaek [Keum eun săik], Division de l’Orfèvrerie ,

------------------------------------------------------------------------------------------------------

103

Les bureaux suivants étaient attachés au palais des Rois de Silla [Sin ra] :

麻典 마전, Majŏn [Ma tyen], Bureau du Chanvre , nommé par Kyŏngdŏk [Kyeng tek], 景德王 경덕왕 (742-765) Bureau du Tissage, Chikpangguk [Tjik pang kouk], 織紡局 직방국 .

于 우, U [Ou], peut-être 干 간, Kan [Kan] , Surveillant , etc.

104

綺典 기전, Kijŏn [Keui tyen], Bureau des Soieries ; nommé Pyŏlgŭmbang [Pyel keum pang], 別錦房 별금방 , par Kyŏngdŏk [Kyeng tek], 景德王 경덕왕 (742-765) .

105

錦典 금전, Kŭmjŏn [Keum tyen] ou 織錦房 직금방, Chikkŭmbang [Tjik keum pang] , Bureau des Brocarts .

106

染宮 염궁, Yŏmgung [Yem koung], 染谷典 염곡전, Yŏmgokchŏn [Yem kok tyen] , 攢染典 찬염전, Ch’anyŏmjŏn [Tchan yem tyen] , Teintureries .

107

針房 침방, Ch’imbang [Tchim pang], Bureau de la Couture .

108

漂典 표전, P’yojŏn [Hpyo tyen], Blanchisserie .

109

毛典 모전, Mojŏn [Mo tyen], Bureau des Pelleteries ; nommé Ch’uchwibang [Tchyou tchyoui pang], 聚毳房 추취방

[on prononce Aujourd’hui 취취방]

par Kyŏngdŏk [Kyeng tek], 景德王 경덕왕 (742-765).

110

皮典 피전, P’ijŏn [Hpi tyen], ou 鞄人房 포인방, P’oinbang [Hpo in pang] Bureau des Cuirs .

111

皮打典 피타전, P’it’ajŏn [Hpi hta tyen], ou 工房 운공방, Un’gongbang [Oun kong pang] , Bureau des Tambours .

112

鞜典 탑전, T’apchŏn [Htap tyen], Bureau des Souliers en cuir .

113

靴典 화전, Hwajŏn [Hoa tyen], Bureau des Bottes .

114

打典 타전, T’ajŏn [Hta tyen], Bureau ? ? .

115

麻履典 마리전, Marijŏn [Ma ri tyen], Bureau des Souliers en corde .

116

鞦典 추전, Ch’ujŏn [Tchyou tyen], Bureau des Paniers (en rotin) .

117

南下所宮 남하소궁, Namhasogung [Nam ha so koung], nommé Chapkongsa [Tjap kong să], 雜工司 잡공사 , sous

[Image de page : 23 ]

Kyŏngdŏk [Kyeng tek], 景德王 경덕왕 (742-765) , Bureau des Ouvrages divers
.

118

Dans le Paekche [Păik tjyei], existait :

綢部 주부, Chubu [Tjyou pou], Bureau des Soieries (?)

119

寶源解典庫 보원개(해)전고, Powŏn’gae(hae)jŏn’go [Po ouen kăi (hăi) tyen ko], Magasins des Soieries , fondés par Kongmin [Kong min], 恭愍王 공민왕 (1351-1374), conservés par la nouvelle dynastie et supprimés à une époque récente.

120

雜織署 잡직서, Chapchiksŏ [Tjap tjik sye], Bureau du Tissage , fondé par Munjong [Moun tjong], 文宗 문종 (1046-1083) ; Ch’ungnyŏl [Tchyoung ryel], 忠烈王 충렬왕 (1274-1308) le réunit à la Teinturie Royale ( n° 121) sous le nom de Bureau du Tissage et de la Teinturerie, 織染局 직염국 Chigyŏmguk [Tjik yem kouk] : ces deux administrations ne tardèrent pas à se séparer.

121

都染署 도염서, Toyŏmsŏ [To yem sye], Teinturerie Royale , fondée par Munjong [Moun tjong], 文宗 문종 (1046-1083), réunie momentanément au Bureau du Tissage ( n° 120), supprimée, puis rétablie par Ch’ungsŏn [Tchyoung syen], 忠宣王 충선왕 (1308-1313), conservée par T’aejo [Htai tjo], 太祖 태조 en 1392, réunie au Bureau des Fournitures ( n°123) à une époque indéterminée (entre 1414 et 1744).

122

濟用庫 제용고, Cheyonggo [Tjyei yong ko], Magasins des Fournitures pour le Palais , institués par Kongyang [Kong yang], 恭讓王 공양왕, (1389-1392), puis réunis aux Magasins de soieries ( n° 119).

123

En 1392, T’aejo [Htai tjo], 太祖 태조 , rétablit les Magasins des Fournitures et peu après en fit le Bureau des Fournitures :

濟用監 제용감, Cheyonggam [Tjyei yong kam], Bureau des Fournitures, chargé de procurer au palais la toile, les vêtements destinés aux cadeaux ; il s’occupe aussi de la teinture des étoffes .

124

提調 제조, Chejo [Tyei tyo], 2b ou au-dessus ; Directeur (une charge)  ;

判官 판관, P’an’gwan [Hpan koan] 5b ; Secrétaire général (une charge)  ;

主簿 주부, Chubu [Tjyou pou], 6b ; Archiviste (deux charges)  ;

奉事 봉사, Pongsa [Pong să], 8b ; Copiste (une charge)  ;

副奉事 부봉사, Pubongsa [Pou pong să], 9a ; Vice-Copiste (une charge) .

125

Ce Bureau a quatre Magasins , désignés par les quatre premiers caractères du Ch’ŏnchamun [Tchyen tjă moun], 千字文 천자문  : 天字庫 천자고, Ch’ŏnjago [Htyen tjă ko], pour les fourrures de castor et la soie de couleur ,

[Image de page : 24 ]

地字庫 지자고, Chijago [Ti tjă ko], pour le chanvre, le mercure, l’arsenic et le borax , 玄字庫 현자고, Hyŏnjago [Hyen tjă ko], pour le coton et la soie , 黃字庫 황자고, Hwangjago [Hoang tjă ko], pour les objets teints .

126

Les administrations énumérées ci-dessus (n° 56, 61, 73, 97, 99 et 123) sont alimentées par des impôts en nature ( n° 371), qui doivent être versés par les provinces, districts, corporations : en réalité ces impôts sont payés en riz. Auprès de chaque administration, se trouvent un certain nombre de charges de fournisseurs,  Kongin [Kong in], 貢人 공인  ;

ces fournisseurs forment des associations suivant la nature des fournitures, ils touchent une partie du grain payé par les provinces et districts et assurent le service du Palais ; les charges des fournisseurs se transmettent héréditairement ou par vente.



------------------------------------------------------------------------------------------------------

127

中尙署 중상서, Chungsangsŏ [Tjyoung syang sye], Garde-meuble Royal , institué par Mokchong [Mok tjong], 穆宗 목종 (997-1009) pour s’occuper des vases, tasses et autres objets à l’usage du Roi ; Ch’ungsŏn [Tchyoung syen], 忠宣王 충선왕 (1308-1313) le nomma Kongjosŏ 供造署 공조서, Fabriques Royales .

Ces Fabriques Royales, maitenues à l’avènement des Yi [Ri], prirent bientôt après le nom de Garde-robe Royale ( n° 99).



------------------------------------------------------------------------------------------------------

128

前內部 전내부, Chŏnnaebu [Tjyen năi pou], Intendance du Palais ( ?) du royaume de Paekche [Păik tjyei] .

129

租典 조전, Chojŏn [Tjo tyen], Bureau des Redevances payées au palais des Rois de Silla [Sin ra] .

130

物藏典 물장전, Muljangjŏn [Moul tjang tyen], Bureau de Conservation des Objets (Silla [Sin ra]) .

131

曝典 포전, P’ojŏn [Hpo tyen], Bureau chargé d’aérer les objets (Silla [Sin ra]) .

132

內省 내성, Naesŏng [Năi syeng], 殿中省 전중성, Chŏnjungsŏng [Tyen tjyoung syeng] (en 759), Intendance du Palais, du royaume de Silla [Sin ra].

私臣 사신, Sasin [Să sin], 殿中令 전중령, Chŏnjungryŏng [Tyen tjyoung ryeng] , Surintendant, etc.

133

納貨府 납화부, Naphwabu [Nap hoa pou], Intendance du Palais, du royaume de T’aebong [Htai pong].

134

大府寺 대부시, Taebusi [Tai pou si], 大府 대부, Taebu [Tai pou] , Intendance du Palais,

[Image de page : 25 ]

établie par Munjong [Moun tjong], 文宗 문종 (1046-1083) et responsible de tous les objets qui se trouvaient dans le Palais ; Ch’ungnyŏl [Tchyoung ryel], 忠烈王 충렬왕 (1274-1308) l’appela Oebusi [Oi pou si], 外府寺 외부시 , puis Naebusi [Năi pou si], 內府寺 내부시  ; Kongmin [Kong min] 恭愍王 공민왕 (1351-1374) la nomma Taebugam [Tai pou kam], 大府監 대부감.

135

La dynastie actuelle la conserva sous le nom de Naebusi [Năi pou si], 內府寺 내부시  ; elle a été supprimée à une époque qui n’est pas connue .

------------------------------------------------------------------------------------------------------

136

符寶郞 부보랑, Puborang [Pou po rang], Secrétaire du Sceau , sous Ŭijong [Eui tjong], 毅宗 의종 (1146-1170), nommé Inpurang [In pou rang] 印府郞 인부랑 , sous Ch’ungnyŏl [Tchyoung ryel], 忠烈王 충렬왕 (1274-1308). A cette époque-là, la Chancellerie Royale dépendait de la Cour du Govuernement (n° 304, 305) ; elle s’appela Sŭngjibang [Seung tji pang] 承旨房 승지방, puis Insinsa [In sin să], 印信司 인신사.

137

知印房 지인방, Chiinbang [Tji in pang], 政房 정방, Chŏngbang [Tjyeng pang] , ou 箚子房 잡(차)자방, Chap(Ch’a)chabang [Tjap (tcha) tjă pang] , Chancellerie des Nominations, instituée en 1201, supprimée, puis rétablie, nommée Sangsu(sŏ)sa [Syang syou (sye) să], 尙瑞司 상수(서)사 [Commentaire de P-E Roux : [je n’ai pas trouvé confirmation de l’existence de la prononciation su. Même problème au n°138, 636 et 644 avec 尙瑞院] ] , par Sin Ch’ang [Sin Tchyang], 辛昌 (1388-1389). Cette administration acquit une importance considérable et ses chefs s’emparèrent du droit de choisir les fonctionnaires ; l’un d’eux, sous Kojong [Ko tjong], 高宗 고종 (1213-1259), alla même jusqu’à installer dans sa maison les bureaux de la Chancellerie. Les Rois de Koryŏ [Korye] ne purent jamais se débarasser de cette influence redoubtable.

138

La Chancellerie fut conservée par La dynastie actuelle, mais elle ne garda rien de son pouvoir :

尙瑞院 상수(서)원, Sangsu(sŏ)wŏn [Syang syou (sye) ouen], Chancellerie Royale, gardienne des différents sceaux du Roi et de ceux qui doivent être remis à certains fonctionnaires .

正 정, Chŏng [Tjyeng], 3a ; Assistant (une charge) ;

直長 직장, Chikchang [Tjik tjyang], 7b ; Gardien en chef (une charge) ;

副直長 부직장, Pujikchang [Pou tjik tjyang], 8a ; Gardien en second (une charge) .

------------------------------------------------------------------------------------------------------

139

儀仗府 의장부, Ŭijangbu [Eui tjyang pou], Conseil des Insignes Royaux , fondé par Kongyang [Kong yang], 恭讓王 공양왕, (1389-1392).

140

衛尉寺 위위시 Wiwisi [Oui oui si], Conseil des Insignes, du Royaume de Koryŏ [Korye] .

141

儀仗庫 의장고, Ŭijanggo [Eui tjyang ko], Magasin des Insignes Royaux, m 10 , sous la dynastie actuelle.

[Image de page : 26 ]

郞廳 낭청, Nangch’ŏng [Rang htyeng], 6b ; Secrétaire (deux charges) .

------------------------------------------------------------------------------------------------------

142

歸厚署 귀후서, Kwihusŏ [Koui hou sye], Bureau des Libéralités , fondé en 1406 : il fabriquait les cercueils destinés à être donnés aux membres de la Maison Royale et aux hauts fonctionnaires ; il a été supprimé entre 1770 et 1785 et ses attributions ont passé au Bureau des Travaux et des Réparations ( n° 783).

143

長生殿 장생전, Changsaengjŏn [Tjyang săing tyen], Salle de la Vie Eternelle , fondée en 1414 et chargée de préparer à l’avance les cercueils royaux.

都提調 도제조, Tojejo [To tyei tjo], 1a ; Directeur général (une charge) ;

提調 제조, Chejo [Tyei tjo], 2a ; Directeur (trois charges) ;

郞廳 낭청, Nangch’ŏng [Rang htyeng], 5a ou 6b ; Secrétaire (trois charges) .

144

Cette administration délègue en province des fonctionnaires qui portent le titre de

Hwangjang kyŏngch’aegwan [Hoang tjyang kyeng tchăi koan], 黃腸敬差官 황장경채관 . [Commentaire de P-E Roux : [Dans la suite du RHAC, chaque fois que le caractère 差 apparait, Courant le note sous sa prononciation correcte suivie de sa prononciation usuelle à savoir ch’ae (ch’a) [tchăi (tcha)], 差 채 (차)] ]

------------------------------------------------------------------------------------------------------

145

法部 Pŏppu [Pep pou], Bureau du Bouddhisme (?) ou des Lois (?) dans le palais des Rois de Paekche [Păik tjyei] .

146

Le service du Palais, dans le royaume de Silla [Sin ra],

監夫大典 감부대전, Kambu taejŏn [Kam pou tai tyen], Bureau des Eunuques (?) .

147

少年監典 소년감전, Sonyŏn kamjŏn [Syo nyen kam tyen], Bureau des Jeunes Eunuques (?), appelé aussi Choch’ŏnsŏng [Tyo htyen syeng] 釣天省 조천성

148

大傅典 대부전, Taebujŏn [Tai pou tyen], Bureau des Professeurs des Eunuques (?) (cf. n° 188)

149

行軍典 행군전, Haenggunjŏn [Hăing koun tyen], Bureau des Gardes (?)

150

番典 번전, Pŏnjŏn [Pen tyen], Bureau des Employés de service (?).

151

願堂典 원당전, Wŏndangjŏn [Ouen tang tyen], Chapelle bouddhique.

152

上下左右新謀典 상하좌우신무(모)전, Sangha chwa-u sinmu(mo)jŏn [Syang ha tja ou sin mou (mo) tyen], Bureaux supérieur, inférieur, de gauche, de droite de ? ?

北廂典 북상전, Puksangjŏn [Pouk syang tyen], Bureau de l’aile du nord

153

倭典 와(왜)전, Wa(Wae)jŏn [Oa (oai) tyen], Bureau des Japonais, distinct de celui qui est indiqué au n° 566, gardé après 621

154

內侍府 내시부, Naesibu [Năi si pou], Administration des Eunuques du Royaume de Koryŏ [Korye]. Kongmin [Kong min], 恭愍王 공민왕 (1351-1374) organisa les eunuques du Palais et leur donna les titres suivants :

[Image de page : 27 ]

內詹事 내첨사, Naech’ ŏmsa [Năi tchyem să], Superintendent de l’Intérieur ,

內常侍 내상사, Naesangsi [Năi syang si] 司謁 사알, Sa-al [Să al] , Valet ordinaire ,

內侍監 내시감, Naesigam [Năi si kam], 謁者 알자, Alcha [Al tjya] , Valet ,

內承直 내승직, Naesŭngjik [Năi seung tjik], Gardien ,

內給事 내급사, Naegŭpsa [Năi keup să], Secrétaire ,

宮闈承 궁위승, Kungwisŭng [Koung oui seung] Portier ,

奚官令 혜(해)관령, Hye(Hae)gwallyŏng [Hyei (hăi) koan ryeng], Eunuque esclave .

155

T’aejo [Htai tjo], 太祖 태조, en 1392, conserva cette administration, mais en modifia les titres :

內侍府 내시부, Naesibu [Năi si pou], nom littéraire : 內班院 내반원, Naebanwŏn [Năi pan ouen], Administration des Eunuques ;

tous les postes indiqués ci-dessous sont remplis par des eunuques qui ont rang officiel de fonctionnaire, mais ne peuvent passer dans d’autres administrations :

156

尙膳 상선, Sangsŏn [Syang syen], 2b ; Maître d’hôtel,

尙醞 상온, Sangon [Syang on], 3a ; Echanson ,

尙茶 상차(다), Sangch’a(da) [Syang tcha (ta)], 3a ; Echanson pour le thé,

尙藥 상약, Sangyak [Syang yak], 3b ; Droguiste ,

尙傳 상전, Sangjŏn [Syang tyen], 4a ; Chargé des Commandements ,

尙冊 상책, Sangch’aek [Syang tchăik], 4b ; Libraire ,

尙弧 상호, Sangho [Syang ho], 5a ; Archer ,

尙帑 상탕, Sangt’ang [Syang htang], 5b ; Trésorier ,

尙洗 상세, Sangse [Syang syei], 6b ; Préposé au Lave-main ,

尙燭 상촉, Sangch’ok [Syang tchyok], 6b ; Préposé aux Lanternes ,

尙烜 상훤, Sanghwŏn [Syang houen], 7a ; Préposé aux Torches ,

尙設 상설, Sangsŏl [Syang syel], 7b ; Préposé à la disposition des objets ,

尙除 상제, Sangje [Syang tjye], 8a ; Préposé aux degrés du Trône ,

尙門 상문, Sangmun [Syang moun], 8b ; Portier ,

尙更 상경, Sanggyŏng [Syang kyeng], 9a ; Veilleur ,

尙苑 상원, Sangwŏn [Syang ouen], 9b ; Jardinier ,

157

Tous ces titres sont indiqués par l’édition de 1469 des Statuts fondamentaux ; l’édition de 1785 semble ne plus les connaître et donne seulement la division des eunuques en :

[Image de page : 28 ]

大殿長番 대전장번, Taejŏn changbŏn [Tai tyen tjyang pen], Service ordinaire du Roi ,

大殿出入番 대전출입번, Taejŏn ch’urippŏn [Tai tyen tchyoul ip pen], Service du Roi, par rôles ,

王妃殿出入番 왕비전출입번, Wangbijŏn ch’urippŏn [Oang pi tyen tchyoul ip pen], Service ordinaire de la Reine, par rôles ,

世子宮長番 세자궁장번, Sejagung changbŏn [Syei tjă koung tjyang pen], Service ordinaire du Prince héritier ,

世子宮出入番 세자궁출입번, Sejagung ch’urippŏn [Syei tjă koung tchyoul ip pen], Service ordinaire du Prince héritier, par rôles ,

嬪宮出入番 빈궁출입번, Pingung ch’urippŏn [Pin koung tchyoul ip pen], Service par rôles de la Princesse femme du Prince héritier . (Cf. n° 168 et 169, 181).

158

Il y a de plus pour chaque palais ou salle du Palais quatre-vingt-six eunuques inférieurs, Sohwan [Syo hoan], 小宦 소환 .

159

Les principales divisions du service des eunuques sont les suivantes :

弓房 궁방, Kungbang [Koung pang], Chambre des Arcs ,

火藥房 화약방, Hwayakpang [Hoa yak pang], Poudrière ,

酒房 주방, Chubang [Tjyou pang], Cellier ,

茶房 차(다방), Ch’a(Ta)bang [Tcha (ta) pang], Chambre du Thé ,

燈燭房 동촉방, Tŭngch’okpang [Teung tchyok pang], Chambre des Lampes ,

廂庫 상고, Sanggo [Syang ko], Magasins latéraux ,

司鑰房 사약방, Sayakpang [Sa yak pang], Chambre des Clefs ,

薛里 설리, Sŏlli [Syel ri],  ? ? 11

多人廳 다인청, Tainch’ ŏng [Ta in htyeng], ? ? (Cf. aussi n° 167).

160

On trouve encore les titres de :

對客堂上 대객당상, Taegaek tangsang [Tăi kăik tang syang], Hôtelier

承傳色 승전색, Sŭngjŏnsaek [Seung tyen săik], Chargé des Commandements de la Reine ,

掌器 장기, Changgi [Tjyang keui], Préposé à la Vaisselle ,

進止 진지, Chinji [Tjin tji], Préposé au Riz ,

掌務 장무, Changmu [Tjyang mou], Préposé aux Affaires, Intendant ,

掌內苑 장내원, Changnaewŏn [Tjyang năi ouen], Surveillant des Jardins ,

門差備 문채(차)비, Munch’ae(ch’a)bi [Moun tchăi (tcha) pi], Portier ,

監農 감농, Kamnong [Kam nong], Surveillant de l’agriculture (?)

------------------------------------------------------------------------------------------------------

161

掖庭院 액정원, Aekchŏngwŏn [Ăik tyeng ouen], Cour des Serviteurs Royaux, fondée au commencement

[Image de page : 29 ]

de la dynastie de Koryŏ [Korye], nommée Bureau des Serviteurs Royaux, Aekchŏngguk [Ăik tyeng kouk], 掖庭局 액정국. par Sŏngjong [Syeng tjong], 成宗 성종 (981-997) ; Naealsa [Năi al să], 內謁司 내알사 , par Ch’ungnyŏl [Tchyoung ryel], 忠烈王 충렬왕 (1274-1308) ; Hangjŏngguk [Hang tyeng kouk], 巷庭局 항정국 , par Ch’ungsŏn [Tchyoung syen], 忠宣王 충선왕 (1308-1313).

162

內謁者監 내알자감, Naealjagam [Năi al tjya kam], Superintendant des Serviteurs de la Présence Royale ,

內侍伯 내시백, Naesibaek [Năi si păik], 伯 백, Paek [Păik] , Intendant des Serviteurs de la Présence ,

正 정, Chŏng [Tjyeng], Assistant ,

內謁者 내알자, Naealja [Năi al tjya], 僕謁者 복알자, Pogalja [Pok al tjya] , Serviteur de la Présence ,

監作 감작, Kamjak [Kam tjak], Surveillant des travaux du Palais ,

內殿崇班 내전숭반, Naejŏn sungban [Năi tyen syoung pan], Serviteur en chef attaché à une salle ,

班殿 반전, Panjŏn [Pan tyen], Serviteur attaché à une salle ,

頭供奉官 두공봉관, Tugong ponggwan [Tou kong pong koan], Premier Serviteur ,

侍禁 시금, Sigŭm [Si keum], Serviteur du Palais,

承旨 승지, Sŭngji [Seung tji], 三班奉職 삼반봉직, Samban pongjik [Sam pan pong tjik] , Préposé aux Commandements.

163

En 1392, les Serviteurs Royaux formèrent le Bureau ci-dessous :

掖庭署 액정서, Aekchŏngsŏ [Ăik tyeng sye], Bureau des Serviteurs Royaux ,

司謁 사알, Sa-al [Să al], 6b r; Serviteur de la Présence Royale ,

司鑰 사약, Sayak [Să yak], 6b r; Préposé aux Clefs ,

副司鑰 부사약, Pusayak [Pou să yak], 6b r; Vice-préposé aux Clefs ,

司案 사안, Sa-an [Să an ], 7a r; Préposé au Pupitre ,

副司案 부사안, Pusa-an [Pou să an], 7b r ; Vice-préposé au Pupitre ,

司鋪 사포, Sap’o [Să po ], 8a r; Préposé aux Nattes ,

副司鋪 부사포, Pusap’o [Pou să po ], 8b r; Vice-préposé aux Nattes ,

司掃 사소, Saso [Să so ], 9a r; Préposé au Balayage ,

副司掃 부사소, Pusaso [Pou să so], 9b r ; Vice-préposé au Balayage . Telle est encore la suite des grades dans les Statuts de 1469 ; en 1785, on ne trouve plus que les cinq premiers titres.

164

Depuis 1392 jusqu’en 1865, les fonctions Ch’ae(Ch’a)bi [Tchăi (tcha) pi], 差備 채(차)비, des Serviteurs Royaux étaient les suivantes :

司謁 사알, Sa-al [Să al], Serviteur de la Présence Royale ,

司鑰 사약, Sayak [Să yak], Préposé aux Clefs ,

書房色 서방색, Sŏbangsaek [Sye pang săik], Libraire ,

[Image de page : 30 ]

洗手間 세수간, Sesugan [Syei syou kan], Valet du Lave-main ,

賜間 수사간, Sousagan [ Syou să kan], Valet de l’Eau ,

別監 별감, Pyŏlgam [Pyel kam], Gardien ,

東山別監 동산별감, Tongsan pyŏlgam [Tong san pyel kam], Gardien du Jardin  ; les quatre derniers offices étaient remplis par les Serviteurs de rang 7a et au-dessous.

165

Les Six Statuts de 1866 indiquent une réforme : les Serviteurs Royaux n’ont plus de rang officiel ; ce sont des gens de la classe moyenne qui obtiennent ces charges sur recommandation, souvent par l’influence des Dames du Palais ou des Servantes Royales (n° 18 et 19) ; les charges sont presque héréditaires, comme par le passé.

傳命司謁兼武藝統長 전명사알겸무예통장, Chŏnmyŏng sa-al kyŏm muye t’ongjang [Tjyen myeng să al kyem mou yei htong tjyang], Serviteur de la Présence, chargé des Commandements du Roi et chef des Soldats-Gardes de Sa Majesté (quatre charges) ;

傳命司謁 전명사알, Chŏnmyŏng sa-al [Tjyen myeng să al], Serviteur de la Présence, chargé des Commandements du Roi (quatre charges) ;

司謁 사알, Sa-al [Să al], Serviteur de la Présence (deux charges) ; Préposé aux Clefs ordonnateur (trois charges) ;

書房色司鑰 서방색사약, Sŏbangsaek sayak [Sye pang săik să yak], Préposé aux Clefs libraire (deux charges) ;

弓房司鑰 궁방사약, Kungbang sayak [Koung pang să yak], Préposé aux Clefs archer (Cf. n° 159) (deux charges) ;

別監 별감, Pyŏlgam [Pyel kam], Gardien (soixante-deux charges) ;

中禁 중금, Chunggŭm [Tjyoung keum], Gardien (dix charges) .

------------------------------------------------------------------------------------------------------

166

都監 응방도감, Ŭngbang togam [Eung pang to kam], Conseil de la Fauconnerie , fondé par Ch’ungnyŏl [Tchyoung ryel], 忠烈王 충렬왕 (1274-1308), en 1279, supprimé, puis rétabli ; [Commentaire de P-E Roux : (Courant donne 鷹房都監 dans le corps du texte et 鷹坊都監 dans l’index. Le premier est une charge apparamment inexistante, à l’inverse du second. J’ai donc corrigé 房 en 坊) ]

養飼者 양사자, Yangsaja [Yang să tjya], 時波赤 시파적, Sipajŏk [Si hpa tjyek] , Fauconnier .

167

La dynastie actuelle conserve la Fauconnerie 鷹坊 응방, Ŭngbang [Eung pang] , avec deux Fauconniers, 鷹師牌頭 응사패두, Ŭngsa p’aedu [Eung să hpăi tou] , et deux eunuques. (Cf. n° 159). Cet établissement a été supprimé en 1715 (Cf. n° 159).

------------------------------------------------------------------------------------------------------

168

Sous la dynastie de Koryŏ [Korye], quelques fonctionnaires formaient la Maison, Yosok [Ryo syok], 僚屬 요속, de la Reine ; ils portaient les titres suivants :

[Image de page : 31 ]

左右詹事 좌우첨사, Chwa-u ch’ŏmsa [Tja ou tchyem să], 左右司尹 좌우사윤, Chwa-u sayun [Tja ou să youn] , Superintendants de droite et de gauche ; on les appelait aussi 左右司禁 좌우사금, Chwa-u sagŭm [Tja ou să keum] ;

指諭 지유, Chiyu [Tji you], Chambellan ;

行首 행수, Haengsu [Hăing syou], Premier Ecuyer ;

牽龍 견룡, Kyŏllyong [Kyen ryong], Ecuyer ;

守護 수호, Suho [Syou ho], Chef des Gardes ;

侍衛軍 시위군, Siwigun [Si oui goun], Garde , etc.

169

En 1392, la Maison de la Reine fut nommée Kyŏnghŭngbu [Kyeng heung pou], 敬興府 경흥부 , et les titres des fonctionnaires restèrent les mêmes qu’à la fin du Koryŏ [Korye]. Cette administration a été supprimée à une époque inconnue. Aujourd’hui, deux Serviteurs Royaux ( n°165) sont à la disposition de la Reine (Cf. n° 157 et 160).

------------------------------------------------------------------------------------------------------

170

東宮衙 동궁아, Tonggung-a [Tong koung a], Maison du Prince héritier, du royaume de Silla [Sin ra] ; elle date du règne de Kyŏngdŏk [Kyeng tek], 景德王 경덕왕 (742-765). Fonctionnaires :

大舍 대사, Taesa [Tai sya], Surintendant , etc.

171

Elle comprenait : 御龍省 어룡성, Ŏryongsŏng [E ryong syeng], Ecuries ,

172

庖典 포전, P’ojŏn [Hpo tyen], Cuisines ,

173

洗宅 세택, Set’aek [Syei tchăik (htăik)], Bureau du Lavage ,

174

給帳典 급장전, Kŭpchangjŏn [Keup tjyang tyen], Bureau des Tentes ,

175

僧房典 승방전, Sŭngbangjŏn [Seung pang tyen], Bureau des Bonzes ,

176

月池典 월지전, Wŏljijŏn [Ouel tji tyen], 月池嶽典 월지악전, Wŏlji akchŏn [Ouel tji ak tyen] , Bureau de la Colline Wŏlji [Ouel tji] .

177

龍王典 용왕전, Yongwangjŏn [Ryong oang tyen], Bureau du Roi Dragon, ou de Yongwang [Ryong oang] (?) .

178

Hyŏnjong [Hyen tjong], 顯宗 현종 (1009-1031) composa la Maison du Prince héritier pour la première fois sous la dynastie de Koryŏ [Korye]; elle fut modifiée par Munjong [Moun tjong], 文宗 문종 (1046-1083), Yejong [Yei tjong], 睿宗 예종 (1105-1122), Injong [In tjong], 仁宗 인종 (1122-1146), Sinjong [Sin tjong], 神宗 신종 (1197-1204), Ch’ungnyŏl [Tchyoung ryel], 忠烈王 충렬왕 (1274-1308), Kongyang [Kong yang], 恭讓王 공양왕, (1389-1392).

179

太師 태사, T’aesa [Htăi să], Grand Gouverneur ;

太傅 태부, T’aebu [Htăi pou], Grand Précepteur ;

太保 태보, T’aebo [Htăi po], Grand Gardien ;

少師 소사, Sosa [Syo să], 知書筵 지서연, Chisŏyŏn [Tji sye yen] , Gouverneur ;

[Image de page : 32 ]



少傅 소부, Sobu [Syo pou], Précepteur ;

少保 소보, Sobo [Syo po], Gardien ;

賓客 빈객, Pin’gaek [Pin kăik], 同知書筵 동지서연, Tongjisŏyŏn [Tong tji sye yen] , Précepteur ordinaire ;

庶子 서자, Sŏja [Sye tjă], 庶尹 서윤, Sŏyun [Sye youn] , Second Précepteur ordinaire ;

諭德 유덕, Yudŏk [You tek], 侍學 시학, Sihak [Si hak] , 輔德 보덕, Podŏk [Po tek] , Premier Directeur de morale ;

侍講學士 시강학사, Sigang haksa [Si kang hak să], Premier Explicateur ;

侍讀學士 시독학사, Sidok haksa [Si tok hak să], Premier Lecteur ;

贊善大夫 찬선대부, Ch’ansŏn taebu [Tchan syen tai pou], 翊善 익선, Iksŏn [Ik syen] , 侍學 시학, Sihak [Si hak] , 弼善 필선, Pilsŏn [Hpil syen] , Directeurs de morale ;

中舍 중사, Chungsa [Tjyoung sya], Secrétaire ;

中充 중충, Chungch’ung [Tjyoung tchyoung], Secrétaire ;

典內 전내, Chŏnnae [Tyen năi], Secrétaire des Rites (?) ;

文學 문학, Munhak [Moun hak], 侍學 시학, Sihak [Si hak] , Directeur de Lettres ;

直講 직강, Chikkang [Tjik kang], 侍學 시학, Sihak [Si hak] , 司經 사경, Sagyŏng [Să kyeng] , Préposé aux Livres ;

澄源堂司經 징원당사경, Chingwŏndang sagyŏng [Tjing ouen tang să kyeng], Préposé aux Livres de la sale Chingwŏn [Tjing ouen] ;

司議郞 사의랑, Saŭirang [Să eui rang], 諮議 자의, Chaŭi [Tjă eui] , Rapporteur-conseiller ;

侍讀事 시독사, Sidoksa [Si tok să], Lecteur ;

半讀 반독, Pandok [Pan tok], Vice-Lecteur ;

180

春坊院知事 춘방원지사, Ch’unbangwŏn chisa [Tchyoun pang ouen tji să], Directeur de la Cour des Affaires du Prince héritier ; etc.

181

詹事府知府事 첨사부지부사, Ch’ŏmsabu chibusa [Tchyem să pou tji pou să], Surintendant de la Maison , etc.

司直 사직, Sajik [Să tjik], Gardien ;

長史 장사, Changsa [Tjyang să], Secrétaire ;

家令 가령, Karyŏng [Ka ryeng], Majordome ;

僕 복, Pok, Chef des Valets ;

宮門郞 궁문랑, Kungmunnang [Koung moun rang], Premier Préposé aux portes du palais ;

率更寺事 솔경시사, Solgyŏngsisa [Syoul kyeng si să], Chef des Veilleurs , etc ;

藏藥郞 장약랑, Changyangnang [Tjang yak rang], Préposé à la Pharmacie , etc ;

司御率 사어솔, Saŏsol [Să e syoul], Chef des Gardiens , etc ;

監門率 감문솔, Kammunsol [Kam moun syoul], Chef des Portiers , etc. ;

[Image de page : 33 ]



淸道率 청도솔, Ch’ŏngdosol [Tchyeng to syoul], Chef des Huissiers , etc ;

內率 내솔, Naesol [Năi syoul], Chef des Eunuques , etc ;

182

侍衛上大將軍 시위상대장군, Siwisang taejanggun [Si oui syang tai tjyang goun], Général commandant les Gardes ;

侍衛公子 시위공자, Siwi kongja [Si oui kong tjă], Officier des Gardes ;

侍衛給事 시위급자, Siwi kŭpsa [Si oui kong să], Sous-Officier des Gardes ;

洗馬 세마, Sema [Syei ma], Ecuyer .

183

Le Roi T’aejo [Htai tjo], 太祖 태조, en 1392, constitua la Maison du Prince héririer d’une façon analogue et ce n’est que plus tard qu’elle fut réduite et divisée en Gardes (n° 260) et Explicateurs (n° 550, 551) du Prince héritier. Le Prince héritier a maintenant quelques Serviteurs Royaux (n° 165) à sa disposition. (Cf. aussi n° 157).



------------------------------------------------------------------------------------------------------

184

En 1402, le Roi T’aejong [Htai tjong], 太宗 태종 , forma la Maison du Prince fils aîné du Roi (n° 26), Kyŏngsŭngbu [Kyeng seung pou], 敬承府 경승부, ou Wŏnja yosok [Ouen tjă ryo syok] 元子僚屬 원자요속 , sur le même plan que la Maison du Prince héritier. Les Premiers Directeurs de morale furent appelés Yusŏn [You syen], 諭善 유선 ; les autres titres étaient semblables à ceux qui ont été donnés plus haut.

185

Cette administration, existant encore en 1414, a disparu à une date inconnue ; l’on se contente Aujourd’hui de former le Bureau des Gardiens du Fils aîné du Roi, Poyangch’ŏng [Po yang htyeng], 輔養廳 보양청 , qui devient Bureau des Précepteurs, Kanghakch’ŏng [Kang hak htyeng], 講學廳 강학청 , quand le Prince commence à étudier. Les Gardiens, Poyanggwan [Po yang koan], 輔養官 보양관 , sont choisis à la Cour parmi les fonctionnaires de rang 2b.

186

Sous la dynastie de Koryŏ [Korye], chaque Prince fils de Roi avait sa Maison, Yosok [Ryo syok] 僚屬 요속 , installée sur le modèle de la Maison du Prince héritier, mais en des proportions réduites.

187

Sous La dynastie actuelle, les fils et les petits-fils du Roi ont des Précepteurs, Taegun sabu [Tai koun să pou], 大君師傅 대군사부, 9b, Wangja sabu [Oang tjă să pou], 王子師傅 왕자사부, 9b , Wangson kyobu [Oang son kyo pou], 王孫敎傅 왕손교부, 9b .

------------------------------------------------------------------------------------------------------

188

Il existait aussi au Palais la charge de Professeur des Eunuques, Naesi kyogwan [Năi si kyo koan], 內侍敎官 내시교관, 9b : fondée à une époque inconnue sous la

[Image de page : 34 ]

dynastie actuelle, cette function existait encore en 1770; mais elle a été supprimée en 1785 (Cf. n° 148).

------------------------------------------------------------------------------------------------------

189

平珍音典 평진음전, P’yŏngjin’ŭmjŏn [Hpyeng tjin eum tyen], appelé 掃宮 소궁, Sogung [So koung] , par Kyŏngdŏk [Kyeng tek], 景德王 경덕왕 (742-765), Bureau du Balayage, du Palais de Silla [Sin ra] .

190

穢宮典 예궁전, Yegungjŏn [Yei koung tyen], Bureau du Nettoyage (?) ou des Cabinets (?), du Palais de Silla [Sin ra] ; nommé aussi Chin’gaksŏng [Tjin kak syeng], 珍閣省 진각성

191

洗宅 세택, Set’aek [Syei tchăik (htăik)], Bureau du Lavage du Palais, de Silla [Sin ra] , nommé par Kyŏngdŏk> [Kyeng tek], 景德王 경덕왕 (742-765), Chungsasŏng [Tjyoung să syeng], 中事省 중사성 .

192

典涓司 전연사, Chŏnyŏnsa [Tyen ken să], Chambre des Laveurs du Palais , fondée par La dynastie actuelle et réunie avant 1744 au Bureau des Travaux et des Réparations (n° 783). [Commentaire de P-E Roux : [Courant voudrait-il donner la prononciation originelle (本音) de 涓 , à savoir kyŏn 견? On obtiendrait典涓司 전견사, Chŏn’gyŏnsa. Même chose au n° 222] ]

------------------------------------------------------------------------------------------------------

193

馬部 마부, Mabu [Ma pou], Ecuries du Palais, du royaume de Paekche [Păik tjyei] .

194

御龍省 어룡성, Ŏryongsŏng [E ryong syeng], Ecuries du Palais, du royaume de Silla [Sin ra], nommées aussi Kamch’isŏng [Kam tchi syeng], 監稚省 감치성 .

御伯郞 어백랑, Ŏbaengnang [E păik rang], 奉御 봉어, Pongŏ [Pong e] , Ecuyer , etc.

195

尙乘局 상승국, Sangsŭngguk [Syang seung kouk], Bureau des Equipages du Palais , établi par Mokchong [Mok tjong], 穆宗 목종 (997-1009), nommé Ponggŏsŏ [Pong ke sye], 奉車署 봉거서 , par Ch’ungsŏn [Tchyoung syen], 忠宣王 충선왕 (1308-1313), soumis par Kongyang [Kong yang], 恭讓王 공양왕, (1389-1392) au Conseil des Maréchaux (n° 957).

196

La dynastie actuelle a fondé :

內司僕寺 내사복시, Naesaboksi [Năi să pok si], ou 內寺 내시, Naesi [Năi si] , Conseil des Equipages du Palais pour s’occuper des palanquins, chaises, chevaux à l’usage du Palais .

內乘 내승, Naesŭng [Năi seung], 3am, Préposé aux Equipages du Palais (trois charges) .

------------------------------------------------------------------------------------------------------

197

Administrations des Palais de Silla [Sin ra] :

大宮私臣 대궁사신, Taegung sasin [Tai koung să sin], Surintendant du Grand Palais ,

梁宮私臣 양궁사신, Yanggung sasin [Ryang koung să sin], Surintendant du Palais de Yang [Ryang] ,

沙梁宮私臣 사량궁사신, saryanggung sasin [Sa ryang koung să sin], Surintendant du Palais de Sayang [Saryang] , Ces trois charges furent fondées en 585 et furent réunies en une seule en 622.

197 bis

古昌典 고창전, Koch’angjŏn [Ko tchyang tyen], Administration du Palais de Koch’ang [Ko tchyang] .



[Image de page : 35 ]

198

永昌宮成典 영창궁성전, Yŏngch’anggung sŏngjŏn [Yeng tchyang koung syeng tyen], Administration du Palais de Yŏngch’ang [Yeng tchyang] , installée en 677.

199

本皮宮 본피궁, Ponp’igung [Pon hpi koung], Palais de Ponp’i [Pon hpi] : l’administration en fut organisée par Sinmun [Sin moun], 神文王 신문왕 en 681.

虞 우, U [Ou], Intendant ,

私母 사모, Samo [Să mou], Gardienne ,

工翁 공옹, Kongong [Kong ong], Surveillant des travaux ,

典翁 전옹, Chŏnong [Tyen ong], Surveillant ,

史 사, Sa [Să], Clerc  ;

200

新宮典 신궁전, Sin’gungjŏn [Sin koung tyen], Administration du Palais Neuf , organisée par Sŏngdŏk [Syeng tek], 聖德王 성덕왕, en 717 ; nommée 典設館 전설관, Chŏnsŏlgwan [Tyen syel koan] , par Kyŏngdŏk [Kyeng tek], 景德王 경덕왕 (742-765).

201

藪宮典 수궁전, Sugungjŏn [Sou koung tyen], Administration du Palais Su [Sou] ;

202

淸淵宮典 청연궁전, Ch’ŏngyŏn kungjŏn [Tchyeng yen koung tyen], Administration du Palais Ch’ŏngyŏn [Tchyeng yen] : ce Palais fut nommé, par Kyŏngdŏk [Kyeng tek], 景德王 경덕왕 (742-765), Pavillon Choch’u [Tjo tchyou], Choch’uchŏng [Tjo tchyou tyeng], 造秋亭 조추정 ;

203

夫泉宮典 부천궁전, Puch’ŏn kungjŏn [Pou tchyen koung tyen], Administration du Palais Puch’ŏn [Pou tchyen] ;

204

且熱音宮典 차열음궁전, Ch’ayŏlŭm kungjŏn [Tchya yel eum koung tyen], Administration du Palais Ch’ayŏlŭm [Tchya yel eum] ;

205

屛村宮典 병촌궁전, Pyŏngch’on kungjŏn [Pyeng tchon koung tyen], Administration du Palais Pyŏngch’on [Pyeng tchon] ;

206

北吐只宮典 북토지궁전, Pukt’oji kungjŏn [Peuk hto tji koung tyen], Administration du Palais Pukt’oji [Peuk hto tji] ;

207

弘峴宮典 홍현궁전, Honghyŏn kungjŏn [Hong hyen koung tyen], Administration du Palais Honghyŏn [Hong hyen] ; Ce palais et ceux des n° 208, 209, 210, 211 étaient appelés Konaegung [Ko nai koung], 古奈宮 고내궁 .

208

葛川宮典 갈천궁전, Kalch’ŏn kungjŏn [Kal tchyen koung tyen], Administration du Palais Kalch’ŏn [Kal tchyen] ;

209

善坪宮典 선평궁전, Sŏnp’yŏng kungjŏn [Syen hpyeng koung tyen], Administration du Palais Sŏnp’yŏng [Syen hpyeng] ;

210

伊同宮典 이동궁전, Idong kungjŏn [I tong koung tyen], Administration du Palais Idong [I tong] ;

211

平立宮典 평립궁전, P’yŏngnip kungjŏn [Hpyeng rip koung tyen], Administration du Palais P’yŏngnip [Hpyeng rip] ;

212

會宮典 회궁전, Hoegungjŏn [Hoi koung tyen], Administration du Palais des solennités bouddhiques (?) ; ou Puksasŏl [Peuk să syel], 北司設 북사설 ;

213

坐山典 좌산전, Chwasanjŏn [Tjoa san tyen], Bureau de la Montagne Chwa [Tjoa] (peut-être la montagne du Trône, 座 좌) ;

214

嶽典 악전, Akchŏn [Ak tyen], Bureau des collines sacrées (?) ;

215

明活典 명활전, Myŏnghwaljŏn [Myeng hoal tyen], Bureau de la montagne Myŏnghwal [Myeng hoal] (à la capitale) ;

216

阿尼典 아니전, Anijŏn [A ni tyen], Bureau de Ani [Ani] (?) ;

217

朝霞房 조하방, Chohabang [Tjyo ha pang], Bureau de Choha [Tjyo ha] (?) ;

218

新淸淵 신청연, Sinch’ŏngyŏn [Sin tchyeng yen], Nouveau Palais Ch’ŏngyŏn [Tchyeng yen] (?) ; (cf. n° 202).



[Image de page : 36 ]

219

延慶宮提 司 연경궁제거사, Yŏn’gyŏnggung chegŏsa [Yen kyeng koung tyei ke să], Chambre d’entretien du Palais Yŏn’gyŏng [Yen kyeng] , établie par Munjong [Moun tjong], 文宗 문종 (1046-1083) pour prendre soin de la résidence des Rois de Koryŏ [Korye] à Songdo [Syong to], supprimée en 1403. Le Palais Yŏn’gyŏng [Yen kyeng], fondé au commencement de la dynastie de Koryŏ [Korye], brûlé sous Injong [In tjong], 仁宗 인종 (1122-1146) et de nouveau sous Kongmin [Kong min], 恭愍王 공민왕 (1351-1374), ne fut pas reconstruit après cette époque. Les Rois de Koryŏ [Korye] avaient aussi des résidences à P’yŏngyang [Hpyeng yang] ( Changnakkung [Tjyang rak koung], 長樂宮 장락궁), Kanghwa [Kang hoa], Hanyang [Han yang] ( Paegak sin’gung [Păik ak sin koung], 白岳新宮 백악신궁) (Cf. chap. XII, note 1 (note n°24)).

220

壽昌宮提擧/舉司 수창궁제거사, Such’anggung chegŏsa [Sou tchyang koung tyei ke să], Chambre d’entretien du Palais Such’ang [Sou tchyang] . En 1392, T’aejo [Htai tjo], 太祖 태조, fonda cette administration pour prendre soin de sa résidence à Songdo [Syong to] ; après qu’il se fut établi à Hanyang [Han yang] (Cf. chap. XII, note 1), cette Chambre fut supprimée.

221

敬德宮提擧/舉司 경덕궁제거사, Kyŏngdŏkkung chegŏsa [Kyeng tek koung tyei ke să], Chambre d’entretien du Palais Kyŏngdŏk [Kyeng tek], résidence de T’aejo [Htai tjo], des Yi [Ri], 李太祖 이태조 à Songdo [Syong to], avant qu’il fût Roi : fondée au commencement de la dynastie, cette Chambre a disparu après 1414, peut-être en 1592.

222

景福宮提擧/舉司 경복궁제거사, Kyŏngbokkung chegŏsa [Kyeng pok koung tyei ke să], Chambre d’entretien du Palais Kyŏngbok [Kyeng pok] , fondée en 1394, supprimée après 1414, à une date inconnue.

提空 제공, Chegong [Tyei kong], Directeur des Travaux ,

司涓 사연, Sayŏn [Să ken], Préposé au Lavage , etc. [Commentaire de P-E Roux : [Courant voudrait-il donner la prononciation originelle (本音) de 涓 , à savoir kyŏn 견? On obtiendrait司涓 사견, Sagyŏn. Même chose au n° 192] ]

223

Le Palais Kyŏngbok [Kyeng pok] (Seoul), bâti en 1394, fut ruiné lors de la guerre avec les Japonais en 1592 ; il a été reconstruit en 1865 et est redevenu, depuis 1884, la résidence royale.

224

Le Palais Ch’angdŏk [Tchyang tek], Ch’angdŏkkung [Tchyang tek koung], 昌德宮 창덕궁 (Seoul), bâti au commencement de la dynastie, ne fut d’abord qu’un palais secondaire, Pyŏlgung [Pyel koung], 別宮 별궁. Brûlé en 1623, il fut rebâti en 1647, avec les matériaux du Palais In’gyŏng [In kyeng] (n° 226)

[Image de page : 37 ]

et existe encore.

225

Le Palais Ch’anggyŏng [Tchyang kyeng], Ch’anggyŏnggung [Tchyang kyeng koung], 昌慶宮 창경궁, nommé d’abord Suganggung [Syou kang koung], 壽康宮 수강궁, contigu au précédent, fut construit en 1483 ; brûlé en 1592, il fut reconstruit en 1616 ; il a souvent servi de résidence royale jusqu’en 1884.

226

En 1616, le Prince de Kwanghae (Koang hăi), 光海君 광해군, éleva les Palais Kyŏngdŏk [Kyeng tek], 慶德宮 경덕궁 ; In’gyŏng [In kyeng], In’gyŏnggung [In kyeng koung], 仁慶宮 인경궁 ; Chasu [Tjă syou], Chasugung [Tjă syou koung], 慈壽宮 자수궁. Après la déchéance de ce Roi (1623), Injo [In tjo], 仁祖 인조 , fit détruire deux des Palais et ne conserva que le Palais Kyŏngdŏk [Kyeng tek], dont le nom fut changé ensuite en Kyŏnghŭi’gung [Kyeng heui koung] 慶熙宮 경희궁 (1760). Ce dernier Palais était encore résidence royale en 1834 ; il a été détruit en partie en 1865 pour réédifier le Palais Kyŏngbok [Kyeng pok] (n° 223) et il est depuis lors abandonné.

------------------------------------------------------------------------------------------------------

227

壁典 벽전, Pyŏkchŏn [Pyek tyen], Bureau des Réparations (?), au Palais de Silla [Sin ra] .

228

木部 목부, Mokpu [Mok pou], Bureau des Travaux (?), au Palais de Paekche [Păik tjyei] .

229

修營宮闕都監 수영궁궐도감, Suyŏng kunggwŏl togam [Syou yeng koung kouel to kam], Conseil des Réparations des Palais , fondé en 961 par la dynastie des Wang [Oang].

230

紫門監 자문감, Chamungam [Tjă moun kam], Bureau des Portes Rouges , fondé par la dynastie des Yi [Ri], pour exécuter les réparations dans les Palais et fabriquer les vases en bois pour l’usage royal. Ce Bureau n’est qu’une subdivision du Bureau des Travaux et Réparations (n° 783- 793).

------------------------------------------------------------------------------------------------------

231

藥部 약부, Yakpu [Yak pou], Pharmacie Royale, du Royaume de Paekche [Păik tjyei] .

232

藥典 약전, Yakchŏn [Yak tyen], Pharmacie Royale, de Silla [Sin ra] , appelée par Kyŏngdŏk [Kyeng tek], 景德王 경덕왕 (742-765) Pomyŏngsa [Po myeng să] 保命司 보명사 .

供奉醫師 공봉의사, Kongbong ŭisa [Kong pong eui să], Médecin du Roi .

醫學博士 의학박사, Ŭihak paksa [Eui hak pak să], Docteur en médicine , grade institué par Hyoso [Hyo syo], 孝昭王 효소왕, en 692 .

233

尙藥局 상약국, Sangyakkuk [Syang yak kouk], Pharmacie Royale , établie par Mokchong [Mok tjong], 穆宗 목종 (997-1009), appelé Bureau des Médecins, Changŭisŏ [Tjyang eui sye], 掌醫署 장의서 , puis Pongŭisŏ [Pong eui sye], 奉醫署 봉의서 , sous Ch’ungsŏn [Tchyoung syen], 忠宣王 충선왕 (1308-1313), Sangŭiguk [Syang eui kouk]

[Image de page : 38 ]

尙醫局 상의국
, sous Kongmin [Kong min], 恭愍王 공민왕 (1351-1374), réunie à la Pharmacie du Palais (n° 239) sous Kongyang [Kong yang], 恭讓王 공양왕, (1389-1392).

234

Le premier Roi de La dynastie actuelle sépara ces deux administrations et établit la Cour des Médecins Royaux, qui existe encore, avec quelques fonctions ajoutées depuis cette époque :

內醫院 내의원, Naeŭiwŏn [Năi eui ouen], Cour des Médecins Royaux ; noms littéraires : Naeguk [Năi kouk], 內局 내국 , Yagwŏn [Yak ouen], 藥院 약원 .

都提調 도제조, Tojejo [To tyei tjo], 1a ou 1b ; Directeur général (une charge) ;

提調 제조, Chejo [Tyei tjo], 2a ; Directeur (quatre charges) ; tous les fonctionnaires qui suivent, sont pris parmi les Médecins :

235

副提調 부제조, Pujejo [Pou tyei tjo], 3a ; Sous-directeur (une charge) ;

正 정, Chŏng [Tjyeng], 3a ; Assistant (une charge) ;

僉正 첨정, Ch’ŏmjŏng [Tchyem tjyeng], 4b ; Vice-assistant (une charge)  ;

判官 판관, P’an’gwan [Hpan koan], 5b ; Secrétaire général (une charge)  ;

主簿 주부, Chubu [Tjyou pou], 6b ; Archiviste (une charge) ;

直長 직장, Chikchang [Tjik tjyang], 7b ; Gardien en chef (une charge) ;

奉事 봉사, Pongsa [Pong să], 8b ; Copiste (deux charges) ;

副奉事 부봉사, Pubongsa [Pou pong să], 9a ; Vice-Copiste (deux charges) ;

參奉 참봉, Ch’ambong [Tcham pong], 9b ; Gardien (une charge) ;

236

醫官堂上 의관당상, Ŭigwan tangsang [Eui koan tang syang], Premier Médecin du Roi (pas de nombre fixé) ;

醫官堂下 의관당하, Ŭigwan tangha [Eui koan tang ha], Second Médecin du Roi (douze charges) ;

鍼醫 침의, Ch’imŭi [Tchim eui], Médecin pour l’acupuncture (douze charges) ;

議藥同參 의약동참, Ŭiyak tongch’am [Eui yak tong tcham], Médecin consultant (douze charges) ;

御醫 어의, Ŏŭi [E eui], Médecin du Roi ;

醫女 의녀, Ŭinyŏ [eui nye], Femme Médecin (cf. n° 1426).

237

La Cour comprend trois Bureaux : 大廳 대청, Taech’ŏng [Tai htyeng], Premier Bureau ; 議藥廳 의약청, Ŭiyakch’ŏng [Eui yak htyeng], Bureau des Médecins consultants ; 鍼醫廳 침의청, Ch’imŭich’ŏng [Tchim eui htyeng], Bureau de l’Acupuncture .

Si la Reine ou la Princesse héritière est enciente, et s’il naît au Roi ou au Prince héritier un fils aîné, on forme deux Bureaux temporaires,

[Image de page : 39 ]

où entrent, avec des Médecins du Roi, des Femmes-médecins et des Médecins pour enfants, Soaŭi [Syo ă eui], 小兒醫 소아의 :

238

産室廳 산실청, Sansilch’ŏng [San sil htyeng], Bureau pour la Grossesse ,

護室廳 호실청, Hosilch’ŏng [Ho sil htyeng], Bureau pour la santé du Prince nouveau-né .

------------------------------------------------------------------------------------------------------

239

太醫監 태의감, T’aeŭigam [Htai eui kam], Pharmacie du Palais , fondée par Mokchong [Mok tjong], 穆宗 목종 (997-1009) , appelée Saŭisŏ [Să eui sye], 司醫署 사의서 , puis Chŏnŭisi [Tyen eui si], 典醫寺 전의시 , par Ch’ungnyŏl [Tchyoung ryel], 忠烈王 충렬왕 (1274-1308).

博士 박사, Paksa [Pak să], Docteur ,

醫正 의정, Ŭijŏng [Eui tjyeng], Médecin ,

助敎 조교, Chogyo [Tjo kyo], Elève ,

噤博士 주금박사, Chugŭm paksa [tjou keum pak să], Docteur exorciste ,

鍼史 침사, Ch’imsa [Tchim să], Acupuncteur ,

注藥 주약, Chuyak [Tjou yak], Pharmacien , etc.

240

En 1392, T’aejo [Htai tjo], 太祖 태조, établit la Pharmacie du Palais sous son nom actuel ; c’est de 1414 que date l’organisation de l’école médicale qui y est rattachée (cf. n° 542). 典醫監 전의감, Ch’ŏnŭigam [Tyen eui kam], Pharmacie du Palais :

elle a charge des médicaments qui doivent servir au Palais ou être donnés à des fonctionnaires malades, et sert en même temps d’Ecole de Médecine préparatoire à la Cour des Médecins du Roi ; les Médecins de la Pharmacie sont parfois envoyés auprès des fonctionnaires. – Cf. aussi chap. XV, n° 1102-1105.

241

提調 제조, Chejo [Tyei tjo], 2b ; Directeur (deux charges) ;

正 정, Chŏng [Tjyeng], 3a ; Assistant (une charge) ;

僉正 첨정, Ch’ŏmjŏng [Tchyem tjyeng], 4b ; Vice-assistant (une charge)  ;

判官 판관, P’an’gwan [Hpan koan], 5b ; Secrétaire général (une charge)  ;

主簿 주부, Chubu [Tjyou pou], 6b ; Archiviste (une charge) ;

敎授 교수, Kyosu [Kyo syou], 6b ; Professeur (une charge) ;

直長 직장, Chikchang [Tjik tjyang], 7b ; Gardien en chef (deux charges) ;

奉事 봉사, Pongsa [Pong să], 8b ; Copiste (une charge) ;

副奉事 부봉사, Pubongsa [Pou pong să], 9a ; Vice-Copiste (deux charges) ;

訓導 훈도, Hundo [Houn to], 9a ; Professeur en second (une charge) ;

參奉 참봉, Ch’ambong [Tcham pong], 9b ; Gardien (deux charges) ;

[Image de page : 40 ]



治腫敎授 치종교수, Ch’ijong kyosu [Tchi tjyong kyo syou], Professeur pour le traitement des abcès (une charge) ;

鍼醫 침의, Ch’imŭi [Tchim eui], Médecin pour l’acupuncture (trois charges) ;

習讀官 습독관, Sŭptokkwan [Seup tok koan], Elève .

Tous les fonctionnaires, à l’exception du Directeur, sont des Médecins.



------------------------------------------------------------------------------------------------------

242

治腫廳 치종청, Ch’ijongch’ŏng [Tchi tjyong htyeng], Bureau pour le traitement des abcès (une charge) : ce Bureau fondé et supprimé à des dates inconnues, fut rétabli en 1603 ; il a été depuis lors réuni à la Pharmacie du Palais (n° 240).

------------------------------------------------------------------------------------------------------

243

後宮部 후궁부, Hugungbu [Hou koung pou], Gardes du Palais (?) du royaume de Paekche [Păik tjyei] ;

244

北門頭 북문두, Pungmundu [Peuk moun tou], Chef des Gardes (?) de la porte du nord, au palais des Rois de Paekche [Păik tjyei] .

245

左將 좌장, Chwajang [Tja tjyang], Maréchal de gauche, du royaume de Paekche [Păik tjyei]  ; cet Etat avait encore les trois fonctionnaires militaires dont les titres suivent et qui étaient peut-être des gardes :

246

冠軍 관군, Kwan’gun [Koan koun], Garde (?)

將軍 장군, Changgun [Tjyang koun], Maréchal (?)

247

龍驤將軍 용상(양)장군, Yongsang(yang) changgun [Ryong syang (yang) jyang koun], Maréchal de Yongyang [Ryong yang] .

248

大模達比衛將軍 대모달비위장군, Taemodal piwi changgun [Tai mo tal pi oui tjyang koun] , et 末客比中郎將 말객비중낭장, Malgaek pijungnangjang [Mal kăik pi tjyoung rang tjyang], hauts fonctionnaires du Koguryŏ [Ko kou rye] en 621 indiqués par l’Examen des Archives de Ma Duanlin [Ma Twan lin], liv. 324.

249

黑鎧監 흑개감, Hŭkkaegam [Heuk kai kam], Cuirassiers noirs, gardes des Rois de Silla [Sin ra] , appelés par Kyŏngdŏk [Kyeng tek], 景德王 경덕왕 (742-765) Wimugam [Oui mou gam], 衛武監 위무감 .

250

侍衛府 시위부, Siwibu [Si oui pou], Gardes, des Rois de Silla [Sin ra] ; la Reine Chindŏk [Tjin tek], 眞德女主 진덕여주, en 651, créa les grades de :

將軍 장군, Changgun [Tjyang koun], Lieutenant-Général ,

大監 대감, Taegam [Tai kam], Colonel ,

隊頭 대두, Taedu [Tăi tou], Adjudant-Major ,

[Image de page : 41 ]



項 항, Hang [Hang], Capitaine ,

卒 졸, Chol [Tjol], Lieutenant .

251

Ch’ungnyŏl [Tchyoung ryel], 忠烈王 충렬왕 , en 1275, créa des Chambellans, Sŏnjŏn [Syen tyen], 宣傳 선전 . La dynastie des Yi [Ri] institua d’abord huit chambellans ; plus tard elle forma le Bureau des Chambellans-Gardes :

252

宣傳官廳 선전관청, Sŏnjŏn kwanch’ŏng [Syen tyen koan htyeng], Bureau des Chambellans-Gardes ; m ;

les Chambellans-Gardes accompagnent le Roi, transmettent ses ordres, lui présentent les rapports et emportent les rescrits, surveillent la clôture des portes du Palais ; ces fonctions ne sont données qu’à des gens de bonne noblesse. Ce corps, qui ne comprenait en 1469, que huit officiers, se trouve augmenté successivement dans les Statuts de 1744, 1785 et 1865; et comprend Aujourd’hui vingt-cinq dignitaires ; leurs attributions sont régies par les Statuts de 1785 .

253

宣傳官堂上行首 선전관당상행수, Sŏnjŏn’gwan tangsang haengsu [Syen tyen koan tang syang hăing syou], 3a ; Chef des Chambellans-Gardes (une charge) ;

宣傳官堂上 선전관당상, Sŏnjŏn’gwan tangsang [Syen tyen koan tang syang], 3a ; Premier Chambellan-Garde (trois charges) ;

宣傳官參上 선전관참상, Sŏnjŏn’gwan ch’amsang [Syen tyen koan tcham syang], 3a à 6b ; Second Chambellan-Garde (sept charges) ;

宣傳官參下 선전관참하, Sŏnjŏn’gwan ch’amha [Syen tyen koan tcham ha], 7a à 9b ; Troisième Chambellan-Garde (quatorze charges) ;

宣傳官文臣兼 선전관문신겸, Sŏnjŏn’gwan munsingyŏm [Syen tyen koan moun sin kyem], 6b ; Chambellan-Garde civil (deux charges) ;

宣傳官武臣兼 선전관무신겸, Sŏnjŏn’gwan musingyŏm [Syen tyen koan mou sin kyem], 6b ; Chambellan-Garde militaire (cette charge ne se trouve plus en 1866) ;

內吹 내취, Naech’wi [Năi tchyoui], Trompette du Palais .

------------------------------------------------------------------------------------------------------

254

宮城宿衛府 궁성숙위부, Kungsŏng sugwibu [Koung syeng syouk oui pou], Conseil de la Garde nocturne du Palais , fondé par Kongyang [Kong yang], 恭讓王 공양왕, (1389-1392) .

------------------------------------------------------------------------------------------------------

255

守門將廳 수문장청, Sumunjangch’ŏng [Syou moun tjyang htyeng], Bureau des Gardes des Portes ; m ; fondé par La dynastie actuelle .

Les Gardes sont chargés de la garde des portes

[Image de page : 42 ]

du Palais et tiennent le sabre nu, ungŏm [oun kem], 雲劒 운검, dans les cortèges. Les Statuts de 1469 n’en fixent pas le nombre et disent que ces fonctions sont confiées à tour de rôle aux fonctionnaires militaires (4a et au-dessous) ; plus tard le Bureau fut créé et vit successivement augmenter son effectif.

守門將 수문장, Sumunjang [Syou moun tjyang htyeng], 3a à 9b ; Garde des Portes (vingt-neuf charges) .



------------------------------------------------------------------------------------------------------

256

忠壯衛將 충장위장, Ch’ungchang wijang [Tchyoung tjang oui tjyang], Gardes de la Salle, m ; institués par La dynastie actuelle et composés des fils et descendants de fonctionnaires morts en combattant.

Ils sont chargés de garder, pendant les cérémonies, les portes de la salle ou du temple où se trouve le Roi.



將 장, Chang [Tjyang], 2b ou 3a, Officier-Garde (trois charges) ,

衛 위, Wi [Oui], Soldat-Garde (quinze charges) .

257

忠翊衛將 충익위장, Ch’ung’ik wijang [Tchyoung ik oui tjyang], Gardes de la Salle, m ;

semblable à celui qui est indiqué ci-dessus et formé des fils et des descendants des Serviteurs de Mérite (n° 276) ; il comprend trois Officiers et huit Soldats.



------------------------------------------------------------------------------------------------------

258

別軍職廳 별군직청, Pyŏlgun chikch’ŏng [Pyel koun tjik htyeng], Bureau des Gardes spéciaux, m .

Ces Gardes sont choisis parmi les fonctionnaires militaires, sans distinction de rang hiérarchique et sont en nombre indéterminé : lorsque le prince qui devint plus tard Hyojong [Hyo tjong], 孝宗 효종, fut emmené en ôtage à Shenyang [Chen yang], 瀋陽 심양 , par les Mantchous, huit fonctionnaires militaires l’accompagnèrent et répondirent de sa vie

; ils furent appelés P’aljangsa [Hpal tjang să], 八壯士 팔장사, les huit Braves . Hyojong [Hyo tjong], en 1656, forma cette Garde, dont ils furent le noyau.

------------------------------------------------------------------------------------------------------

259

Sous la dynastie de Koryŏ [Korye] et encore en 1392, les Gardes faisaient partie de la Maison du Prince héritier ; c’est seulement un peu plus tard que furent institués les Gardes du Prince héritier (cf. n° 182- 183).

260

翊衛司 익위사, Igwisa [Ik oui să], Gardes du Prince héritier du Roi, m ; nom littéraire :, 桂坊 계방, Kyebang [Kyei pang] ; les Gardes et Explicateurs du Prince héritier sont désignés collectivement sous le nom de Yosok [Ryo syok], 僚屬 요속 .

[Image de page : 43 ]



翊衛 익위, Igwi [Ik oui], 5a ; Premier Garde (deux charges) ;

司御 사어, Saŏ [Să e], 5a ; Deuxième Garde (deux charges) ;

翊贊 익찬, Ikch’an [Ik tcham], 6b ; Premier Garde en second (deux charges) ;

衛率 위솔, Wisol [Oui sol], 6b ; Troisième Garde (deux charges) ;

副率 부솔, Pusol [Pou sol], 7a ; Vice-Troisième Garde (deux charges) ;

侍直 시직, Sijik [Si tjik], 8a ; Huissier (deux charges) ;

洗馬 세마, Sema [Syei ma], Ecuyer (deux charges) .

261

衛從司 위종사, Wijongsa [Oui tjong să], Gardes du Prince héritier petit-fils du Roi, m ;

cette administration, fondée par La dynastie actuelle, n’est formée que quand il existe à la fois un Prince héritier fils et un Prince héritier petit-fils du Roi.

長史 장사, Changsa [Tjyang să], Secrétaire-Garde (deux charges) ;

從史 종사, Chongsa [Tjyong să], Secrétaire-Garde en second (deux charges) .

262

空闕衛將 공궐위장, Konggwŏl wijang [Kong kouel oui tjyang], Gardes des Palais non habités, m .

Ces Gardes, institués par la dynastie des Yi [Ri], sont choisis parmi les fonctionnaires non nobles du Bureau d’Astrologie (n° 605) et de la Cour des Interprètes (n° 661) qui sont arrivés à un rang supérieur. En 1744, il y en avait trois à chacun des palais Kyŏngbok [Kyeng pok] (n° 223), Kyŏngdŏk [Kyeng tek] (n° 226) et Ch’anggyŏng [Tchyang kyeng] (n° 225) ; en 1866, il n’y en avait plus à ce dernier Palais alors habité par le Roi.

假衛將 가위장, Kawijang [Ka oui tjyang], Garde . Sous les Gardes, cf. aussi chap. XIII.

------------------------------------------------------------------------------------------------------

263

刀部 도부, Tobu [To pou], Arsenal (?) du Palais, du royaume de Paekche [Păik tjyei] (cf. n° 159). [Le n° 159 ne parle ni de cet arsenal, ni du royaume de Paekche]

------------------------------------------------------------------------------------------------------

264

烏杖差備 오장채(차)비, Ojang ch’ae(ch’a)bi [O tjyang tchăi (tcha) pi], Huissiers à verge noire, m ;

ils faisaient partie des Gardes de la Protection loyale (n° 970).



轎子陪 교자배, Kyojabae [Kyo tjă păi], Valet d’escorte pour la chaise, m .

引路 인로, Illo [In ro] Guide, m .

Les Guides et les Valets d’escorte dépendaient du corps des Clercs militaires (n° 1135) ; un certain nombre d’entre eux, ainsi que des Huissiers à verge noire, étaient mis à la disposition des Dames du Palais (n° 18 et 24) pour leur faire escorte. Il ne semble rien rester de cette coutume ; les corps mêmes à qui appartenaient ces différents valets ont disparu depuis longtemps.



[Image de page : 44 ]

265

伴倘 반당, Pandang [Pan tang], Valets, m ;

mis à la disposition des membres directs et par alliance de la Maison Royale jusqu’au rang 3a inclusivement, et des Serviteurs de Mérite (n° 276). Cette coutume a disparu.

266

跟隨 근수, Kŭnsu [Keun syou], Valets mis à la disposition des membres de la Maison Royale et des fonctionnaires, soit dans le Palais, soit hors du Palais, quand ils ont quelque charge à exercer . Ces Valets sont appelés Aujourd’hui Paesaryŏng [Păi să ryeng], 陪使令 배사령 .



[Image de page : 45 ]

CHAPITRE IV

Les Hautes Administrations générales

267

耆老所 기로소, Kiroso [Ki ro so], Conseil des Vieillards .

Ce Conseil, fondé par la dynastie des Yi [Ri], n’a pas d’attributions ; en faire partie est une distinction honorifique accordée aux fonctionnaires civils de rang 2a ou au-dessus, qui ont exercé sans aucun reproche des fonctions correspondant à leur rang et qui ont dépassé l’âge de soixante-dix ans. Le portrait des membres du Conseil est fait par les soins du Ministère du Cens (n° 351) et placé dans l’une des salles du Conseil.

Trois rois sont entrés dans ce Conseil : T’aejo [Htai tjo], 太祖 태조, en 1394, à l’âge de soixante ans ; Sukchong [Syouk tjong], 肅宗 숙종, en 1719, à l’âge de cinquante-neuf ans ; Yŏngjong [Yeng tjong], 英宗 영종 , en 1744, à l’âge de cinquante-et-un ans ; leurs portraits sont respectés dans le Pavillon Yŏngsu, Yŏngsugak [Ryeng syou kak], 靈壽閣 영수각.

守直 수직, Sujik [Syou tjik], 7a ; Gardien (deux charges)  ;

藥房 약방, Yakpang [Yak pang], Médecin (une charge) .

------------------------------------------------------------------------------------------------------

268

致仕 치사, Ch’isa [Tchi să], Fonctionnaire qui a abandonné ses fonctions à cause de son âge .

269

奉朝賀 봉조하, Pongjoha [Pong tjyo ha], Honoré des félicitations du Roi  :

titre accordé, sous La dynastie actuelle à des fonctionnaires de mérite qui, ayant exercé des charges de rang 3a ou au-dessus ; se retirent à cause de leur âge. Le nombre de ces fonctionnaires, primitivement fixé à quinze, n’est plus limité dans les Statuts de 1785.



------------------------------------------------------------------------------------------------------

270

功德部 공덕부, Kongdŏkpu [Kong tek pou], Bureau des Récompenses, du royaume de Paekche [Păik tjyei] .

271

賞賜署 상사서, Sangsasŏ [Syang să sye], Bureau des Récompenses, de Silla [Sin ra] , devenu Sahun’gam [Să houn kam], 司勳監 사훈감 , sous Kyŏngdŏk [Kyeng tek], 景德王 경덕왕 (742-765), dépendant du Ministère des Greniers (n° 346) : chargé de décerner des distinctions honorifiques aux fonctionnaires de mérite.

272

Les rois de Koguryŏ [Ko kou rye] donnèrent parfois le titre d’ Ami du Roi, Mirusin [Mil ou sin], 密友臣 밀우신 .

273

Le Roi de T’aebong [Htai pong] décerna les titres de Ason [A son], 阿飡 아손 , et Taeason [Tae a son], 大阿飡 대아손 . [Commentaire de P-E Roux : (on trouve Aujourd’hui pour le caractère 飡la prononciation ch’an 찬 à la place de son 손, d’où Ach’an 아찬 et Taeach’an 대아찬. Même chose au n° 1060) ]

274

功臣堂 공신당, Kongsindang [Kong sin tang], Salle des Serviteurs de Mérite, élevée à l’origine du royaume

[Image de page : 46 ]

de Koryŏ [Korye]
; Ces Serviteurs du Royaume étaient divisés en deux classes , Sangjuguk [Syang tjyou kouk], 上柱國 상주국 , et Chuguk [Tjyou kouk], 柱國 주국 . A partir de Munjong [Moun tjong], 文宗 문종 (1046-1083), on employa les titres de

Duc du Royaume, Kukkong [Kouk kong], 國公 국공 ;

Duc de district, Kun’gong [Koun kong], 郡公 군공 ;

Marquis, Hyŏnhu [Hyen hou] 縣侯 현후 ;

Comte, Hyŏnbaek [Hyen păik] 縣伯 현백 ;

Vicomte, Kaegukcha [Kăi kouk tjă], 開國子 개국자 ;

Baron, Hyŏnnam [Hyen nam] 縣男 현남 . On accorda souvent des noms honorifiques, Ho [Ho], 號 호, et des dotations.

275

功臣都監 공신도감, Kongsin togam [Kong sin to kam], Conseil des Serviteurs de Mérite , institué par le premier Roi de La dynastie actuelle et appelé Ch’unghunsa [Tchyoung houn să], 忠勳司 충훈사 , en 1414. Ce Conseil porte depuis le Roi Sejo [Syei tjo], 世祖 세조, (1455-1468) le nom de :

276

忠勳府 충훈부, Ch’unghunbu [Tchyoung houn pou], Conseil du Mérite loyal, noms littéraires : 盟府 맹부, Maengbu [Măing pou] , 雲臺 운대 Undae [Oun tăi] ;

composé de fonctionnaires qui se sont distingués d’une façon particulière : ils reçoivent le titre de Prince, Kun [Koun], 君 군, avec une appellation tirée d’un nom de localité ; ils peuvent être de rang 1a, 1b, 2a ou 2b

; ceux qui sont membres de la Maison Royale et arrivent au rang 1a, ont le titre de Puwŏn’gun [Pou ouen koun] 府院君 부원군 . Autres appellations : Iltŭng kongsin [Il teung kong sin],  一等功臣 일등공신, Serviteur de Mérite de 1ère classe , etc, jusqu’à Sadŭng kongsin [Să teung kong sin], 四等功臣 사등공신, Serviteur de Mérite de 4e classe . A l’époque de T’aejo [Htai tjo], 太祖 태조, quelques-uns des Serviteurs de Mérite ont porté le titre de Comte, Paek [Păik], 伯 백, précédé d’un nom de localité .

Ces titres ne sont pas héréditaires.



都事 도사, Tosa [To să], 5b ; Secrétaire (deux charges) ;

藥房 약방, Yakpang [Yak pang], Médecin (une charge) .

Des Serviteurs de Mérite, il faut vraisemblablement rapprocher les Kusa [Kou să], 丘史 구사 , sur lesquels je n’ai pu avoir aucune explication.

277

忠翊府 충익부, Ch’ung’ikpu [Tchyoung ik pou], Conseil de la Protection loyale, composé de Serviteurs de Mérite des 3e et 4e classes, rattaché tantôt au Conseil du Mérite loyal (n° 276), tantôt au Ministère de l’Armée (n° 705), définitivement soumis au premier de ces yamens en 1703 .



[Image de page : 47 ]

278

Les administrations qui suivent, existaient dans le royaume de Silla [Sin ra] : 古官家典 고관가전, Kogwan kajŏn [ko koan ka tyen], Bureau des Familles d’anciens fonctionnaires ?

鉤/鈎尺 구척, Kuch’ŏk [Kou tchyek], ? ? ;

水主 수주, Suju [Syou tjyou], Préposé à l’eau ;

禾主 화주, Hwaju [Hoa tjyou], Préposé aux grains .

279

典大舍典 전대사전, Chŏndae sajŏn [Tyen tai sya tyen], Bureau des Fonctionnaires de 12e classe (?)

280

上大舍典 상대사전 Sangdae sajŏn [Syang tai sya tyen], Bureau des Fonctionnaires de 12e classe (?)

281

煙舍典 연사전, Yŏnsajŏn [Yen sya tyen], Bureau ? ?

282

食尺典 식척전, Sikch’ŏkchŏn [Sik tchyek tyen], Bureau ? ?

------------------------------------------------------------------------------------------------------

283

Les Conseils et Bureaux énumérés du n° 267 jusqu’ici, ont pour mission de récompenser les mérites extraordinaires des fonctionnaires de tous ordres, et formant par suite une série spéciale, placée en dehors et au-dessus des administrations qui s’occupent de la marche des affaires proprement administratives 

; les Conseils qui suivent ont de même une position particulière, étant chargés de la direction et de la surveillance du gouvernement ; on leur donne collectivement le nom de Sangbu [Syang pou], 相府 상부 .

國相 국상, Kuksang [Kouk syang], Grands Conseillers, du Koguryŏ [Ko kou rye] ; il y avait les Grands Conseillers de Gauche et de droite, Chwa-ubo [Tja ou po], 左右輔 좌우보 ; les Ministres de l’Intérieur et de l’Extérieur, Nae-oep’yŏng [Năi oi hpyeng], 內外評 내외평 ; le Grand Archiviste, T’aejubu [Htai tjyou pou], 太主簿 태주부 .

284

左輔 좌보, Chwabo [Tja po] , 右輔 우보, Ubo [Ou po], Grands Conseillers du roi de Paekche [Păik tjyei] .

285

上佐平 상좌평, Sangjwap’yŏng [Syang tja hpyeng], Premier Ministre intime, du royaume de Paekche [Păik tjyei] .

286

大輔 대보, Taebo [Tai po], Grand Conseiller, de Silla [Sin ra], sous Namhae [Nam hăi], 南解王 남해왕, en l’an 10 de notre ère .

287

上大等 상대등, Sangdaedŭng [Syang tai teung] , 上臣 상신, Sangsin [Syang sin], Grand Conseiller, de Silla [Sin ra], sous Pŏphŭng [Pep heung], 法興王 법흥왕 (514-540) .

288

祖主 조주, Choju [Tjo tjyou] , 禀主 품주, Pumju [Hpeum tjyou] , puis 執事省 집사성, Chipsasŏng [Tjip să syeng], Grand Conseil d’Etat du royaume de Silla [Sin ra] ; l’époque de foundation n’est pas connue ; il fut nommé Chipsabu [Tjip să pou], 執事部 집사부 , depuis 651 jusqu’en 829.

289

中侍 중시, Chungsi [Tjyoung si], 侍中 시중, Sijung [Si tjyoung] , Grand Conseiller ;

典大等 전대등, Chŏndaedŭng [Tyen tai teung], 侍郞 시랑, Sirang [Si rang] , Conseiller ;

[Image de page : 48 ]



大舍 대사, Taesa [Tai sya], 郞中 낭중, Nangjung [Rang tjyoung] , Premier Secrétaire ;

舍知 사지, Saji [Sya tji], 員外郞 원외랑, Wŏnoerang [Ouen oi rang] , Secrétaire ;

史 사, Sa [Să], plus tard 郞 낭, Nang [Rang] , Sous-Secrétaire .

290

廣平省 광평성, Kwangp’yŏngsŏng [Koang hpyeng syeng], Grand Conseil d’Etat, du royaume de T’aebong [Htai pong] .

匡治奈 광치내, Kwangch’inae [Koang tchi nai], Grand Conseiller ;

徐事 서사, Sŏsa [Sye să], Conseiller ;

外書 외서, Oesŏ [Oi sye], Secrétaire .

291

內奉省 내봉성, Naebongsŏng [Năi pong syeng], Conseil Intime du royaume de T’aebong [Htai pong] , puis sous le Roi T’aejo [Htai tjo], 太祖 태조, de Koryŏ [Korye] (918-943) (peut-être le même que le Conseil du Palais, n° 297).

292

三師三公 삼사삼공, Samsa samgong [Sam să sam kong], les trois Gouverneurs et les trois Ducs ;

titres accordés sous la dynastie des Wang [Oang] à quelques hauts dignitaires particulièrement distingués.



太師 태사, T’aesa [Htăi să], Grand Gouverneur ,

太傅 태부, T’aebu [Htăi pou], Grand Précepteur ,

太保 태보, T’aebo [Htăi po], Grand Gardien ,

大衛 대위, Taewi [Tai oui], Duc des Armées ,

司徒 사도, Sado [Să to], Duc des Lettrés ,

司空 사공, Sagong [Să kong], Duc des Travaux . On donne Aujourd’hui le nom de Trois Ducs aux Trois Présidents du Grand Conseil (n° 301).

293

尙書都省 상서도성, Sangsŏ tosŏng [Syang sye to syeng], Conseil d’Etat du royaume de Koryŏ , fondé entre 981 et 997 sous le nom de Ŏsa tosŏng [E să to syeng], 御史都省 어사도성 . Les charges ont été fixées au milieu du XIe siècle, de la façon suivante :

294

尙書令 상서령, Sangsŏryŏng [Syang sye ryeng], Premier Président ;

左右僕射 좌우복야, Chwa-u pogya [Tja ou pok ya], Présidents de Gauche et de Droite ;

知省事 지성사, Chisŏngsa [Tji syeng să], Premier Vice-Président ;

左右丞 좌우승, Chwa-usŭng [Tja ou seung], Vice-Présidents de Gauche et de Droite ;

左右司郞中 좌우사랑중, Chwa-u sarangjung [Tja ou sa rang tjyoung], Conseillers de Gauche et de Droite ;

左右司員外郞 좌우사원외랑, Chwa-u sawŏn oerang [Tja ou sa ouen oi rang], Vice-Conseillers de Gauche et de Droite ;

都事 도사, Tosa [To să], Secrétaire Général .

[Image de page : 49 ]

Réuni au Conseil du Palais (n° 297) par le Roi Ch’ungnyŏl [Tchyoung ryel], 忠烈王 충렬왕 (1274-1308), ce yamen fut séparé de nouveau sous le règne de Kongmin [Kong min], 恭愍王 공민왕 (1351-1374), puis définitivement supprimé.

295

資政院 자정원, Chajŏngwŏn [Tjă tjyeng ouen], Conseil d’Etat , établi par Ch’ungnyŏl [Tchyoung ryel], 忠烈王 충렬왕 (1274-1308) et supprimé peu après.

296

司平府 사평부, Sap’yŏngbu [Să hpyeng pou], Conseil des Finances : il existait dans le royaume de T’aebong [Htai pong] sous le nom de Chowibu [Tjo oui pou], 調位府 조위부 ; en 919, le Roi T’aejo [Htai tjo], 太祖 태조, de Koryŏ, le nomma Samsa [Sam să], 三司 삼사 ; remplacé par le Tojŏngsa [To tjyeng să], 都正司 도정사 , sous le règne de Hyŏnjong [Hyen tjong], 顯宗 현종 (1009-1031), il fut bientôt rétabli ; la hiérarchie y fut fixée par Munjong [Moun tjong], 文宗 문종 (1046-1083).

判事 판사, P’ansa [Hpan să], Président , etc. Ce Conseil subit quelques modifications à l’avènement de La dynastie actuelle ; en 1401, T’aejong [Htai tjong], 太宗 태종, lui donna le nom de Sap’yŏngbu [Să hpyeng pou] et le supprima bientôt après .

297

門下府 문하부, Munhabu [Moun ha pou], Conseil du Palais . Le Roi T’aejo [Htai tjo], 太祖 태조, de Koryŏ [Korye], fonda le Naeŭisŏng [Năi eui syeng], 內議省 내의성, qui ne paraît pas différer du Conseil Intime (n° 291), pour remplir des fonctions qui sont Aujourd’hui celles du Grand Conseil d’Etat (n° 300) et de la Cour des Remontrances (n° 319) ; Sŏngjong [Syeng tjong], 成宗 성종 (981-997), le nomma Naesa munhasŏng [Năi să moun ha syeng], 內史門下省 내사문하성 ; Munjong [Moun tjong], 文宗 문종 (1046-1083) le nomma Chungsŏ munhasŏng [Tjyoung sye moun ha syeng], 中書門下省 중서문하성 , sous Ch’ungnyŏl [Tchyoung ryel], 忠烈王 충렬왕 (1274-1308), il fut réuni au Conseil d’Etat (n° 293) et appelé Ch’ŏmŭibu [Tchyem eui pou] 僉議府 첨의부 , puis Toch’ŏmŭisasa [To tchyem eui să să] 都僉議使司 도첨의사사 ; Kongmin [Kong min], 恭愍王 공민왕 (1351-1374) sépara ces deux administrations et donna au Conseil du Palais le nom de Munhabu [Moun ha pou], 門下府 문하부 , T’aejo [Htai tjo], 太祖 태조 des Yi [Ri],, maintint le Conseil du Palais ; T’aejong [Htai tjong], 太宗 태종 , en 1402, le remplaça par la Cour des Remontrances (n° 319). Les charges du Conseil du Palais étaient les suivantes :

298

內議令 내의령, Naeŭiryŏng [Năi eui ryeng] ; puis 內史令 내사령, Naesaryŏng [Năi să ryeng] ; 中書令 중서령 Chungsŏryŏng [Tjyoung sye ryeng] ; 領都僉議使司事 영도첨의사사사, Yŏngdoch’ŏmŭisasasa [Ryeng to tchyem eui să să să] ; 令門下 영문하, Yŏngmunha [Ryeng moun ha] ; 判門下 판문하, Panmunha [Pan moun ha] ; Premier Président ;

門下侍中 문하시중, Munhasijung [Moun ha si tjyoung]; 僉議中贊 첨의중찬, Ch’ŏmŭijungch’an [Tchyem eui tjyoung tchan] ; 都僉議侍中 도첨의시중, Toch’ŏmŭisijung [To tchyem eui si tjyoung] ; Président ;

[Image de page : 50 ]



參知政事 참지정사, Ch’amji chŏngsa [Tcham tji tjyeng să], Vice- Président ;

散騎常侍 산기상시, Sangi sangsi [San keui syang si] ; 常侍直門下 상시직문하, Sangsi chingmunha [Syang si tjik moun ha] , Conseiller Ordinaire ;

諫議大夫 간의대부, Kanŭi taebu [Kan eui tai pou]; 司議大夫 사의대부, Saŭi taebu [Să eui tai pou] , Maître des Remontrances ;

補闕 보궐, Pogwŏl [Po kouel], Conseiller Ordinaire Surnuméraire ;

拾遺 습유, Sŭbyu [Seup you], Conseiller Ordinaire Adjoint ;

內史侍郞平章事 내사시랑평장사, Naesasirang p’yŏngjangsa [Năi să si rang hpyeng tjyang să] ; 中書侍郞平章事 중서시랑평장사, Chungsŏsirang p’yŏngjangsa [Tjyoung sye si rang hpyeng tjyang să] ; 僉議侍郞贊成事 첨의시랑찬성사, Ch’ŏmŭisirang ch’ansŏngsa [Tchyem eui si rang tchan syeng să] ; Premier Conseiller ;

門下侍郞平章事 문하시랑평장사, Munhasirang p’yŏngjangsa [Moun ha si rang hpyeng tjyang să] ; 僉議贊成事 첨의찬성사, Ch’ŏmŭi ch’ansŏngsa [Tchyem eui tchan syeng să] ; 門下贊成事 문하찬성사, Munha ch’ansŏngsa [Moun ha tchan syeng să] ; Second Conseiller ;

平章事參知政事 평장사참지정사, P’yŏngjangsa ch’amji chŏngsa [Hpyeng tjyang să tcham tji tjyeng să] ; 僉議參理 첨의참리, Ch’ŏmŭi ch’amni [Tchyem eui tcham ri] ; 政丞中護評理知門下 정승중호평리지문하, Chŏngsŭng chungho p’yŏngni chimunha ; Troisième Conseiller ;

政堂文學知門下省事 정당문학지문하성사, Chŏngtang munhak chimunhasŏngsa [Tjyeng tang moun hak tji moun ha syeng să] ; 參文學事 참문학사, Ch’ammunhaksa [Tcham moun hak să] ; Conseiller littéraire ;

內議舍人 내의사인, Naeŭi sain [Năi eui sya in] ; 中書舍人 중서사인, Chungsŏ sain [Tjyoung sye sya in] ; 知僉議府事 지첨의부사, Chich’ŏmŭibusa [Tji tchyem eui pou să] ; 給事中都僉議舍人 급사중도첨의사인, Kŭpsa chungdo ch’ŏmŭi sain [Keup să tjyoung to tchyem eui sya in] ; Secrétaire ;

起居注 기거주, Kigŏju [Keui ke tjou] ; 獻納 헌납, Hŏnnap [Hyen nap] ; Secrétaire aux Ordres ;

起居郞 기거랑, Kigŏrang [Keui ke rang] ; 正言 정언, Chŏngŏn [Tjyeng en] ; Deuxième Secrétaire aux Ordres ;

起居舍人 기거사인, Kigŏ sain [Keui ke sya in]; Troisième Secrétaire aux Ordres ;

錄事 녹사, Noksa [Rok să], Copiste ;

內史 내사, Naesa [Năi să], Copiste ;

注書 주서, Chusŏ [Tjou sye], Copiste ;

Le Conseil du Palais, avec le Conseil Secret (n° 304), étaient désignés par l’expression Yangbu [Ryang pou], 兩府 양부 .

299

都評議使司 도평의사사, Top’yŏngŭisasa [To hpyeng eui să să], Grand Conseil Général des Délibérations . Au commencement de la dynastie de Koryŏ [Korye], on

[Image de page : 51 ]

établit un Lieutenant-Général de la Guerre, Tobyŏngmasa [To hpyeng ma să], 都兵馬使 도병마사  ; le roi Munjong [Moun tjong], 文宗 문종 (1046-1083) fixa les titres de ses subordonnés : tel fut le noyau du Grand Conseil Général. Ce Conseil reçut sa constitution définitive de Ch’ungnyŏl [Tchyoung ryel], 忠烈王 충렬왕 (1274-1308) : formé de fonctionnaires du Conseil du Palais (n° 297), du Conseil des Finances (n° 296) et du Conseil Secret (n° 304), il était chargé de délibérer sur les affaires les plus importantes.

判司事 판사사, P’ansasa [Pan să să], Président  ;

同司事 동사사, Tongsasa [Tong să să], Vice-Président  ;

兼司事 겸사사, Kyŏmsasa [Kyem să să], Conseiller , etc. Ce Conseil fut supprimé en 1400 .

300

A la place des Conseils énumérés ci-dessus (n° 293, 294, 295, 296, 297, 298, 299), le Roi Chŏngjong [Tyeng tjong], 定宗 정종, institua en 1400, le Grand Conseil d’Etat, dont la composition a fort peu varié depuis lors.

議政府 의정부, Ŭijŏngbu [Eui tjyeng pou], Grand Conseil d’Etat ; noms littéraires  : Hwanggak [Hoang kak], 黃閣 황각  ; Todang [To tang], 都堂 도당 . Il gouverne en général les mandarins et le peuple, surveille les deux principes primordiaux ( ŭmyang [eum yang], 陰陽 음양) et dirige l’Etat. C’est le plus haut rouage du Gouvernement Coréen. Les Grands Conseillers, en charge et hors charge, s’appellent Taesin [Tai sin], 大臣 대신  ; ils sont réunis en assemblée pour délibérer des affaires graves : cette assemblée porte le nom de Pinch’ŏng [Pin htyeng], 賓廳 빈청  ; les expressions Myodang [Myo tang], 廟堂 묘당, Chŏngbu [Tjyeng pou], 政府 정부 , ont un sens analogue, mais plus vague et signifiant à peu près : le Gouvernement .

301

領議政 영의정, Yŏngŭijŏng [Ryeng eui tjyeng] ; 領府事 영부사, Yŏngbusa [Ryeng pou să] (en 1414) ; 1a ; Premier Président (une charge). Noms littéraires  : Yŏngsang [Ryeng syang], 領相 영상 , Ryŏnggak [Ryeng kak], 領閣  영각 ; Wŏn’gyu [Ouen kyou], 元揆 원규 ;

左右議政 좌우의정, Chwa-u ŭijŏng  [Tja ou eui tjyeng]; 判府事 판부사, P’anbusa [Hpan pou să] (en 1414) ; 1a ; Présidents de gauche et de droite (en tout deux charges). Noms littéraires  : Chwa-usang [Tja ou syang], 左右相 좌우상 , Chwa-ugak [Tja ou kak], 左右閣 좌우각 ; Ch’a-gyu [Tja kyou], 左揆 좌규 , et Tan’gyu [Tan kyou], 端揆 단규  ;

左右贊成 좌우찬성, Chwa-u ch’ansŏng [Tja ou tchan syeng], 1b ; Premiers Conseillers de gauche et de droite (en tout deux charges). Noms littéraires  : Samjae [Sam tjăi], 三宰 삼재 , et Sajae [Sa tjăi], 四宰  사재 ;

左右參贊 좌우참찬, Chwa-u ch’amch’an [Tja ou tcham tchan], 2a ; Seconds Conseillers de gauche et de droite (en tout deux charges)  ;

舍人 사인, Sain [Sya in], 4a ; Secrétaire (deux charges)  ;

[Image de page : 52 ]



檢詳 검상, Kŏmsang [Kem syang], 5a ; Secrétaire (une charge)  ;

司錄 사록, Sarok [Să rok], 8a ; Archiviste (une charge) .

302

Depuis 1865, la Chambre de la Défense des Frontières (n° 303) est rattachée au Grand Conseil, où elle forme la Division des Affaires publiques, Kongsasaek [Kong să săik], 公事色 공사색 ,

avec une hiérarchie spéciale : 都相 도상, Tosang [To syang], 1a ; Directeur général (pas de nombre fixé) ,

堂上 당상, Tangsang [Tang syang], 2b ou au-dessus ; Directeur (pas de nombre fixé) ,

公事館 공사관, Kongsagwan [Kong să koan], 6b ou au-dessous ; Secrétaire (11 charges) ,

藥房 약방, Yakpang [Yak pang], Médecin (1 charge) .

A la même date, la Chambre des Digues et Levées (n° 796) a été réunie au Grand Conseil dont elle avait déjà pour Directeurs les trois Présidents ; elle n’a pas conservé de hiérarchie séparée.



------------------------------------------------------------------------------------------------------

303

備邊司 비변사, Pibyŏnsa [Pi pyen să] Chambre de la Défense des Frontières, créée en 1555, rattachée en 1865 au Grand Conseil (n° 300, 301, 302). Noms littéraires  : Piguk [Pi kouk], 備局 비국  ; Chuguk [Tjyou kouk], 籌局 주국 .

------------------------------------------------------------------------------------------------------

304

中樞院 중추원, Chungch’uwŏn [Tjyoung tchyou ouen], Cour Centrale du Gouvernement , instituée sous Sŏngjong [Syeng tjong], 成宗 성종 (981-997) pour délibérer des affaires, veiller à la garde du Palais et être nuit et jour à la disposition du Roi ; remplacée peu après par le Département Central, Chungdaesŏng [Tjyoung tăi syeng], 中臺省 중대성 , et rétablie ensuite, la Cour Centrale eut sa hiérarchie fixée par Munjong [Moun tjong], 文宗 문종 (1046-1083).

判院事 판원사, P’anwŏnsa [Hpan ouen să], Premier Président ;

副使 부사, Pusa [Pou să], Vice-Président ;

簽書院事 첨서원사, Ch’ŏmsŏwŏnsa [Tchyem sye ouen să], Premier Conseiller ;

直學士 직학사, Chikhaksa [Tjik hak să], Second Conseiller ;

知奏事 지주사, Chijusa [Tji tjou să], puis 知申事 지신사, Chisinsa [Tji sin să] , Ministre des Commandements ;

承宣 승선, Sŭngsŏn [Seung syen], puis 執奏 집주, Chipchu [Tjib tjou] , plus tard, 承旨 승지, Sŭngji [Seung tji] , 代言 대언, Taeŏn [Tăi en] , Secrétaire des Commandements ;

堂後官 당후관, Tanghugwan [Tang hou koan], 計議官 계의관, Kyeŭigwan [Kyei eui să] , Secrétaire ;

305

Sous le Roi Hŏnjong [Hen tjong], 憲宗 헌종 (1094-1095), la Cour Centrale

[Image de page : 53 ]

prit le nom de Ch'umilwŏn [ Tjyou mil ouen], 密院 밀원
; Ch’ungnyŏl [Tchyoung ryel], 忠烈王 충렬왕 (1274-1308) changea ce nom pour celui de Conseil Secret, 密直司 밀직사, Miljiksa [Mil tjik să] , puis pour celui de Cour du Gouvernement éclairé, Kwangjŏngwŏn [Koang tjyeng ouen], 光政院 광정원 , qui dura peu. Sous Ch’ungsŏn [Tchyoung syen], 忠宣王 충선왕 (1308-1313), le Conseil Secret fut appelé 密直府 밀직부, Miljikpu [Mil tjik pou] .

Le premier Roi de La dynastie actuelle ne modifia pas le Conseil Secret. En 1400, il prit le nom de Conseil des trois Corps d’armée, Ŭihŭng sam’gunbu [Eui heung sam koun pou], 義興三軍府 의흥삼군부 , et vit étendre ses attributions militaires ; en 1409, il fut en parti réuni au Grand Conseil (n° 300) et les questions militaires furent du ressort de la Commanderie des Camps (n° 953, 954) ; le Roi Sejo [Syei tjo], 世祖 세조, (1455-1468) sépara de nouveau le Conseil du Gouvernement (n° 306) et institua à part le Conseil Privé (n° 309), formé des Ministres et Secrétaires des Commandements (cf. n° 304).

306

中樞府 중추부, Chungch’ubu [Tjyoung tchyou pou], Conseil du Gouvernement, m ; ce Conseil n’a pas d’attributions et se compose de hauts fonctionnaires sortis de charge.

307

領事 영사, Yŏngsa [Ryeng să], 1a ; Premier Président (une charge)  ;

判事 판사, P’ansa [Hpan să], 1b ; Président (deux charges)  ;

知事 지사, Chisa [Tji să], 2a ; Premier Conseiller (six charges)  ;

同知事 동지사, Tongjisa [Tong tji să], 2b ; Second Conseiller (huit charges)  ;

僉知事 첨지사, Ch’ŏmjisa [Tchyem tji să], 3a ; Vice-Conseiller (huit charges)  ;

經歷 경력, Kyŏngnyŏk [Kyeng ryek], 4b ; Secrétaire (une charge)  ;

都事 도사, Tosa [To să], 5b ; Secrétaire (trois charges) ;

藥房 약방, Yakpang [Yak pang], Médecin (une charge) .



------------------------------------------------------------------------------------------------------

307bis

內臣佐平 내신좌평, Naesin chwap’yŏng [Năi sin tja hpyeng], Ministre intime des Commandements du Roi de Paekche [Păik tjyei] .

308

Sous la dynastie de Koryŏ [Korye] et au commencement de la dynastie des Yi [Ri], les ordres du Roi étaient transmis par les Ministres et Secrétaires des Commandements (cf. n° 304) ; ce n’est que Sejo [Syei tjo], 世祖 세조, (1455-1468) qui détacha ces fonctionnaires de la Cour Centrale (n° 304, 305, 306, 307) et établit le Conseil Privé, qui n’a été que peu modifié depuis lors.

309

承政院 승정원, Sŭngjŏngwŏn [Seung tjyeng ouen], Conseil Privé. Noms littéraires : Chŏngbu [Tjyeng pou], 政府 정부 ; Huwŏn [Hou ouen], 喉院 후원 ; Ŭndae [Eun tăi], 銀臺 은대 ; Taenuwŏn [Tăi rou ouen], 待漏院 대루원 ; Hajŏngwŏn [Ha tjyeng ouen], 下政院 하정원 ; Chŏngwŏn [Tjyeng ouen], 政院 정원 . Ce Conseil transmet les ordres et les décrets du Roi ; il est

[Image de page : 54 ]

l’intermédiaire constant entre le Roi, le Grand Conseil (n° 300) et les autres administrations.

310

都承旨 도승지, Tosŭngji [To seung tji], 3a ; Premier Président (une charge) ; noms littéraires : Toryŏng [To ryeng], 都令 도령 ; Chisin [Tji sin], 知臣 지신 ;

左右承旨 좌우승지, Chwa-u sŭngji [Tja ou seung tji], 3a ; Présidents de gauche et de droite (en tout deux charges); nom littéraire : Chwa-uryŏng [Tja ou ryeng], 左右令 좌우령 ;

左右副承旨 좌우부승지, Chwa-u pusŭngji [Tja ou pou seung tji], 3a ; Vice-Présidents de gauche et de droite (en tout deux charges) ; nom littéraire : Chwa-uryŏng [Tja ou ryeng], 左右副令 좌우부령;

同副承旨 동부승지, Tongbusŭngji [Tong pou seung tji], 3a ; Vice-Président auxiliaire (une charge) ; noms littéraires : Tongburyŏng [Tong pou ryeng], 同副令 동부령;

注書 주서, Chusŏ [Tjou sye], Secrétaire (deux charges) ;

事變假注書 사변가주서, Sabyŏnga chusŏ [Să pyen ka tjou sye], Secrétaire extraordinaire auxiliaire (une charge) .

311

Le Conseil Privé comprend six divisions, correspondant aux six statuts gouvernementaux :

吏房 이방, Ibang [Ri pang], Section des Fonctionnaires Civils ,

戶房 호방, Hopang [Ho pang], Section du Cens ,

禮房 예방, Yebang [Ryei pang], Section des Rites ,

兵房 병방, Pyŏngbang [Pyeng pang], Section de l’Armée ,

刑房 형방, Hyŏngbang [Hyeng pang], Section de la Justice ,

工房 공방, Kongbang [Kong pang], Section des Travaux .

Chacune des six Sections est dirigée par un des six Présidents, qui prend parfois le nom même de la Section qui est sous ses ordres (Ibang [Ri pang], Yebang [Ryei pang], etc).

312

Les Décrets Royaux, au commencement de la dynastie de Koryŏ [Korye], étaient nommés Cho [Tjyo], 詔 조 ; Sŏngjong [Syeng tjong], 成宗 성종 (981-997) les appela Kyo, 敎 교 ; Chŏngjong [Tjyeng tjong], 靖宗 정종 (1034-1046) les appela Che [Tjyei] 制 제 Ch’ungnyŏl [Tchyoung ryel], 忠烈王 충렬왕 , en 1276, rendit un décret ordonnant de remplacer les termes Sŏnji [Syen tji], 宣旨 선지, par Wangji [Oang tji], 王旨 왕지, Ordre du Roi ; Chim [Tjim] 朕 짐, par Ko, 孤 고, Nous ; Sa [Sya], 赦 사, par Yu [You], 宥 유, grâce, clémence ; Chu [Tjou], 奏 주, par Chŏng [Tjyeng], 呈 정, rapport : les anciennes expressions étant résérvées à l’Empereur et d’un usage peu convenable pour le Roi.



[Image de page : 55 ]

Les Décrets Royaux, Hagyo [Ha kyo], 下敎 하교, Kyo, 敎 교, relatifs aux affaires ; les Rescrits, Kyeha [Kyei ha], 啓下 계하, Yunha [Youn ha], 允下 윤하 ; les simples Ordres Kyo, 敎 교, Chŏngyo [tjyen kyo], 傳敎 전교, Chi [Tji], 旨 지, 12 sont transmis par écrit au bureau du Conseil Privé qui se trouve dans le Palais ; les copistes de ce Conseil Privé, ceux qui sont envoyés par les autres administrations, d’autres encore qui paient une redevance aux Clercs (n° 1134) du Conseil, transcrivent, à mesure qu’elles arrivent, ces notes dont l’ensemble constitue la Gazette de la Cour, Chobo [Tjyo po], 朝報 조보, ou les Nouvelles, Kibyŏl [Keui pyel], 奇別 기별.

De la sorte chaque administration de Seoul, chaque Gouverneur (n° 896) et chaque Magistrat de district (n° 896) reçoit la Gazette qui, de plus, par les copistes non officiels, a une certaine publicité. On fait remonter la fondation de la Gazette à l’époque du Roi Sŏnjo [Syen tjo], 宣祖 선조 (1567-1608) .



----------------------------------------------------------------------------------------------------

313

司政府 사정부, Sajŏngbu [Să tjyeng pou], Conseil des Censeurs, du royaume de Silla [Sin ra], institué par le Roi T’aejong [Htai tjong], 太宗王태종왕 [=Muyŏl 太宗武烈王 태종 무열왕], en 659 , nommé Sukchŏngdae [Syouk tjyeng tăi], 肅正臺 숙정대 , sous le règne de Kyŏngdŏk [Kyeng tek], 景德王 경덕왕 (742-765).

314

司憲臺 사헌대, Sahŏndae [Să hen tăi], Conseil des Censeurs , établi au commencement du royaume de Koryŏ [Korye], nommé Ŏsadae [E să tăi], 御史臺 어사대 , par Sŏngjong [Syeng tjong], 成宗 성종 (981-997) ; Kŭmodae [Keum o tăi], 金吾臺 금오대 , par Hyŏnjong [Hyen tjong], 顯宗 현종 (1009-1031) ; Kamch’alsa [Kam tchal să], 監察司 감찰사 , par Ch’ungnyŏl [Tchyoung ryel], 忠烈王 충렬왕 (1274-1308) ; 司憲府 사헌부, Sahŏnbu [Să hen pou] , par Ch’ungsŏn [Tchyoung syen], 忠宣王 충선왕 (1308-1313).

315

大夫 대부, Taebu [Tai pou] ; puis Chehŏn [Tyei hen], 提憲 제헌; 大司憲 대사헌, Taesahŏn [Tai să hen]; Grand Censeur ;

中丞 중승, Chungsŭng [Tjyoung seung]; puis 侍丞 시승, Sisŭng [Si seung] ; 執義 집의, Chibŭi [Tjip eui] ; Second Grand Censeur ;

雜端 잡단, Chaptan [Tjap tan], Troisième Grand Censeur ;

侍御史 시어사, Siŏsa [Si e să] ; 雜端侍御司憲 잡단시어사헌, Chaptan siŏsahŏn [Tjap tan si e să hen] ; 侍史 시사, Sisa [Si să] ; 掌令 장령, Changnyŏng [Tjyang ryeng] ; Premier Censeur ;

展中侍御史 전중시어사, Chŏnjung siŏsa [tyen tjyoung si e să] ; puis 展中侍御司憲 전중시어사사헌, Chŏnjung siŏsahŏn [tyen tjyoung si e să hen] ;

[Image de page : 56 ]

持平 지평, Chip’yŏng [Tji hpyeng] ; 雜端 잡단, Chaptan [Tjap tan] ; Second Censeur
;

參秩 참질, Ch’amjil [Tcham tjil], Vice Second Censeur ;

監察御史 감찰어사, Kamch’alŏsa [Kam tchal e să] ; 監察司憲 감찰사헌, Kamch’alsahŏn [Kam tchal să hen] ; 監察史 감찰사 Kamch’alsa [Kam tchal să] ; 糾正 규정, Kyujŏng [Kyou tjyeng] ; Troisième Censeur ;

316

La Cour des Censeurs a été instituée par T’aejo [Htai tjo], 太祖 태조, des Yi [Ri], sous sa forme actuelle : seuls quelques titres ont été modifiés.

司憲府 사헌부, Sahŏnbu [Să hen pou], Conseil des Censeurs, chargé de surveiller l’administration et les mandarins. Noms littéraires : Sangdae [Sang tăi], 霜臺 상대; Nandae/Randae [Ran tăi], 蘭臺 난대/란대; Ŏsadae [E să tăi], 御史臺 어사대; Wŏnŭisŏk [Ouen eui syek], 圓議席 원의석; Wanŭisŏk [Oan eui syek], 完議席 원의석.

317

大司憲 대사헌, Taesahŏn [Tai să hen], 2b ; Grand Censeur (une charge) ; nom littéraire : 都憲 도헌, Tohŏn [To hen] ;

執義 집의, Chibŭi [Tjip eui], 3b ; Second Grand Censeur (une charge) ;

掌令 장령, Changnyŏng [Tjyang ryeng], 4a ; Premier Censeur (deux charges) ;

持平 지평, Chip’yŏng [Tji hpyeng], 5a ; Second Censeur (deux charges) ;

監察 감찰, Kamch’al [Kam tchal], 6b ; Troisième Censeur (treize charges) ;

檢律 검률, Kŏmnyul [Kem ryoul], Légiste (une charge) ;

藥房 약방, Yakpang [Yak pang], Médecin (une charge) .

Ce Conseil et la Cour des Remontrances (n° 319) portent les noms de Taegan [Tăi kan], 臺諫 대간; Taesŏng [Tăi syeng], 臺省 대성 ; Yangsa [Ryang să], 兩司 양사 .


------------------------------------------------------------------------------------------------------

318

內司正典 내사정전, Naesajŏngjŏn [Năi să tjyeng tyen], Conseil du Palais, du royaume de Silla [Sin ra], établi par Kyŏngdŏk [Kyeng tek], 景德王 경덕왕, en 746 ; appelé Kŏnp’yŏngsŏng [Ken hpyeng syeng], 建平省 건평성 en 759.

議史 의사, Ŭisa [Eui să], Maître des Remontrances ;

貞察 정찰, Chŏngch’al [Tjyeng tchal], Examinateur .

319

Pour le Conseil du Palais du royaume de Koryŏ [Korye], cf n° 297 et 298. Ce Conseil avait le droit de remontrances ; de plus, à partir de Sŏngjong [Syeng tjong], 成宗 성종 (981-997), tous les fonctionnaires de la Capitale, qui étaient au moins de la cinquième classe, exercèrent également ce droit.

Conservé par T’aejo [Htai tjo], 太祖 태조, en 1392 le Conseil du Palais

[Image de page : 57 ]

fut supprimé en 1402 ; une partie de ses attributions passa au Grand Conseil (n° 300) ; le droit de remontrances à l’égard du Roi fut donné à la Cour des Remontrances,

司諫院 사간원, Saganwŏn [Să kan ouen]
; noms littéraires : Paekpu [Păik pou], 柏府 백부 ; Miwŏn [Mi ouen], 薇垣 미원 . Cette Cour a été supprimée quelques années sous le règne du Prince de Yŏnsan [Yen san], 燕山君 연산군 (1494-1506).

320

大司諫 대사간, Taesagan [Tai să kan], 3a ; Grand Maître des Remontrances (une charge) ; nom littéraire : Kanjang [Kan tjyang], 諫長 간장 ;

司諫 사간, Sagan [Să kan], 3b ; Maître des Remontrances (une charge) ;

獻納 헌납, Hŏnnap [Hen nap], 5a ; Oblateur (une charge) ;

正言 정언, Chŏngŏn [Tjyeng en], 6b ; Recteur (deux charges) ;

------------------------------------------------------------------------------------------------------

321

巡軍萬戶府 수군만호부, Sun’gun manhobu [Syoun koun man ho pou], Conseil de Police Générale , institué au commencement du royaume de Koryŏ [Korye].

都萬戶 도만호, Tomanho [To man ho], Premier Président ;

上萬戶 상만호, Sangmanho [Syang man ho], Président ;

萬戶 만호, Manho [Man ho], Vice-Président ;

副萬戶 부만호, Pumanho [Pou man ho], Second Vice-Président ;

鎭撫 진무, Chinmu [Tjin mou], Conseiller ;

千戶 천호, Ch’ŏnho [Tchyen ho], Second Conseiller ;

提空 제공, Chegong [Tyei kong], Secrétaire .

322

Sous le Roi Kongmin [Kong min], 恭愍王 공민왕 (1351-1374), ce Conseil fut nommé Sap’yŏng sunwibu [Să hpyeng syoun oui pou], 司平巡衛府 사평순위부 ; il reprit bientôt son ancient nom, qui fut conservé par le premier Roi de La dynastie actuelle. En 1402, le Conseil fut nommé Sunwibu [Syoun oui pou], 巡衛府 순위부; en 1403, il devint Ŭiyong sun’gŭmbu [Eui yong syoun keum pou], 義勇巡禁府 의용순금부 ; en 1414, il prit le nom qu’il a conservé jusqu’ici.

323

義禁府 의금부 Ŭigŭmbu [Eui keum pou], Haute Cour de Justice ; noms littéraires : Kŭmbu [Keum pou], 禁府 금부; Kŭmo [Keum o], 金吾 금오 ; Wangbu [Oang pou], 王府 왕부. Elle juge les affaires graves qui lui sont soumises par décret, telles que crimes des fonctionnaires, conspirations : parfois alors le Roi interroge lui-même, Ch’in’guk [Tchin kouk], 親鞫 친국.

324

判事 판사, P’ansa [Hpan să], 1b ; Président (une charge) ; noms littéraires : P’an’gŭmo [Hpan geum o], 判金吾 판금오 ; Chipkŭmo [Tjip geum o], 執金吾 집금오 ;

[Image de page : 58 ]



知事 지사, Chisa [Tji să], 2a ; Conseiller (deux charges) ;

同知事 동지사, Tongjisa [Tong tji să], 2b ; Second Conseiller (une charge) ;

都事 도사, Tosa [To să], 5b ; Secrétaire (dix charges) ;

檢律 검률, Kŏmnyul [Kem ryoul], Légiste (une charge) ;

禁刑官 금형관, Kŭmhyŏnggwan [Keum hyeng koan], Clerc des Châtiments (une charge) (cf. n° 1138).

325

De la Haute Cour dépendait : 當直廳 당직청, Tangjikch’ŏng [Tang tjik htyeng], chargé d’examiner les appels présentés par les lettres et par le peuple. En 1494, ce Bureau fut appelé Milwich’ŏng [Mil oui htyeng], 密威廳 밀위청, et reprit son ancien nom en 1506 ; il n’est pas mentionné par les Statuts.



[Image de page : 59 ]

CHAPITRE V

Les Ministères et les Administrations spéciales : I – Fonctionnaires civils

326

位和府 위화부, Wihwabu [Oui hoa pou], Conseil des Fonctionnaires Civils, du royaume de Silla [Sin ra] institué par le Roi Chinp’yŏng [Tjin hpyeng], 眞平王 진평왕 en 581, nommé Sawibu [Să oui pou], 司位府 사위부, sous le règne de Kyŏngdŏk [Kyeng tek], 景德王 경덕왕 (742-765). 衿荷臣 금하신, Kŭmhasin [Keum ha sin], Directeur , etc,

上堂 상당, Sangdang [Syang tang], Archiviste , etc.

327

上佐平 상좌평, Sangjwap’yŏng [Syang tja hpyeng], Ministre des Nominations civiles, du royaume de Paekche [Păik tjyei] .

328

選官 선관, Sŏn’gwan [Syen kwan], Fonctionnaires préposés aux Nominations au commencement du royaume de Koryŏ [Korye], à savoir :

御史侍郞, 어사시랑, Ŏsa sirang [E să si rang], Ministre des Nominations civiles , etc.

329

尙書吏部 상서이부, Sangsŏ ibu [Syang sye ri pou], Ministère des Fonctionnaires civils, institué par Sŏngjong [Syeng tjong], 成宗 성종 (981-997) et réorganisé par Munjong [Moun tjong], 文宗 문종 (1046-1083) ; soumis à la Chambre de la Direction (n° 414) sous le Roi Ch’ungnyŏl [Tchyoung ryel], 忠烈王 충렬왕 (1274-1308) ; séparé de nouveau sous le nom de Ministère des Nominations, Chŏnjo [Tyen tjo], 銓曹 전조 , par Ch’ungsŏn [Tchyoung syen], 忠宣王 충선왕 (1308-1313) ; réuni peu après aux Ministères des Rites (n° 414) et de l’Armée (n° 704) sous le nom de Sŏnbu [Syen pou], 選部 선부, Ministère des Nominations , rétabli par le roi Kongmin [Kong min], 恭愍王 공민왕 (1351-1374), comme 吏部 이부, Ibu [Ri pou], réuni à d’autres yamens, rétabli sous différents noms déjà cités, ce Ministère reçut enfin de Kongyang [Kong yang], 恭讓王 공양왕, (1389-1392) le nom de Ijo [Ri tjo], 吏曹 이조. Aux différentes époques de la dynastie de Koryŏ [Korye], on trouve pour les fonctionnaires de ce Ministère les titres suivants :

330

判事 판사, P’ansa [Hpan să], Premier Ministre ;

宰臣 재신, Chaesin [Tjăi sin], 尙書 상서, Sangsŏ [Syang sye], 判書 판서, P’ansŏ [Hpan sye], 典書 전서, Chŏnsŏ [Tyen sye], Ministre ;

知部事 지부사, Chibusa [Tji pou să], Directeur ;

侍郞 시랑, Sirang [Si rang], 摠郞 총랑, Ch’ongnang [Tchong rang], 議郞 의랑, Ŭirang [Eui rang], Sous-Directeur ;

郞中 낭중, Nangjung [Rang tjyoung], 正郞 정랑, Chŏngnang [Tjyeng rang], 直郞 직랑, Chingnang [Tjik rang], Premier Secrétaire ;

員外郞 원외랑, Wŏnoerang [Ouen oi rang], 佐郞 좌랑, Chwarang [Tja rang], 散郞 산랑, Sallang [San rang], Deuxième Secrétaire ;



[Image de page : 60 ]

331

Le Roi T’aejo [Htai tjo], 太祖 태조, à l’origine de La dynastie actuelle, maintint la constitution et le nom des derniers temps du Koryŏ [Korye] et ajouta deux Troisièmes Secrétaires, Chusa [Tjyou să], 主事 주사 ; l’état actuel du Ministère a été fixé en 1403, il ne s’est produit depuis lors que des modifications secondaires.

332

吏曺 이조, Ijo [Ri tjo], Ministère des Fonctionnaires civils ; nom littéraire : Ch’ŏn’gwan [Ttyen koan], 天官 천관. Il est chargé du choix des fonctionnaires civils, leur donne des notes, s’occupe des titres à décerner aux Serviteurs de Mérite (n° 276).

333

判書 판서, P’ansŏ [Hpan sye], 2a ; Ministre (une charge) ; noms littéraires : Taech’ongjae [Tai tchyong tjăi], 大冢宰 대총재; Changjŏn [Tjyang tyen], 長銓 장전;

參判 참판, Ch’amp’an [Tcham hpan], 2b ; Directeur (une charge) ; nom littéraire : Ajŏn [A tyen], 亞銓 아전;

參議 참의, Ch’amŭi [Tcham eui], 3a ; Sous-Directeur (une charge) ; nom littéraire : Samjŏn [Sam tyen], 三銓 삼전;

正郞 정랑, Chŏngnang [Tjyeng rang], 5a ; Secrétaire (deux charges) ;

佐郞 좌랑, Chwarang [Tja rang], 6b ; Deuxième Secrétaire (deux charges).

334

Les Six Ministres (Fonctionnaires civils, n° 333 ; Cens, n° 352 ; Rites, n° 416 ; Armée, n° 706 ; Justice, n° 750 ; Travaux, n° 774) et les Trois Présidents du Grand Conseil d’Etat (n°  301) sont nommés Kugyŏng [kou kyeng], 九卿 구경 ; les six Ministres seuls sont nommés Yukkyŏng, 六卿 육경 . Les Ministres s’appellent Chŏnggyŏng [Tjyeng kyeng], 正卿 정경 , et les Directeurs Agyŏng [A kyeng], 亞卿 아경 .

Les Ministères des Fonctionnaires (n° 332), des Rites, (n° 415) et de l’Armée (n° 705) sont appelés Samjo [Sam tjo], 三曹 삼조 .
Les Ministères des Fonctionnaires (n° 332) et de l’Armée (n° 705) sont appelés Yangjŏn [Ryang tjyen],  兩銓 양전 .
Parfois un Grand Conseiller (n° 301) est en même temps Ministre ; il prend alors le titre de Kyŏmp’ansŏ [Kyem hpan sye], 兼判書 겸판서, Ministre Surveillant , tandis qu’un autre fonctionnaire est Ministre en titre, Silp’ansŏ [Sil hpan sye], 實判書 실판서 .

335

Le Ministère des Fonctionnaires civils comprend trois divisions :

[Image de page : 61 ]



文選司 문선사, Munsŏnsa [Moun syen să], Division des Nominations civiles :

elle s’occupe de toutes les nominations aux grades et aux charges civiles, du choix des fonctionnaires pour les missions temporaires, ch’ae(ch’a)jŏng [tchăi (tcha) tyeng], 差定 채(차)정, des changements de postnom pour les fonctionnaires , etc ;

336

考勳司 고훈사, Kohunsa [Ko houn să], Division de l’Examen des Mérites extraordinaires ,

chargée de la collation des titres honorifiques, posthumes et autres, du choix des fonctionnaires délégués pour offrir les sacrifices, de la nomination des Femmes titrées (n° 18, 19, 24, 25) ;

337

考功司 고공사, Kogongsa [Ko kong să], Division de l’Examen de la Conduite :

elle surveille l’administration des fonctionnaires et le manière dont ils remplissent leurs missions.

338

Le choix et l'avancement des fonctionnaires sont soumis à un certain nombre de règles générales :



取才 취재 ch’wijae [tchyou tjăi], on prend les gens capables, c’est-à-dire ceux qui peuvent composer en chinois et qui connaissent les livres canoniques et classiques, ainsi que les Statuts du Royaume ;

考課 고과, kogwa [ko koa], on examine l’assiduité des fonctionnaires à leur poste ;

褒貶 포폄, p’op’yŏm [hpo hpem], au milieu de la 6e et de la 12e lunes, les fonctionnaires supérieurs donnent des notes sur la manière dont les fonctionnaires subordonnés remplissent leurs fonctions ;

薦擧/舉 천거, ch’ŏn’gŏ [tchyen ke], les administrations et fonctionnaires supérieurs recommandent ceux qui leur paraissent capables de remplir telle ou telle charge ; de la même façon, les letters des provinces presentment ceux qu’ils croient dignes d’être Magistrats de district (n° 896).

339

Avec ces renseignements, le Ministère des Fonctionnaires prépare pour le commencement de la 1e lune et le commencement de la 7e le mouvement administratif général Tomokchŏngsa [To mok tjyeng să], 都目政事 도목정사 , et le fait approuver par le Roi, après quoi le Ministre des Fonctionnaires donne sa démission, chŏngsa [tjyeng să], 呈辭 정사.

Les mouvements de fonctionnaires, dans le royaume de Koryŏ [Korye], avaient lieu également vers la 6e lune, kwŏnmujŏng [kouen mou tjyeng], 權務政 권무정, et vers la 12e lune, taejŏng [tai tjyeng], 大政 대정 , le second étant plus étendu que le premier ;

[Image de page : 62 ]

ces mouvements généraux, Tomokchŏng [To mok tjyeng], 都目政 도목정 ,

d’abord en usage, puis supprimés par l’influence prépondérante de certains hauts fonctionnaires et par les désordres qui en résultaient, furent rétablis en 1388 ; depuis lors, ce système n’a pas cessé d’être en vigueur.

340

Outre ce déplacement d’un très grand nombre de fonctionnaires qui a lieu deux fois par an, des nominations ou déplacements séparés, sanjŏng [san tjyeng], 散政 산정, sur la proposition du Ministère, et des nominations par décret verbal, kujŏnjŏngsa [kou tyen tjyeng să], 口傳政事 구전정사, ont lieu actuellement à peu près chaque jour, de sorte que l’instabilité des fonctions dépasse toute idée.

Les fonctions nobles, jadis réservées aux grandes familles, et surtout à ceux de leurs membres qui les méritaient par leurs grades littéraires ou par l’illustration de leurs pères et aïeux, sont accordées à des gens d’origine douteuse, qui n’ont d’autre valeur que leur fortune ou de puissantes recommandations. Les charges peu élevées sont envahies et, seules parmi elles, celles des Compositeurs Royaux (n° 643) et celle des Chambellans-Gardes (n° 253) ne sont encore accessibles qu’à la noblesse, à laquelle elles ouvrent la voie vers les hautes dignités.

Quelque nombreuses que soient les fonctions, les nobles et les gens protégés à pourvoir sont plus nombreux encore, d’autant que les fonctionnaires importants occupent presque toujours cinq ou six postes à la fois. La durée d’un grand nombre de charges a été dès l’origine fixée à une période, kwahan [koa hen], 瓜限 과한 13 , assez brève : un an pour certains fonctionnaires supérieurs, deux ans et demi pour beaucoup d’autres mandarins ; ces limites ne se laissent guère dépasser et presque jamais les magistrats de district n’atteignent la fin des six ans accordés à certains d’entre eux. On voit souvent, et de plus en plus, les fonctionnaires résigner leurs fonctions, chŏngsa [tjyeng să], 呈辭 정사, pour faire place aux autres et ne pas exciter de jalousies ; il est à peu près de règle que le Roi refuse la démission une première fois ; à la seconde demande il accorde un congé, kŭbyu [keup-yu], 給由 급유, et, à la troisième, il accepte la démission et change le fonctionnaire,

[Image de page : 63 ]

ch’ech’ae(ch’a) [htyei tchăi (tcha)], 遞差 체채(차). De la sorte, le nombre des fonctionnaires sans fonctions est considérable et est augmenté encore par tous les roturiers qui obtiennent le titre d’une charge noble, ch’aham [tchya ham], 借銜 차함, sans pouvoir jamais l’exercer. Cf. aussi chap. XIV.

341

Les appointements, nokpong [rok pong], 祿俸 녹봉, des fonctionnaires doivent être payés tous les trois mois : ils sont réglés d’après la classe (n° 1036) ; ils ont été fixés en dernier lieu par Hyŏnjong [Hyen tjong], 顯宗 현종 (1670) et par Sukchong [Syouk tjong], 肅宗 숙종 (1701), qui a réduit les appointements des mandarins de la 6e classe et des classes supérieures : un fonctionnaire de rang 1a reçoit par trimestre 2 setiers 12 boisseaux, isŏk sibidu [I syek sib i tou], 二石十二斗 이석시비두, de riz et 12 boisseaux de fèves jaunes (cf. n° 366, 367, 371) ; un fonctionnaire de la 9e classe reçoit 10 boisseaux de riz et 5 boisseaux de fèves jaunes. Les appointements forment d’ailleurs la moindre partie des revenus d’un mandarin.

D’après le règlement de 1439, les appointements d’un fonctionnaire de rang 1a étaient, pour le printemps, quatre setiers de riz ordinaire, chungmi [tjyoung mi], 中米 중미, douze setiers de riz glutineux, chomi [tjo mi], 糙米 조미, un setier d’orge (?), chŏnmi [tyen mi], 田米 전미, douze setiers de fèves jaunes, hwangdu [hoang tou], 黃豆 황두, deux pièces de soie, chu [tjyou], 紬 주, quatre pièces de chanvre réglementaire, chŏngp’o [tjyeng hpo], 正布 정부, (n° 366), dix feuilles de papier réglementaire, chŏhwa [tjye hoa], 楮貨 저화 (n° 366). Un fonctionnaire de rang 9b recevait au printemps deux setiers de riz glutineux, un setier d’orge, un setier de fèves jaunes, une pièce de chanvre, une feuille de papier. Les appointements des autres saisons différaient légèrement, comme composition, de ceux du printemps. C’est surtout au commencement du XVIIe siècle que des réductions ont eu lieu, à la suite des guerres contre les Japonais et contre les Mantchous.

342

Dans le royaume de Koryŏ [Korye], Munjong [Moun tjong], 文宗 문종 (1046-1083) avait fixé les appointements non d’après la classe, mais d’après la fonction : le Premier Président du Conseil du Palais (n° 298) avait par an (?) 400 setiers de grain ; un Docteur exorciste (n° 239) recevait 10 setiers.

Dans le royaume de Silla [Sin ra], les fonctionnaires, à l’origine, n’avaient pas d’appointements, mais des bénéfices, nogŭp [rok eup], 祿邑 녹읍, concédés par le Roi ; Sinmun [Sin moun], 神文王 신문왕 (681-692) supprima les bénéfices et

[Image de page : 64 ]

institua les appointements mensuels ; en 688, il établit le système des domaines attachés aux charges, chikch’ŏn [tjik tyen], 職田 직전, qui se conserva sous la dynastie des Wang [Oang] et ne disparut que sous La dynastie actuelle, à une époque inconnue entre 1469 et 1744. On appela nŭmjŏn [reum tyen], 廪田 늠전, les champs dont le produit servait aux appointements aux fonctionnaires provinciaux et aux dépenses de leurs yamens ; et tunjŏn [toun tyen], 屯田 둔전, ceux qui étaient donnés à des camps ou à des corps d’armée pour subvenir à leurs dépenses ; il existe encore des champs concédés aux Camps et à divers yamens.

343

Il faut encore noter les expressions suivantes :

文科重試 문과중시, Mun’gwa chungsi [Moun koa tjyoung si], Second Examen, pour les fonctionnaires civils de rang 3a et au-dessous ; ceux qui réussissent obtiennent de l’avancement. Cet examen a lieu dans les années désignées par le caractère pyŏng [pyeng], 丙 병 (années dont la date se termine par 6) et toutes les règles en sont semblables à celles des Examens Palatins (n° 1023). Ces examens ont été établis d’abord en 1122 et rétablis en 1407.

344

文臣庭試 문신정시, Munsin chŏngsi [Moun sin tjyeng si], Examen de la Cour pour les fonctionnaires civils : cet examen a lieu en même temps que les Examens à la suite des Revues (n° 722) ; celui qui est classé le premier, reçoit un avancement ou une prolongation de charges ; à chacun des suivants, on donne un cheval. Les examinateurs sont au nombre de sept :

讀卷官 독권관, Tokkwŏn’gwan [Tok kouen koan], Examinateur, l’un des trois est membre du Grand Conseil (n° 301) ; les deux autres sont de rang 2a ou au-dessous ;

對讀官 대독관, Taedokkwan [Tăi tok koan], Vice- Examinateur .

------------------------------------------------------------------------------------------------------

345

司績司 사적사, Sajŏksa [Să tjyek să], Chambre des Mérites, sous la dynastie de Koryŏ [Korye], tantôt réunie au Ministère des Fonctionnaires (n° 329), tantôt séparée. .



[Image de page : 65 ]

CHAPITRE VI

Les Ministères et les Administrations spéciales : II – Cens

346

倉部 창부, Ch’angbu [Tchang pou], Ministère des Greniers, du royaume de Silla [Sin ra], séparé du Grand Conseil (n° 288) par la Reine Chindŏk [Tjin tek], 眞德女主 진덕여주 en 651.

令 영, Yŏng [Ryeng], Directeur ;

卿 경, Kyŏng [Kyeng], 使郞 사랑, Sarang [Să rang], Sous-Directeur ;

租舍知 조사지, Chosaji [Tjo sya tji], 司倉 사창, Sach’ang [Să tchang], Surveillant des Greniers , etc.

347

調部 조부, Chobu [Tjo pou], Ministère des Impôts, du royaume de Silla [Sin ra], établi par Chinp’yŏng [Tjin hpyeng], 眞平王 진평왕, en 584, appelé Taebu [Tai pou], 大府 대부 , sous le Roi Kyŏngdŏk [Kyeng tek], 景德王 경덕왕 (742-765).

司庫 사고, Sago [Să ko], 舍知 사지, Saji [Sya tji], Gardien des Magasins.

348

內頭佐平 내두좌평, Naedu chwap’yŏng [Năi tou tja hpyeng], Ministre intime pour les Finances, du royaume de Paekche [Păik tjyei] ;

点口部 점구부, Chŏmgubu [Tchyem kou pou], Bureau du Cens, du même royaume.

349

大龍部 대룡부, Taeryongbu [Tai ryong pou], Ministère des Greniers, du royaume de T’aebong [Htai pong].

350

民官 민관, Min’gwan [Min koan], Fonctionnaires du Cens, à l’origine du royaume de Koryŏ [Korye] , formant :

司度 사탁, Sat’ak [Să htak], Division des Impôts,

金曹 금조, Kŭmjo [Keum tjo], Division des Métaux Précieux,

倉曹 창조, Ch’angjo [Tchang tjo], Division des Greniers.

Le Roi Sŏngjong [Syeng tjong], 成宗 성종 (981-997) remplaça ces fonctionnaires par

un Ministère comprenant trois Directions : 尙書戶部 상서호부, Sangsŏ hobu [Syang sye ho pou], Ministère du Cens ;

尙書度支 상서탁지, Sangsŏ t’akchi [Syang sye htak tji], Ministère des Impôts ;

尙書金部 상서금부, Sangsŏ kŭmbu [Syang sye keum pou], Ministère des Métaux Précieux ;

尙書倉部 상서창부, Sangsŏ ch’angbu [Syang sye tchang pou], Ministère des Greniers .

Sous Ch’ungnyŏl [Tchyoung ryel], 忠烈王 충렬왕 (1274-1308), ce Ministère fut appelé Chambre du Cens, P’andosa [Hpan to să], 版圖司 판도사 14 , puis Minjo [Min tjo], 民曹 민조 ;

[Image de page : 66 ]

Minbu [Min pou], 民部 민부
, et enfin réuni au Conseil des Finances (n° 296), à l’Arsenal (n° 739) et à la Cour des Gabelles, Toyŏmwŏn [To yem ouen], 都鹽院 도염원 , (cf. aussi n° 399). Rétabli en même temps que le Ministère des Fonctionnaires civils (n° 329), il reçut du roi Kongyang [Kong yang], 恭讓王 공양왕, (1389-1392), le nom de Hojo [Ho tjo], 戶曹 호조 , qu’il a conservé.

Les fonctionnaires de ce Ministère ont porté, aux différentes époques, les mêmes titres que ceux du Ministère des Fonctionnaires civils (n° 330).

351

戶曹 호조, Hojo [Ho tjo], Ministère du Cens ; nom littéraire : Chibu [Ti pou], 地部 지부. Il s’occupe du recensement, des impôts et des questions économiques.

352

判書 판서, P’ansŏ [Hpan sye], 2a ; Ministre (une charge) ; noms littéraires : Taesanong [Tai să nong], 大司農 대사농 ; T’akchijang [Htak tji tjyang], 度支長 탁지장;

參判 참판, Ch’amp’an [Tcham hpan], 2b ; Directeur (une charge) ;

參議 참의, Ch’amŭi [Tcham eui], 3a ; Sous-Directeur (une charge) ;

正郞 정랑, Chŏngnang [Tjyeng rang], 5a ; Secrétaire (trois charges) ;

佐郞 좌랑, Chwarang [Tja rang], 6b ; Deuxième Secrétaire (trois charges).

353

Ce ministère comprend les divisions suivantes :

版籍司 판적사, P’anjŏksa [Hpan tjyek să], Division du recensement, chargée du cadastre, de l’impôt foncier, de la corvée, des prestations en nature et taxes diverses ; du transport des grains ; du partage des grains du Gouvernement aux laboureurs, qui les sèment au printemps et rendent à l’automne la même quantité augmentée d’un dixième (ce placement à intérêts s’appelle épargne et redistribution, yŏmsan [ryem san], 斂散 염산).

354

會計司 회계사, Hoegyesa [Hoi kyei să], Division des Comptes : elle fait tous les ans le compte des grains et du numéraire conservés par les administrations à Seoul et en province, s’occupe des déficits qui se présentent et délivre quittances aux mandarins, kae(hae)yu [kăi (hăi) yu], 解由 개(해)유 , quand il y a lieu .

355

經費司 경비사, Kyŏngbisa [Kyeng pi să], Division des Dépenses, formée de deux sections :

前例房 전례방, Chŏllyebang [Tjyen ryei pang], Section ancienne : elle a charge des frais pour les sacrifices, pour les fournitures à faire au Palais, pour les cadeaux

[Image de page : 67 ]

à envoyer à l’Empereur de Chine et pour les enterrements des hauts dignitaires
;

別例房 별례방, Pyŏllyebang [Pyel ryei pang], Section spéciale : elle s’occupe des frais des cérémonies qui ont lieu à Seoul, des 2670 setiers de riz et 822 setiers de fèves payés annuellement aux Japonais à Taema-do [Tăi ma to] (Tsushima), 對馬島 대마도, et des autres dépenses occasionnées par les rapports avec les Japonais .

356

版例房 판례방, P’allyebang [Hpan ryei pang], Section auxiliaire, chargée des achats faits pour le compte du Gouvernement, en particulier de ceux dont le soin est confié aux fonctionnaires envoyés à Péking.

357

歲幣色 세폐색, Sep’yesaek [Syei hpyei săik], Bureau du Tribut envoyé chaque année en Chine.

358

應辦色 응판색, Ŭngp’ansaek [Eung hpan săik], Bureau pour l’entretien des Envoyés chinois.

359

銀色 은색, Ŭnsaek [Eun săik], Bureau de l’Argent : il surveille les mines et le commerce des métaux précieux.

360

料祿色 요록색, Yoroksaek [Ryo rok săik], Bureau des Appointements et Soldes créé en 1866.

361

雜物色 잡물색, Chammulsaek [Tjap moul saek], Bureau des Dépenses diverses du Ministère, fondé en 1866.

362

鑄錢所 주전소, Chujŏnso [Tjou tjyen so], Bureau de la Monnaie, pour la fonte des sapèques, établi en 1866.

363

別營 별영, Pyŏryŏng [Pyel yeng], Camp spécial : il a remplacé en 1866 les deux Bureaux suivants :

別營色 별영색, Pyŏryŏngsaek [Pyel yeng săik], Bureau du Camp spécial, chargé de la solde pour l’Ecole Militaire (n° 730) ;

別庫色 별고색, Pyŏlgosaek [Pyel ko săik], Bureau du Magasin spécial, chargé des paiements aux fournisseurs du Palais (n° 126).

364

算學廳 산학청, Sanhakch’ŏng [San hak htyeng], Bureau de la Comptabilité, auquel se rattache l’Ecole de Calcul Chuhak [Tjyou hak], 籌學 주학 .

Ce Bureau fait la comptabilité des autres divisions, sections, bureaux du Ministère et celle des diverses administrations financières ; il se compose de fonctionnaires roturiers :

365

敎授 교수, Kyosu [Kyo syou], 6b ; Professeur (une charge) ;

兼敎授 겸교수, Kyŏmgyosu [Kyem kyo syou], 6b ; Professeur-adjoint, (une charge) ;

別提 별제, Pyŏlche [Pyel tyei], 6b ; Archiviste (une charge) ;

算士 산사, Sansa [San să], 7b ; Comptable (une charge) ;

計士 계사, Kyesa [Kyei să], 8b ; Comptable (une charge) ;

訓導 훈도, Hundo [Houn to], 9a ; Professeur en second (une charge) ;

[Image de page : 68 ]



會士 회사, Hoesa [Hoi să], 9b ; Comptable (une charge) ;

算員 산원, Sanwŏn [San ouen], Comptable-adjoint (cinquante-trois charges) ;

收稅所計士 수세소계사, Suseso kyesa [Syou syei so kyei să], Comptable du Bureau de Perception (deux charges) . Cf. aussi chapitre XV.

366

C’est en 996 que l’on fabriqua pour la première fois des sapèques : elles étaient en fer. Les sapèques portant la légende Chosŏn t’ongbo [Tjyo syen htong po], 朝鮮通寶 조선통보, en caractères ye [ryei], 隷 예, ne peuvent remonter à l’époque de Kija [Keui tjă], 箕子 기자 (1122-1083 avant notre ère) comme quelques personnes le prétendent ; d’autant qu’il n’en est fait nulle mention dans les anciennes annales du Silla [Sin ra] ni du Koryŏ [Korye] ; elles sont donc du commencement de La dynastie actuelle, bien que les archives n’en parlent pas. En 1101, existait le Conseil de la Monnaie, Chujŏn togam [Tjyou tyen to kam], 鑄錢都監 주전도감 : on fondait des sapèques en cuivre, mais l’usage en était peu répandu. A la date de 1102,  Ma Duanlin [Ma Twan lin] (liv. 325) parle de trois sortes de sapèques qui avaient cours en Corée : elles avaient pour légende Haedong t’ongbo [Hăi tong htong po], 海東通寶 해동통보, Chungbo [Tjyoung po], 重寶 중보, Samhan t’ongbo [Sam han htong po], 三韓通寶 삼한통보. En 1287, les Yuan [Yuen], 元 원, imposèrent l’usage de leurs sapèques ( 至元寶鈔 지원보초 [zhiyuan baochao], 中統寶鈔 중통보초 [zhongtong baochao]). En 1391, les sapèques des Ming, 明 명, reçurent cours légal. En même temps, on se servait comme moyen d’échange, de la toile de chanvre, p’o [hpo], 布 포, dont l’emploi semble être antérieur à 666 ; de la toile de coton (le coton fut introduit en Corée en 1364) ; des bouteilles en argent, ŭnbyŏng [eun pyeng], 銀甁 은병, mentionnées pour la première fois en 1101 et nommées communément kwalgu (hwalgu) [koal (hoal) kou], 闊口 괄구 (활구) ; l’usage des bouteilles en argent fut interdit en 1408.

D’après les Statuts de 1469, les monnaies reconnues sont la toile de chanvre, p’o [hpo], 布 포, et le papier réglementaire nommé chŏhwa [tjye hoa], 楮貨 저화, mentionné pour la première fois en 1391 ; l’équivalence suivante est établie : une pièce de toile de chanvre réglementaire, chŏngp’o [tjyeng hpo], 正布 정포, vaut deux pièces de toile de chanvre ordinaire, sangp’o [syang hpo], 常布 상포 ; une pièce de cette dernière toile vaut vingt feuilles de papier réglementaire ; une feuille de ce papier vaut un litron, sŭng [seung], 升 승, de riz. [Commentaire de P-E Roux : [1 chŏngp’o = 2 sangp’o = 40 chŏhwa = 40 litrons de riz]. ]



[Image de page : 69 ]

367

Plus tard, le papier réglementaire diaparut (1667) ; la toile de chanvre, la toile de coton ordinaire, sangmok [syang mok], 常木 상목, restèrent en usage. Sŏnjo [Syen tjo], 宣祖 선조, le premier, parmi les Rois de La dynastie actuelle, ordonna de fondre des sapèques (1593) ; cette monnaie ne paraît avoir été mise en circulation qu’en 1638 ; elle se répandit lentement, fut supprimée en 1656, rétablie en 1678 ; les sapèques furent fondues d’abord par le Bureau Ordinaire (n° 377), puis par la Division de l’Ecole Militaire (n° 974), par le Ministère des Travaux (n° 774), par le Ministère du Cens (n° 351) en 1724. Les sapèques sont faites d’un alliage où entrent surtout le cuivre et l’étain, d’où leur nom, tongjŏn [tong tjyen], 銅錢 동전; elles portent la légende sangp’yŏng t’ongbo [syang hpyeng htong po], 常平通寶 상평통보, et pèsent deux gros et demi, ijŏn obu [i tjyen o poun], 二錢五分 이전오분. Cent sapèques, paengmun [păik moun], 百文 백문, forment une ligature, nyang [ryang], 兩 냥, ou kŭm [keum], 金 금 ; dix ligatures s’appellent kwan [koan], 貫 관, ou cho [tjo], 吊 조 ; une once, nyang [ryang], 兩 냥, d’ argent à sept dixièmes, chŏngŭn [tyeng eun], 丁銀 정은, vaut deux ligatures de sapèques : tel était le système en 1744.

En 1881, le Gouvernement substitua à l’ancienne sapèque une pièce de monnaie un peu plus grosse et représentant 5 sapèques tango [tang o], 當五 당오 : les nouvelles sapèques eurent cours à la capitale, dans la province du Kyŏnggi [Kyeng keui] et dans une partie du Kangwŏn [Kang ouen] et du Ch’ungch’ŏng [Tchyoung tchyeng] où elles sont encore en usage ; mais elles ne furent jamais acceptées dans le reste de la Corée. Il est résulté de là, dans la valeur des objets, un grand trouble, qui s’est encore accru par les relations avec les étrangers ; les prix varient constamment et dans des proportions considérables ; à Seoul Aujourd’hui, un litron (n° 366) de riz coûte deux ligatures : vingt grosses sapèques de Seoul se changent contre vingt petites sapèques de la province 16 . Les sapèques sont fabriquées à Seoul en général par le Ministère du Cens (n° 351) et dans les provinces sous la surveillance de délégués, Kamgwan [Kam koan], 監官 감관 .


[Image de page : 70 ]

368

A l’époque légendaire de Kija [Keui tjă], 箕子 기자 (1122-1083 avant notre ère), la terre était partagée en carrés égaux ; le Roi donnait un carré à chaque famille, et huit familles ensemble cultivaient un carré central dont le produit revenait à l’Etat ; cette division de la terre, appelée Chŏngjŏn [Tjyeng tyen], 井田 정전 , aurait laissé des traces auprès de P’yŏngyang [Hpyeng yang], affirment les Coréens. Le royaume de Silla [Sin ra] employa, à partir de 723 un procédé analogue, Chŏngjŏn [Tyeng tyen], 丁田 정전 .

369

A l’origine de la dynastie actuelle, les principales prestations imposées au peuple coréen, étaient de quatre sortes :

徭賦 요부, Yobu [Yo pou], la corvée , établie sur la terre et fournie annuellement par le propriétaire : la corvée n’est plus réclamée que dans des circonstances spéciales ; elle est remplacée par l’argent de la corvée, kyŏryŏkchŏn [kyel yek tjyen], 結役錢 결역전 , qui est perçu en même temps que les deux impôts suivants.

370

租稅 조세, Chose [Tjo syei], ou 田稅 전세, Chŏnse [Tyen syei] , l’impôt foncier , mentionné sous le nom de Chojo [Tjo tyo], 租調 조조, dès 191 (royaume de Silla [Sin ra]) et 249 (royaume de Paekche [Păik tjyei]). Un cadastre du royaume de Koryŏ [Korye] fut établi partiellement en 1022 et complété en 1069 ; l’unité imposée fut l’acre, kyŏl [kyel], 結 결, carré de trente-trois pas de côté ; l’impôt fut payé en riz. Réformé fréquemment par les rois de Koryŏ [Korye], le cadastre a été refait de 1401 à 1404 et fréquemment corrigé depuis lors ; il doit être revu tous les vingt ans ; les terres sont divisées en six catégories, d’après leur qualité ; l’unité imposée, kyŏl [kyel], 結 결, vaut trente-huit arpents, mu [mou], 畝 무, de terre de la première qualité, quarante-quatre arpents de la deuxième, cinquante-quatre arpents de la troisième, etc.; de la sorte un

[Image de page : 71 ]

acre paie toujours la même quantité de riz.

371

貢 공, Kong, les prestations en nature (cf. n° 126), chaque district devant fournir une partie de ses productions de toutes sortes pour subvenir aux besoins du Palais, aux traitements des fonctionnaires et à toutes les nécessité du Gouvernement . Ces prestations sont mentionnées dès le règne de Kwangjong [Koang tjong], 光宗 광종 (949-975) ; le montant en a été fixé par Sejong [Syei tjong], 世宗 세종 (1418-1450). L’impôt des rizières (tap, 畓 답 16 ) ou taedong [tai tong], 大同 대동 , a été établi en 1608 pour le Kyŏnggi [Kyeng keui], et étendu successivement aux autres provinces (cf. n° 376, 377, 378, 379, 380, 381, 382, 383), pour remplacer les prestations en nature ; cet impôt est payé en riz, mi, 米 미, et en fèves jaunes, t’ae [htai], 太 태, d’après une évaluation fine des anciennes prestations ; une certaine partie peut même être fournie en chanvre ou en monnaie, six ligatures valant un setier de riz et trois ligatures valant un setier de fèves (cf. n° 366, 367) ; cette équivalence est celle de la province de Kyŏnggi [Kyeng keui], la règle varie selon les localités.

Ces trois impôts sont perçus par les magistrats de district qui prélèvent, en riz et en fèves, leurs appointements ainsi que quelques sommes à employer sur place, et envoient le reste à l’Intendance des Grains (n° 376) et aux autres magasins et administrations de Seoul. Les nobles ne sont pas soumis au premier impôt ; toutes les terres paient les deux autres, à l’exception de celles qui ont été données par le Roi ( sap’aedap [să hpai tap], 賜牌畓 사패답 ; sap’aejŏn [să hpai tyen], 賜牌田 사패전).

372

軍役 군역, Kunyŏk [Koun yek], le service militaire, dû à raison d’un nombre fixe d’hommes par district . Le service militaire a été racheté par un impôt nommé fouage, hop’o [Ho hpo], 戶布 호포 ; tongp’o [tong hpo], 洞布 동포 ; argent de l’armée, kunjŏn [koun tjyen], 軍錢 군전 ; argent de la cavalerie, kibyŏng [keui pyeng], 騎兵 기병 ; argent de l’infanterie, pobyŏng [po pyeng], 步兵 보병 ; d’abord payé en chanvre ou coton, acquitté Aujourd’hui en argent ou en riz, et que les magistrats locaux versent directement aux camps qu’il est destiné à entretenir. Les nobles sont soumis à cet impôt depuis une vingtaine d’années ; à cette époque, ont été supprimées également les dernières traces du service militaire imposé aux hommes du peuple et qui consistait seulement en deux ou trois jours d’exercices par an. Cf. aussi chap. XVII et XVIII, n° 1135 et 1146.



[Image de page : 72 ]

373

Les habitants de Seoul et du territoire de cette ville ne sont assujettis à aucune des quatre prestations indiquées ci-dessus et les remplacent par une contribution fort légère, nommée impôt des résidus du grain, chogangjŏn [tjo kang tjyen], 糟糠錢 조강전.

374

Les Statuts de 1469 indiquent de plus des taxes diverses, chapse [tjap syei], 雜稅 잡세 , sur les artisans, kongjang [kong tjyang], 工匠 공장 ; commerçants sédentaires, chwago [tjoa ko], 坐賈 좌고 ; commerçants voyageurs, haengsang [hăing syang], 行商 행상 ; pêcheurs, cho-ŏ [tjo e], 釣魚 조어 ; bateaux japonais, wa(wae)sŏn [oa (oai) syen], 倭船 와(왜)선 ; bateaux indigènes (jaugés par p’a [hpa], 把 파, 1 p’a valant 10 pieds) ; mines d’argent, sanŭn chŏsŏljŏm [san eun tchye syel tyem], 産銀處設店 산은처설점 ; marchands de planches, p’ansang [hpan syang], 板商 판상 ; marchand de ginseng [jencheng, du chinois renshen], samsang [sămsang], 蔘商 삼상 ; et sorcières, munyŏ [moun nye], 巫女 무녀 .

Les taxes sur les sorcières, les marchands de ginseng [jencheng] et les artisans existaient encore en 1866 dans les deux provinces du sud.

375

A ces charges, il faut ajouter celle de l’épargne et distribution des grains du Gouvernement, chojŏk [tyo tyek], 糶糴 조적 (cf. n° 353) : ce système mentionné pour la première fois dans le royaume de Koguryŏ [Kokourye] en 195 de notre ère et pratiqué sous la dynastie Koryŏ [Korye] et sous la dynastie actuelle ( hŭkch’ang [heuk tchang], 黑倉 흑창, ŭich’ang [eui tchang], 義倉 의창, greniers provinciaux où l’on met en réserve le grain destiné à ces distributions ), a été imaginé pour venir en aide à la population dans les mauvaises années ; le peuple rendait, après la récolte, la même quantité de grain qu’on lui avait prêtée au printemps ; à une époque assez récente, vraisemblablement sous la dynastie des Yi [Ri], le Gouvernement a exigé comme intérêt le dixième du grain prêté ; ces distributions sont devenues très onéreuses au peuple ; et d’autant plus que, si l’Etat ne prend qu’un dixième d’intérêt, les commis et magistrats locaux prennent environ quatre dixièmes. On peut d’ailleurs faire la même observation à propos de tous les impôts, qui pèsent très lourdement sur le peuple et ne sont fructueux que pour les préposés à la perception. Il faudrait enfin énumérer les dons gratuits des corporations de marchands (chap. XIX), de ceux qui veulent acheter un monopole, togose [to ko syei], 都賈稅 도고세 ; couper du bois, chaejang suse [tjăi tjyang syou syei],

[Image de page : 73 ]

柴塲收稅 재장수세
[Commentaire de P-E Roux : [재 est la prononciation originelle (本音) de柴 (시). On trouve donc actuellement시장수세] ] ; établir des levées entre les rizières, poksuse [pok syou syei], 洑收稅 복수세 [Commentaire de P-E Roux : (洑 se prononce aussi 보 et c’est dans cette dernière prononciation que cela semble convenir. Il est aussi possible que ce soit洑水稅 보수세 et non洑收稅 보수세) ] , et bien d’autres qui ne sont perçus par le gouvernement que pour la moindre part.

------------------------------------------------------------------------------------------------------

376

宣惠廳 선혜청, Sŏnhyech’ŏng [Syen hyei htyeng], Intendance des Grains, m ; nom littéraire : Hyeguk [Hyei kouk], 惠局 혜국 . Elle conserve le riz, la toile de chanvre et l’argent provenant de l’impôt sur les rizières, et en fait l’emploi. L’Intendance était un yamen civil jusqu’en 1865 ; elle a été fondée en 1608 par la réunion du bureau ordinaire (n° 377) et du bureau du Kyŏnggi [Kyeng keui] (n° 378) et s’est accrue de divers bureaux, en suivant l’extension du sytème des impôts sur les rizières (cf. n° 371).

都提調 도제조, Tojejo [To tyei tjo], 1a ; Directeur général (trois charges) ;

提調 제조, Chejo [Tyei tjo], 2b ou au-dessus ; Directeur (trois charges) ;

郞廳 낭청, Nangch’ŏng [Rang htyeng], 6b, Secrétaire (cinq charges) .

377

L’Intendance se compose des bureaux suivants : 常平廳 상평청, Sangp’yŏngch’ŏng [Syang hpyeng htyeng], Bureau Ordinaire, ou des Sapèques , chargé des dépenses faites pour la réception des ambassades chinoises, avec cinq principales haltes entre la frontière et Seoul ; il s’occupait primitivement de la fonte des sapèques (n° 367).

378

京畿廳 경기청, Kyŏnggich’ŏng [Kyeng keui htyeng], Bureau du Kyŏnggi [Kyeng keui] , fondé en 1608 ;

379

江原廳 강원청, Kangwŏnch’ŏng [Kang ouen htyeng], Bureau du Kangwŏn [Kang ouen], ; fondé en 1624

380

湖西廳 호서청, Hosŏch’ŏng [Ho sye htyeng], Bureau du Ch’ungch’ŏng [Tchyoung tchyeng] , fondé en 1652 ;

381

湖南廳 호남청, Honamch’ŏng [Ho nam htyeng], Bureau du Chŏlla [Tjyen ra], fondé en 1657;

382

嶺南廳 영남청, Yŏngnamch’ŏng [Ryeng nam htyeng], Bureau du Kyŏngsang [Kyeng syang], fondé en 1677;

383

海西廳 해서청, Haesŏch’ŏng [Hăi sye htyeng], Bureau du Hwanghae [Hoang Hăi], fondé en 1708.

Les six Bureaux indiqués sous les n° 378 à 383, s’occupent des impôts sur les rizières pour les six provinces correspondantes ; on peut suivre par les dates de fondation le développement graduel de l’impôt en question. Les provinces de Hamgyŏng [Ham kyeng] et de P’yŏngan [Hpyeng an] acquittent cet impôt en argent.

384

賑恤廳 진휼청, Chinhyulch’ŏng [Tjin syoul htyeng], Bureau des Dégrèvements et Distributions de grains, nommé aussi kuhwangch’ŏng [kou hoang htyeng], 救荒廳 구황청 ; il dépendait jusqu’en 1866 de la Chambre de la Défense des frontières (n° 303).

385

均役廳 균역청, Kyunyŏkch’ŏng [Kyoun yek htyeng], Bureau des Prestations uniformes : il s’occupe de l’impôt

[Image de page : 74 ]

qui est perçu sur les rizières et la pêche, pour remplacer en partie les anciennes prestations des soldats (n° 372) et diminuer ainsi les charges du peuple. Ce bureau, fondé en 1751, dépendait d’abord de la Chambre de Défense (n° 303) ; il fait partie de l’Intendance(n° 376) depuis 1753. En 1703, un Bureau avait été fondé, ayant des attributions analogues et portant le nom de Bureau des Réformes, Ijŏngch’ŏng [Ri tjyeng htyeng], 釐正廳 이정청 .

386

公剩色 공잉색, Kong’ingsaek [Kong ing săik], Bureau des Excédents, qui sont employés à payer les frais des valets pour les fonctionnaires de l’Intendance .

387

別下庫 별하고, Pyŏlhago [Pyel ha ko],  Magasin des Dépenses spéciales du Roi . Ce Magasin et le Bureau qui précèdent, sont mentionnés pour la première fois en 1866.

------------------------------------------------------------------------------------------------------

388

左右司祿館 좌우사록관, Chwa-u sarokkwan [Tja ou să rok koan], Bureaux de gauche et de droite pour les appointements des fonctionnaires, du royaume de Silla [Sin ra] ; ils semblent avoir existé antérieurement au règne de Munmu [Moun mou], 文武王 문무왕 (661-681) (Cf. aussi n° 342).

389

廪典 늠전, Nŭmjŏn [Reum tyen] ; 天祿司 천록사, Ch’ŏlloksa [Hten rok să] , sous Kyŏngdŏk [Kyeng tek], 景德王 경덕왕 (742-765), Greniers publics du royaume de Silla [Sin ra] .

廪翁 늠옹, Nŭmong [Reum ong], Préposé aux Greniers.

390

大倉署 대창서, Taech’angsŏ [Tai tchang sye], Grands Greniers , fondés par Mokchong [Mok tjong], 穆宗 목종 (997-1009) ; l’historique de ces Greniers est inconnu.

391

左倉 좌창, Chwach’ang [Tja tchang], Greniers de gauche, spécialement chargés des appointements des fonctionnaires ; ils furent établis par Mokchong [Mok tjong], 穆宗 목종 (997-1009) ; Ch’ungnyŏl [Tchyoung ryel], 忠烈王 충렬왕 (1274-1308) les appela Greniers de la Prospérité étendue ; ils ont conserve ce nom sous La dynastie actuelle (n° 394).

392

太倉 태창, T’aech’ang [Htai tchang], Grands Greniers, à P’yŏngyang [Hpyeng yang] pour les appointements des fonctionnaires de cette Capitale (royaume de Koryŏ [Korye], cf. chap XII, note 1) .

393

祿轉捧上色 녹전봉상색, Nokchŏn pongsangsaek [Rok tjyen pong syang săik], Bureau des Appointements , établi par Kongmin [Kong min], 恭愍王 공민왕 (1351-1374).

394

廣興倉 광흥창, kwanghŭngch’ang, Greniers de la Prospérité étendue : ils distribuent le riz et les fèves qui forment les appointements des fonctionnaires.

守 수, Su [Syou], 4a ; Chef (une charge) ;

[Image de page : 75 ]



令 영, Yŏng [Ryeng], 5b ; Assistant Principal (une charge) ;

主簿 주부, Chubu [Tjyou pou], 6b ; Archiviste (pas de nombre fixe) ;

直長 직장, Chikchang [Tjik tjyang], 7b ; Gardien en chef (pas de nombre fixe) ;

奉事 봉사, Pongsa [Pong să], 8b ; Copiste (pas de nombre fixe) ;

Cette administration a trois divisions :

作紙色 작지색, Chakchisaek [Tjak tji săik], Bureau du Papier, chargé précédemment de conserver le papier-monnaie et de le convertir en sapèques ou riz ; il distribue Aujourd’hui le riz aux valets de quelques administrations.

五斗色 오두색, Odusaek [O tou săik], Bureau des Cinq Boisseaux : pour chaque setier de riz, on perçoit en plus cinq boisseaux, qui sont remis à ce Bureau et servent à payer certains valets des Greniers.

剩色 잉색, Ingsaek [Ing săik], Bureau des Excédents : il s’agit aussi d’excédents perçus pour chaque setier. Outre ces excédents versés au Gouvernement, il y aussi les excédents donnés aux valets des greniers et magasins : une partie est autorisée par l’administration, wŏninjŏng chappi [ouen in tjyeng tjap pi], 元人情雜費 원인정잡비; une autre est donnée secrètement, pyŏrinjŏng chappi [pyel in tjyeng tjap pi], 別人情雜費 원인정잡비.


------------------------------------------------------------------------------------------------------

395

濟用司 제용사, Cheyongsa [Tjyei yong să], Chambre des Fournitures, établie par Ch’ungnyŏl [Tchyoung ryel], 忠烈王 충렬왕 (1274-1308), nommée Chambre du Trésor, 資贍司 자섬사, Chasŏmsa [Tjă syem să] , par Ch’ungsŏn [Tchyoung syen], 忠宣王 충선왕 (1308-1313), puis supprimée et remplacée par le Conseil des Richesses, Hongbok togam [Hong pok to kam], 弘福都監 홍복도감 ; rétablie par Kongyang [Kong yang], 恭讓王 공양왕, (1389-1392) comme Magasins des Fournitures et du Papier-monnaie (n° 366), Chasŏm chŏhwago [Tjă syem tjye hoa ko], 資贍楮貨庫 자섬저화고 ; ces Magasins furent bientôt supprimés.

396

Le Roi T’aejong [Htai tjong], 太宗 태종 (1400-1418) institua, à la place de ces yamens, le Bureau du Trésor, 司贍署 사섬서, Sasŏmsŏ [Să syem sye] , qui devint : 司贍寺 사섬시, Sasŏmsi [Să syem si], Conseil du Trésor : il fabriquait le papier réglementaire servant de monnaie et percevait la capitation sur les esclaves autorisés à quitter le yamen auquel ils appartenaient. Aboli en 1656, ce Conseil a été rétabli en 1643 et enfin soumis au Ministère du Cens (n° 351) en 1707.

------------------------------------------------------------------------------------------------------

397

左右倉 좌우창, Chwa-uch’ang [Tja ou tchang], Greniers de gauche et de droite ,

[Image de page : 76 ]

fondés par Munjong [Moun tjong], 文宗 문종 (1046-1083), nommés par Ch’ungnyŏl [Tchyoung ryel], 忠烈王 충렬왕 (1274-1308) Greniers de l’Abondance , et conservés sous ce nom en 1392.

398

豊儲倉 풍저창, P’ungjŏch’ang [Hpoung tjye tchang], Greniers de l’Abondance ; ils distribuent des grains et du papier aux eunuques (n° 155, 156, 157, 158, 159, 160), à quelques autres employés du Palais et aux Honorés des félicitations du Roi (n° 269), lorsqu’ils sont dans la misère. Ces Greniers ont deux Bureaux :

米麵色 미면색, Mimyŏnsaek [Mi myen săik], Bureau des Riz et des Farines,

紙色 지색, Chisaek [Tji săik], Bureau des Papiers. Postérieurement à 1414 et avant 1744, ces Greniers ont été réunis aux Magasins de la Prospérité éternelle (n° 97).

------------------------------------------------------------------------------------------------------

399

義鹽倉 의염창, Ŭiyŏmch’ang [Eui yem tchang], Greniers des Gabelles. L’impôt sur le sel est mentionné pour la première fois à la date de 1288 ; des Préposés des Gabelles, Yŏmse pyŏlgam [Yem syei pyel kam], 鹽稅別監 염세별감 , furent envoyés dans les provinces en 1292 ; un décret de 1308 réserva la préparation du sel aux Greniers des Gabelles et en fixa le prix : quatre setiers de sel coûtèrent une once d’argent ; le même décret institua des Surveillants des Gabelles, Yŏmho [Yem ho], 鹽戶 염호. Le Roi T’aejo [Htai tjo], 太祖 태조, en 1392, établit des Sauneries officielles, Chŏyŏmch’ŏng (Chayŏmch’ŏng) [Tjye (tjya) yem htyeng], 煮鹽廳 저염청 (자염청) ; les droits de gabelle ont souvent été donnés en dotation à des membres de la Maison Royale ou à des administrations.

------------------------------------------------------------------------------------------------------

400

Divers Conseils provisoires ont été institués sous la dynastie Koryŏ [Korye] et sous La dynastie actuelle pour s’occuper des questions financières :

式目都監 식목도감, Singmok togam [Sik mok to kam], Conseil des Règlements , en 1023 ;

401

農務都監 농무도감,